La branche cadette ou les descendants de Guillaume 

La branche cadette est essentiellement celle des gens de mer résidant principalement au Portel et à Equihen. On y retrouve nombre de marins (dont plusieurs périssent en mer), pêcheur, "hameçonniers" mais aussi des artisans (tisserands, tailleurs d'habits, cabaretier) et quelques fonctionnaires (employés des douanes et receveurs d'octroi). Donc apparemment, pas beaucoup de cultivateurs dans cette branche.

Les trois premières générations 

La branche cadette commence avec Guillaume Dacquebert, frère cadet de Marcque. A notre connaissance, la seule indication de cette fratrie se trouve sur l’acte de mariage de François, le fils aîné de Marcque, en 1686 à Outreau où le témoin Guillaume Dacquebert est identifié comme l’oncle du marié. Il serait né vers 1640 et aurait épousé Marie Ledoux vers 1670. Cette Marie Ledoux s’éteint en 1732 à Outreau, veuve de Guillaume et âgée d’environ 80 ans, ce qui place sa naissance vers 1650. Geneanet vlecuyer en fait la fille d’Antoine Ledoux et Péronne Toulmel et donc la sœur de Louise Ledoux, celle  qui épouse  François, le neveu de Guillaume.  De cette union naissent au moins quatre enfants avec baptême confirmé entre 1689 et 1696 et peut-être cinq autres avant 1685, première année avec des registres disponibles à Outreau (Table 9).

Pierre Dacquebert est l’aîné confirmé. Il est baptisé en 1689 avec Pierre Ledoux comme parrain et Marie Fremin comme marraine. Il est journalier puis cabaretier à Equihen. En 1714 il épouse à Outreau Anne Sergeant (Les mariés laissent leur marque de même que Guillaume Dacquebert, probablement le père du marié et François Dacquebert, probablement son frère cadet. Signature de Pierre Butez). Anne Sergeant serait la fille de Claude et Marie Anne Coinon, baptisée à Outreau en 1688. En1706, elle épouse Claude Herbez à Outreau. Au moins quatre enfants naissent de cette union avant le décès de Claude en 1712. Un de ces enfants, Claude Herbez fils sera témoin au décès de sa mère en 1743. Neuf enfants naissent du mariage de Pierre avec Anne, tous baptisés à Outreau entre 1715 et 1730. Les parrains et marraines sont surtout du côté des Sergeant : Claude Sergeant  et Jeanne Tintillier pour Marie Jeanne en 1715, Jacques Sergeant et Marie Marguerite Sergeant pour Anne en 1717, Pierre Sauvage et Antoinette Loeulliette pour Pierre en 1718, François Dacguebert (probablement l’oncle) et Marie Herbez pour Marie Françoise en 1720, Louis Marie Volant et Marie Jeanne Degardin pour Marie Catherine en 1721, Charles Deguisnes et Marie Jeanne Degardins pour Marie Antoinette en 1723, Michel Léonard Sueur et Nicole Gonsard pour Marie Nicolle en 1724, Adrien Pichon et Marie Jeanne  Trudain pour Adrien en 1726 et finalement Jean Degardin  et Marie Herbez pour Jean François en 1730.

Seules quatre filles atteignent l'âge adulte et elles vont toutes se marier. L'aînée Marie Jeanne Daguebert aurait eu un enfant illégitime (qu’elle a déclaré provenir des œuvres de Jean Desgardin) en 1743 avant d’épouser Antoine Lemaire, journalier à Condette d’ascendance inconnue, en 1748 à Outreau (Les époux laissent leur marque ainsi que deux témoins : Pierre Daguebert, le père de l’épouse et Claude Herbes, son demi-frère né du premier mariage d'Anne Sergeant avec Claude Herbes. Les autres témoins signent  : François Delcluse, ami du mari, en fait beau-frère de Marie Jeanne puisqu’il a épousé la sœur de celle-ci, Anne, l’année précédente, et Grégoire Affringue, neveu de l'époux). Le couple Lemaire-Daguebert aurait eu quatre enfants (dont des jumeaux), tous baptisés à Condette entre 1749 et 1752. Deux de ces enfants prennent époux : Marie Jeanne Lemaire avec Jean François Simon Docquois en 1780 à Condette et  Paul Lemaire, couvreur de paille, avec Marie Louise Baillard, en 1781 à Outreau (Jacques Antoine Daguebert de la branche principale est témoin comme parent de l’époux). Les parents, Antoine et Marie Jeanne étaient alors décédés.

Suit Anne Daguebert qui épouse en 1747 à Outreau François Delcluse, manouvrier d’ Hesdigneul, fils de François Delcluse et Marie Ducamp et veuf de Marie Anne Lamarre (L'époux signe mais pas l'épouse. L'ascendance de l'épouse est confirmée. Les témoins qui laissent leur marque sauf le dernier sont Antoine Condette, beau-frère de l'époux et Philippe Filiette?, son ami, tous deux de Condette, Pierre Daguebert, père de l'épouse et Louis Coppin, son bel-oncle , vraisemblablement l'époux de sa tante Jacqueline).On ne leur connait pas d’enfants. François décède à Hesdigneul en 1760 à 54 ans.  

Suit Marie Catherine Dacquebert qui épouse en 1758 à Outreau Charles Custeau, journalier de  St Etienne au Mont, fils de défunt Pierre Custeau et Marguerite Deguine (les époux laissent leur marque ainsi que Pierre Daguebert, père de l’épouse et François Custeau, le frère de l’époux. Deux autres témoins signent : Antoine Collier, beau-frère de l’épouse et Claude Coppin, parent de l’épouse, peut-être le mari de Marie Anne Dacquebert de la branche principale). Le couple Custeau-Dacquebert a quatre enfants, tous baptisés à St Etienne entre 1759 et 1762. Deux de ces enfants prennent époux : Pierre Henry Custeau, charpentier, avec Marie Madeleine Lenglois en 1789 à St Etienne et Marie Catherine Custeau avec Jean Jacob Bigand, berger puis ménager, en 1791 à St Etienne.

La dernière fille du couple Dacquebert-Sergeant qui prend époux est Marie Nicolle Dacquebert qui épouse en 1748 à Outreau Jean Jacque Sauvage, journalier puis matelot côtier d’Outreau, fils de feu Jacque Sauvage et Antoinette Guilbert (Les époux laissent leur marque ainsi que les témoins : Pierre Daguebert, cabaretier, père de l'épouse et François Daguebert, son cousin germain , peut-être le fils de François, frère de Pierre, Antoinette Guilbert, mère de l'époux et Jacque Sauvage, son frère). Le couple a huit enfants, tous baptisés à Outreau entre 1750 et 1766 avec quelques Daguebert parmi les parrains et les marraines : Jean Herbez et Marie Anne Françoise Josèphe Daguebert, peut-être la demi-sœur de Nicolle mais elle n’a que 5 ans, pour Jean Jacques en 1750,Gabriel Coppin et Marie Catherine Dagbert, probablement la sœur de Marie Nicole pour Gabriel Nicolas en 1752, Joseph Hubert Sergeant et Jacqueline Sergeant  pour Hubert en 1754, Jacque Antoine Daguebert et Marie Anne Elisabeth Hubert Moreau de Vernicourt de la branche principale pour Jacque Antoine en 1756, Louis Marie Sergeant et Marie Jacqueline Guilbert pour Marie Catherine en 1759, Jean Pierre Marie Sauvage et Margueritte D'escamps  pour Marie Marguerite Elisabeth en 1762, Marc Dagbert et Madeleine Watel pour Marie Madeleine en 1765 et finalement, Gabriel Sauvage et Marie Margueritte Dagbert , peut-être la fille de Claude et Marie Herbez, pour Jean Jacques en 1766). Beaucoup de ces enfants se marient et tous à Outreau : Gabriel Nicolas Sauvage, journalier, avec Marie Anne Florence Ledoux en 1783, Hubert Sauvage, journalier, avec Marie Françoise Labarre en 1779,Marie
Catherine Sauvage avec Benoni Marlart en 1786, Marie Marguerite Elisabeth Sauvage avec Louis Sergeant, journalier (et petit fils de Claude Daguebert et Marie Herbez – voir plus bas) en 1785, Marie Madeleine Sauvage avec Marc Antoine Bigot, laboureur sous-maître à Equihen, en 1795  puis avec Jean Pierre Lefebvre de St Pierre-les-Calais en 1810 et finalement Jean Jacques Sauvage, matelot, avec Marie Anne Françoise Hénon en 1795.

Au décès d'Anne Sergeant en 1743, Pierre Daguebert se remarie en 1744 à Outreau avec sa servante Marie Anne Joseph Courbet (Les époux laissent leur marque ainsi que les témoins : François Daguebert, frère de l’époux et Claude Daguebert, son neveu ainsi que Jacques et Antoine Courbet, frères de l’épouse). Il en aura une cinquième fille, Marie Anne Françoise Joseph Dagbert baptisée à Outreau en 1745 avec François Dagbert, son cousin qui signe comme parrain et Nicolle Dagbert, sa demi-soeur comme marraine et qui décède célibataire à Outreau en 1774. Après la mort de Pierre Dacquebert à Outreau en 1759, Marie Anne Courbet épouse Pierre (de) Labarre, journalier et veuf de Marie Madeleine Henault.

Après Marie qui ne survit que quelques années, le troisième enfant confirmé du couple Dacquebert-Ledoux serait Jacqueline Dacquebert, baptisée à Outreau en 1692 avec Antoine Larde qui signe comme parrain et Jacqueline Harduin comme marraine. En 1721, elle donne naissance à une fille baptisée sous le nom de Marie Jacqueline Sergeant avec Jacque Sauvage comme parrain et  Marguerite Deguisne comme marraine. Le père déclaré dans l’acte de baptême est un François Sergeant. Geneanet vlecuyer et geneanet pmerlin en font le fils de Jacques Sergeant et Michelle Bellevile baptisé en 1698 à Outreau et qui épouse Marie Anne Chrétien avec deux filles nées en 1742 et 1744. Nous penchons plutôt pour le fils de François Sergeant et Marie Dacquebert de la branche principale (voir plus haut), né en 1701 et qui se mariera trois fois à compter de 1726. Quoi qu’il en soit, cette Marie Jacqueline Sergeant épouse en 1743 à Outreau Jean Pierre Merlin, 30 ans , valet de charrue d’ascendance inconnue (Marie Jacqueline,  23 ans a le consentement de Jacqueline Dacquebert  sa mère. Les témoins sont Nicolas Herbes et Claude Sergeant tous deux amis de l’époux et François Daguebert , oncle de l’épouse et Jacques Ledoux son cousin) avec descendance Merlin à Outreau (voir geneanet pmerlin). En 1746 Jacqueline Dacquebert prend officiellement époux en la personne de Louis Coppin, âgé d’environ 64 ans, ancien maître de bateau, fils d’Adrien Coppin et Françoise Dausque et veuf de Marie Leprêtre (Signature de Louis Coppin et marque de Jacqueline Daguebert. Marques de Claude Desgardin, matelot, Jean Bigot, laboureur, Jean Troussel, maréchal et Pierre Descamps, journalier. Pas de témoin Daguebert pour ce mariage tardif). Les deux décèdent à Outreau moins de 20 ans plus tard, lui en 1760 et elle en 1764.

Le dernier enfant confirmé du couple Dacquebert-Ledoux serait François Dacquebert baptisé à Outreau en 1696 (pas de parrain et marraine puisque la page des registres en ligne est pratiquement effacée). En 1724 c’est lui qui aurait épousé à Outreau Marie Sergeant (Les époux laissent leur marque. Egalement marque de Claude Dacguebert, peut-être le fils de Jean et donc le neveu présumé de François mais il n’a alors que 19 ans. Signatures de Francois Coinon, et F. Guerlain). Geneanet vlecuyer en fait la fille de Claude Sergeant et Anne Coinon. François Coinon qui signe comme témoin au mariage de 1724 est vraisemblablement le frère d'Anne  et donc l'oncle de la mariée et le témoin principal de l’épouse étant donné que le père de celle-ci, Claude était mort en 1724. Marie serait la sœur d'Anne Sergeant qui épouse successivement Claude Herbez en 1706 puis Pierre Dacquebert, le frère de François, en 1714. Après le décès de Marie en 1733 (à 42 ans, femme de François Dagbert et native du hameau d'Equihen), François se remarie avec Anne Desgardin en 1734 (Pas de mention du premier mariage de François. Les deux époux laissent leur marque. Également marque de Jacques Sergeant et Pierre Daguebert, vraisemblablement le frère de François. Signature de Léonard  Nicolas Lavoisier). Geneanet vlecuyer fait d’Anne la fille de Nicolas Desgardin  et Jeanne Massuette, baptisée à Outreau en 1705. Elle décède en 1750 à 48 ans, femme de François Daguebert, tisserand avec son mari et Pierre Daguebert, son frère, comme témoins. Ces deux mariages donnent une nombreuse descendance qui est présentée dans une section suivante. François s’éteint en 1783, à 87 ans, journalier.

Dans les enfants non confirmés (nés avant 1685) du couple Dacquebert-Ledoux, on retrouve chez Vasseur, le Père Césaire et la plupart des généalogies en ligne Jean Dacquebert qui serait né vers 1675 donc beaucoup plus tôt que les enfants confirmés. En 1705 il épouse à Outreau Marguerite Pouilly d’ascendance inconnue (Les époux sont de la paroisse d'Outreau et ne peuvent signer. Signature de Pierre Troussel, Léonard Cazin,  un autre Cazin et Robert ?. Pas de témoins Dacquebert). Jean décède en 1713 à l’âge de 38 ans. Marguerite Pouilly s’éteint en 1735, veuve de Jean Dacqueber et âgée de 68 ans. Vu le décès prématuré de Jean, le couple Dacquebert-Pouilly n’aurait eu que deux enfants. L’aîné Claude Daguebert est baptisé en 1705 avec Claude Pouilly comme parrain et Catherine Dacquebert, sœur présumée de Jean (voir plus bas), comme marraine. Cette dernière ne peut être identifiée à un membre de la branche aînée ou cadette des Dagbert d’Outreau de l’époque. En 1732, Claude épouse Marie Herbet  fille de Jean Jacques Herbet  (ou Herbez, Herbe) et Marie Jeanne Baheux (Les époux laissent leur marques. Également marques de Marguerite Pouilly, probablement la mère de l'époux, Jacque Dagbert, peut-être le frère de l'époux et Jean Herbes, probablement le frère aîné de l’épouse. Signature de Jean Coppin). Ce couple Daguebert-Herbet a une importante descendance décrite à la section suivante. Claude s’éteint à 55ans en 1761 à Outreau. Marie décède à 84ans, en 1795 dans sa maison du hameau d’Equihen, lieu dit de la Falaise. Avant d’épouser Marie Herbet, Claude Daguebert est vraisemblablement le Claude Dacguebert qui épouse Marie Louise Preuvost en 1727 à Outreau (Pas d’ascendance des époux. Marques des époux. Signatures de Jean Preuvost, François Preuvost et Jean Tintilier). Marie Louise pourrait être la fille de Denis Preuvost et  Péronne Hague  baptisée à Marquise en 1706 (d’après geneanet vlecuyer qui ne mentionne pas le mariage). Marie Louise est probablement celle qui s’éteint à 23ans en 1728 à Outreau.

Le cadet Jean Jacques Daguebert est baptisé à Outreau en 1708 avec Jacques Soaringue? comme parrain et Jeanne Dacquebert comme marraine. Cette dernière est peut-être sa tante présumée, épouse d’Antoine Ledoux en 1714 (voir plus bas). . En 1735, il épouse à Outreau Antoinette Volant (Marques des époux, de Claude Daguebert, probablement le frère de l'époux, de Jacque Antoine Daguebert, probablement de la branche principale. Signatures d'Antoine Gonsart, de Claude Coppin et de Jacques Volant). Selon geneanet vlecuyer, Marie Antoinette Volant serait la fille de Pierre Volant laboureur à Outreau et Marie Fremin , baptisée à Outreau en 1705. Au moment du mariage, Antoinette serait orpheline de père et mère et le témoin Jacque Volant serait son frère. Jean Jacques est laboureur à Equihen en 1749 et à Questrecques en 1763-64. Il est inhumé à Outreau en 1782, ancien laboureur âgé de 74 ans, un an après Antoinette qui elle avait 76 ans.  Le couple Daguebert-Volant a sept enfants tous baptisés à Outreau entre 1737 et 1748. Parmi les parrains et marraines, on retrouve plusieurs membres de la branche principale des Dagbert d’Outreau : Jacque Antoine Daguebert (père ou fils, à la ferme du Renard) et Marie Catherine Gonsart (peut-être Marie Catherine Gonsart, la sœur de Marie, l’épouse de Jean Dacquebert, fils aîné de Jacque Antoine père) pour Marie Antoinette en 1737, Jacques Volant et Marie Anne Fayeulle, l’épouse de Jacques Antoine père, pour Jacques Antoine, frère jumeau de la précédente,  en 1737, Louis Bacquet de la paroisse St Nicolas de la basse ville de Boulogne et Madeleine Brognart d'Outreau pour Augustin César Louis en 1739 ( il est  baptisé par Mgr l'Evêque de Boulogne, lors de la visite solennelle pour la confirmation), Marc Daguebert ( peut-être le fils de Jacque Antoine et Marie Anne Fayeulle) et Marie Marguerite Sueur pour Marc en 1741, Monsieur Bernard Frohard de St Etienne (écuyer, sieur des Fontaines selon geneanet vlecuyer) et Marie Magdeleine Level pour Louis Marie Bernard en 1743, Pierre Louis Fontaine et Marie Louise Devisme pour Marie Louise en 1745 et finalement Jean Pierre Marie Sauvage et Marie Marguerite Volant pour Marie Marguerite en 1749. Cette proximité avec les membres de la branche principale et l’absence d’une proximité similaire avec ceux de la branche cadette nous incite à penser que Jean Dacquebert et toute sa descendance fait partie de la branche principale et non la branche cadette, autrement dit il serait un frère de François, Jacques Antoine et Guillaume plutôt que de Pierre et François. Les dates de naissance penchent également de ce côté.

Pour revenir aux enfants du couple Daguebert-Volant, ils semblent être tous décédés en bas-âge (Claude Daguebert, frère de Jean-Jacques et Antoine Volant, frère d’Antoinette assistent le père lors de ces obsèques)  à l’exception de l’aînée Marie Antoinette Dacquebert qui épouse successivement et les deux fois à Questrecques : (1) Jean Mercier, originaire de Menneville, fils de Pierre Mercier et feue Marie Adrienne Monchaux, en 1763 (Signature de l'époux et marque de l'épouse. Marque de Jacques Daguebert, père de l'épouse et signature de Pierre Mercier, père de l'épouse. Signatures de Charles Marie Mercier et Jean Charles Mercier, frères de l'époux et des témoins Louis François Geneau et Jean Becquet ) (2) Jacques Antoine Barthélémy Delplanque, laboureur à Outreau, fils de feu Charles Delplanque et Marie Antoinette Butiaux en 1764 (Signature de l'époux et marque de l'épouse. Témoins : Charles Delplanque, frère de l'époux, Philippe Vasseur, laboureur , Nicolas Hadoux, beau-frère de l'époux et Antoine René Geneau). On retrouve Jacques fermier à Hesdin-l’Abbé entre 1768 et 1770, puis journalier à Outreau entre 1773 et 1780, rompeur/extracteur de pierres entre 1780 et 1794 et finalement propriétaire au Portel après 1797 où il s’éteint à 84ans en 1824. Marie Antoinette l’y a précédé en 1783 à 46 ans. Le couple Delplanque-Dacquebert a sept enfants, tous baptisés à Outreau sauf deux qui le sont à Hesdin-l’Abbé en 1768 et 1770. Trois de ces enfants prennent époux ou épouse. Tous ces mariages ont lieu à Outreau et Jacques Antoine le père y signe comme témoin principal. L’aînée Marie Florentine Antoinette Delplanque épouse en 1794 le matelot Louis Antoine François Libert  fils du matelot Thomas Libert et Marie Jeanne Marguerite Germe (Témoins pour lui : Jean Jacques Noulart, matelot au Portel, 21 ans, cousin germain et Jean Baptiste Rosier, 42ans, laboureur à Outreau, bon ami. Pour elle : Jacque Antoine Delplanque, 56 ans, propriétaire  extracteur de pierre au Portel, père et Guillaume Nomariange, charpentier de navire au hameau de Manihen, 34 ans, cousin germain. Tous signent). Puis Jean Marie Delplanque qui vivra jusqu’à 90ans, lui-même marin au Portel, épouse en 1797 Marie Louise Hédouin fille d'Antoine Adrien Héduin, matelot, et Jeanne Marguerite Françoise Leprêtre (Témoins : Antoine Hédouin, matelot, 67ans, Antoine Hédouin, matelot, 20ans, Nicolas Pitois?, 39 ans, respectivement père, frère et cousin de la contractante, Jacques Antoine Delplanque, 57 ans,  Jean Delplanque et Antoine Libert matelot, respectivement père, oncle et beau-frère du contractant). Enfin c’est au tour de Pierre Guillaume Delplanque, également matelot au Portel de s’unir en 1802 à Marie Cécile Gabrielle Charlotte Sauvage fille de Jean Baptiste Sauvage et Marie Charlotte Chivot (Les époux ne peuvent signer. Témoins : Jacques Antoine Delplanque, 71ans, journalier, père du contractant, Jean Baptiste Sauvage, 62ans, journalier, vraisemblablement le père de l’épouse,  Pierre Marie Fourcroy, 38ans, cabaretier et  François Libert, marin, 26ans vraisemblablement le beau-frère de l'époux). Tous ces mariages donnent des descendances (Libert et Delplanque), essentiellement de marins au Portel. Pierre Guillaume se remarie à Outreau en 1838 avec Marie Anne Joseph Haniéré, 35 ans, « femme de confiance », mais décède l’année suivante.

Anne Dacquebert, née vers 1680 (elle décède à Outreau en 1756 à 76ans), est elle aussi probablement une fille du couple Dacquebert-Ledoux. Elle apparaît dans les registres d’Outreau en 1719 quand elle épouse Jacques Lesne (Lenne). Lui est de la paroisse de Dannes et elle est de celle de Saint Léonard avec permission écrite des curés de ces deux paroisses (le marié signe et la mariée laisse sa marque. Marques de Pierre Dacquebert, vraisemblablement le frère cadet d’Anne, et signatures de F. Guerlain et de Jean Gueudre).  Le couple s’établit à Dannes où sont baptisés deux enfants et où Jacques s’éteint en 1727 à environ 42ans. Jacques serait le manouvrier qui en 1711 épouse à Dannes Marie Clément de la même paroisse et qui décède à Dannes en 1718 après avoir donné naissance à trois enfants baptisés à Dannes entre 1712 et 1717. Jacques pourrait être le fils de Marc Lesne et Nicole Fourcroy, baptisé à Dannes en 1690. Quoi qu’il en soit, la raison principale pour placer Anne Dacquebert parmi les enfants de Guillaume et Marie Ledoux est la présence parmi les témoins au mariage de sa fille Marie Françoise Lesne avec Louis Marie Duminy en 1754 à Outreau de Louis Coppin, bel-oncle de la mariée. Ce Louis Coppin est vraisemblablement celui qui a épousé Jacqueline Dacquebert, fille de Guillaume et Marie Ledoux, en 1746 à Outreau (les signatures sur les deux actes concordent) ce qui fait d’Anne la sœur de Jacqueline. Les autres témoins du mariage de 1756 sont Jean Jacques Dumini, frère du mariant et Antoine Roberval son beau-frère ainsi que Jean François Maquingant, cousin germain de l’épouse, dont nous reparlons un peu plus bas. Marie Françoise Lesne a été baptisée à Dannes en 1724 avec Pierre Baheu comme parrain et Françoise Cornu comme marraine. Louis Marie Duminy (Dumesnil) est originaire de Wimille, fils des défunts Jean Dumini et Marie Catherine Convel (Cornuel). Le couple a une descendance Dumini à Outreau.  La sœur aînée de Marie Françoise, Marie Anne Lesne, baptisée en 1721 à Dannes avec Jacques Maquignon comme parrain et Marie Anne Desjardin comme marraine ne survit que quelques semaines.

Marie Daquebert, née à Outreau vers 1680 (elle décède à l’hôpital St Louis de Boulogne en 1767 à 87ans mais ce chiffre est peut-être exagéré compte-tenu des dates de naissances de ses enfants), pourrait bien être la sœur d’Anne et un autre enfant non confirmé du couple Dacquebert-Ledoux. Comme sa sœur présumé, elle apparaît pour la première fois dans les registres d’Outreau par son mariage, cette fois en 1727 et avec Claude Maquinghen. Les deux époux sont de Landrethun et le mariage à Outreau pourrait s’expliquer par la famille de Marie dans cette paroisse. L’acte de mariage porte les marques des deux époux ainsi que les signatures de F. Guerlain, Hierosme Bienaimé et Pierre Level. Geneanet mobey propose une naissance de Claude en 1692 à Baincthun, fils de Pierre et Marie Françoise Dumont. Il est décédé en 1750 lors de l’inhumation de sa fille Marie Madeleine. Le couple a trois enfants baptisés à Outreau entre 1727 et 1731 avec quelques Dacquebert reconnaissables chez les parrains et marraines : François Dacquebert (probablement le cadet des enfants de Guillaume et Marie Ledoux) et Jeanne Baquet pour Jean François en 1727, François Coinon et Marie Antoinette Deguisne pour Marie Antoinette en 1729 et finalement Jean Jacques Daquebert (probablement le fils de Jean et Marguerite Pouilly et donc petit fils de Guillaume et Marie Ledoux) et Marie Madeleine Tintillier pour MarieMadeleine en 1731. Deux des trois enfants se marient. L’aîné Jean François Maquinghen est matelot quand il épouse Elizabeth Baheux, veuve de Pierre Gournay et fille de Claude Baheux et Marie Bourgain ( Le père du mariant est décédé et la mère a donné son consentement. Témoins : Jacque Sagnier, matelot au Portel, beau-frère de l'épouse, Jacque Vollant et Guillaume Ledoux, matelots au Portel. Marques des époux et des témoins) avec descendance Maquinghen au Portel. Sa sœur cadette Marie Antoinette Maquinghen épouse en 1754 à Outreau le matelot Nicolas Lobel, veuf de Marie Françoise Germe et fils de Jean Lobel, lui aussi matelot et Marie Françoise Jeanne Germe (Les témoins cités sont Joseph Bourgois, Louis Coppin, vraisemblablement le mari de Jacqueline Dacquebert fille de Guillaume et Marie Ledoux d’après sa signature, Jean Francois Maquinghant, probablement Jean François Maquinghen, frère aîné de l’épouse, et Jacques Lobel, frère de l’époux. Marques des époux et des deux derniers témoins. Signatures des deux premiers témoins) avec descendance Lobel à Outreau. Le même jour a lieu le mariage de Louis Marie Dominy et Marie Françoise Lesne (voir section précédente) et les mêmes Louis Coppin et Jean François Maquingant  en sont témoins, le premier à titre de bel-oncle de l’épouse et le deuxiéme à titre de cousin-germain de cette même épouse. Cela implique que Marie Dacquebert, mère de Jean François Maquinghen est la sœur d’Anne Dacquebert, la mère de Marie Françoise Lenne et donc elle aussi fille du couple Dacquebert-Ledoux. Le troisième enfant du couple Maquinghen-Dacquebert, Marie Madeleine Maquinghen s’éteint en 1750 à Outreau à seulement 18ans : ses « parents », Pierre Dacquebert, peut-être son oncle présumé, et Claude Desgardin sont témoins.

Dans les enfants non confirmés du couple Dacquebert-Ledoux, on pourrait également placer Catherine Dacquebert, née vers 1682 et qui épouse Charles Pannier en 1711 à Outreau. Les bans sont publiés à Condette et Hesdigneul. Sur l’acte de mariage on retrouve la belle signature de Marie Anne Fayeulle, l’épouse de Jacques Antoine Dacquebert de la branche aînée des Dagbert d’Outreau (voir plus haut). On a également la marque de Guillaume Dacquebert, père présumé de l’épouse (à moins que ce ne soit le frère de Jacque Antoine de la branche aînée) et la signature de François Boulloy, probablement lié au mariant à Hesdigneul. Charles Panier vient effectivement de cette paroisse. Originaire de Frencq, il y épouse en 1698 Isabelle Valin. Le couple aura quatre enfant tous baptisés à Hesdigneul où Charles est laboureur et occasionnellement marguillier et où Isabelle décède en 1710. Le couple Pannier-Dacquebert se serait installé à Hesdigneul puis Condette avec au moins six enfants (dont deux jumelles) baptisés entre 1712 et 1720. Parmi les parrains et marraines de ces enfants, on retrouve Anne Dacquebert, marraine de l’aîné Guillaume en 1712 et sœur présumée de Catherine (voir plus bas). Charles Pannier et Catherine Dacquebert décèdent à une semaine d’intervalle en 1727 à Condette. Il a alors environ 50 ans et Catherine, environ 45 ans. De tous leurs enfants, seule Marie Gabrielle Pannier prend époux, en 1741 à Condette, en la personne de  François Marie Couvelard, 25ans, domestique chez Jean Lachere, fils de feu Antoine et Marie Françoise Famechon (Les témoins sont Jean Lachere, laboureur à Condette, Jean Buret, Jacques et Charles Pannier, fils du premier mariage de Charles Pannier père et donc frères de la mariante  et Françoise Couvelard, soeur du mariant). Malheureusement Marie Gabrielle décède l’année suivant ce mariage.  

Marie Jeanne Dacquebert, née vers 1683 (elle décède à Outreau en 1765 à 82ans), pourrait être également un des enfants non confirmés du couple Dacquebert Ledoux. Elle apparaît dans les registres d’Outreau en 1714 quand elle y épouse Antoine Ledoux, également de la paroisse d’Outreau (Signature d'Antoine Ledoux et marque de Marie Jeanne Ledoux = Dacquebert. Signatures de Pierre Butel et Claude Delarre). L’ascendance des époux n’est pas précisée mais on peut raisonnablement penser qu’Antoine est le fils d’Antoine Ledoux  et Jacqueline Herbez baptisé à Outreau en 1687 (il décède lui aussi à Outreau en 1765 à environ 80ans). Selon geneanet vlecuyer, cet Antoine Ledoux époux de Jacqueline Herbez est lui-même le fils d’Antoine Ledoux et Péronne Toulmel et donc  le frère de Marie Ledoux et Louise Ledoux, les épouses respectives de Guillaume Dacquebert, l’ancêtre de la branche cadette des Dagbert d’Outreau et François Dacquebert, de la branche principale de ces mêmes Dagbert d’Outreau. Sur les actes de mariage de ses enfants (1741 et 1749) ainsi que sur son acte de décés, on apprend qu’Antoine est tisserand. On leur connaît cinq enfants baptisés à Outreau entre 1716 et 1727 et on trouve quelques Dacquebert ou apparentés parmi les parrains et marraines :  de nouveau Claude Delarre (il était déjà témoin au mariage de 1714) et Marie Anne Fayeulle (probablement l’épouse de Jacques Antoine Dacquebert de la branche principale en 1703) pour Antoine en 1716, Claude Sergeant et Marie Herbez pour Marie Jeanne en 1718, Antoine Sergeant (peut-être le beau-frère d'Antoine Ledoux, époux de sa soeur Adrienne) et Jeanne Ledoux pour Jean François en 1721, Jean Dagbert et Marie Antoinette Vollan (peut être Jean Jacques, de la branche cadette, même s'il n'a que 16ans en 1724 et sa future épouse Antoinette Vollant. même si elle n'a que 19ans) pour Jean en 1724 et finalement François Sergeant et Marie Adrienne Loeuillette pour Marie Adrienne en 1728. Marie Jeanne Ledoux, alors servante de 23ans, est le premier enfant du couple Ledoux-Dacquebert à prendre époux, en 1741 à Outreau, en la personne de Claude Monnart (Monard), tisserand de 38ans  fils de Pierre Monart et Marguerite Gin (Le marié signe et la mariée laisse sa marque. Les témoins qui tous signent sauf le dernier sont Pierre Monard, tisserand à Isques, frère du marié, Brice Boullet, couvreur de pailles, son oncle du côté maternel, Antoine Ledoux, tisserand, père de la future et un autre Antoine Ledoux, son frère) avec descendance Monard à Outreau. Son frère aîné Antoine Ledoux, 32 ans,  est tisserand comme son père quand il épouse à Outreau en 1749 Marie Louise Coppin, 23ans, fille de feu Pierre Coppin, matelot,  et Elizabeth Cazin (Témoins : Antoine Ledoux, père de l'époux et Jean François Ledoux son frère, tous deux tisserands au hameau d’Equihen, François Coppin, frère de l'épouse et Jean Baptiste Battel, son cousin germain, tous deux matelots. Marques de Marie Louise Coppin et François Coppin, d'Antoine  Ledoux fils et Jean-François Ledoux et de Jean Baptiste Battel. Signature d'Antoine Ledoux père) avec descendance Ledoux à Outreau. Suit Marie Adrienne Ledoux qui à 29 ans, en 1756, épouse à Outreau Marc François Sergent, fils de François Sergent, manouvrier, et feue Marie Jacqueline Desjardin (Dispense du 3e degré de consanguinité. Témoins : François Sergent, père de l'époux, Louis Bernard et Jean François Sergent, frères de l'époux, Antoine Ledoulx, père de l'épouse, Antoine et Jean Ledoulx, frères de l'épouse, Jean François Volant et Jean Pierre Marie Sauvage, amis du contractant. Les époux, les témoins Sergent et Antoine Ledoux  fils  ne signent pas. Signatures d'Antoine Ledoux père, Jean Ledoux, Jean François Volant et Jean Pierre Marie Sauvage) sans descendance connue. Une semaine plus tard, son frère Jean Ledoux, 31 ans, lui aussi tisserand comme son père et ses frères, épouse à Outreau Marie Louise Antoinette Sauvage, 30ans, native de Carly, fille de Pierre Sauvage et Marie Antoinette Leuliette (Dispense de consanguinité au 4e degré. Témoin : Antoine Ledoux, père de l'époux et Antoine Ledoux, son cousin, Jean Pierre Marie Sauvage, frère de l'épouse  et Charles Loeuillette son cousin. Tout le monde signe sauf l'épouse) avec descendance Ledoux à Outreau et Boulogne.
Tous les sites geneanet consultés qui donne une ascendance à Marie Jeanne Dacquebert en font le premier enfant de Jacques Dacquebert et Jeanne Beaubois qui se sont mariés en 1682 à St Etienne (voir section 2-5). Malgré la concordance des dates (Marie Jeanne serait née vers 1683), nous ne pensons pas que c’est une hypothèse valable dans la mesure où aucun des apparentés supposés de Marie Jeanne n’est impliqué dans les événements familiaux (baptême, mariage) de sa famille et vice-versa. Par exemple, on pourrait s’attendre à ce que Marie Jeanne soit la marraine de Marie Jeanne Deguisne, le premier enfant de sa sœur cadette Marie Jacqueline qui épouse Nicolas Deguisne en 1715 mais c’est plutôt Geneviève Dacquebert, la sœur cadette de Marie Jacqueline. Aucun  des six autres enfants de Marie Jacqueline n’a Marie Jeanne ou son époux depuis 1714 Antoine Ledoux comme marraine ou parrain et ces derniers ne figurent pas parmi les nombreux témoins du mariage de Marie Jacqueline en 1714. De la même façon, on ne retrouve pas Marie Jacqueline ni Nicolas Deguisne parmi les parrains et marraines ou les témoins au mariage des enfants de Marie Jeanne et Antoine Ledoux. Par ailleurs, notre hypothèse (Marie Jeanne fille de Guillaume Dacquebert de la branche cadette des Dagbert d’Outreau) est supportée par ce genre de lien entre les individus des deux groupes comme indiqué plus haut (Antoine Ledoux neveu par alliance Ledoux de Guillaume et François Dacquebert, Marie Anne Fayeulle, Jean Dacquebert et Marie Antoinette Volant, marraine et parrain d’enfants du couple, Marie Jeanne marraine de Jean Jacques Daguebert en 1708).


Retour