La descendance de François Dacquebert et Marie Sergeant

Revenons à François, dernier fils connu de l'ancêtre de la branche cadette Guillaume Comme indiqué plus haut François Dacquebert (1696-1783) est tisserand et il épouse en 1724 à Outreau Marie Sergeant puis après la mort de cette dernière en 1733, Anne Desgardin, toujours à Outreau en 1734. De la première union vont naître quatre fils (Table 13a) mais seulement deux de ces fils vont fonder des familles. L'aîné François Daguebert, baptisé à Outreau en 1724 (Le parrain  est Louis Tourret  et la marraine Marguerite Sergeant, vraisemblablement une tante) est journalier quand il épouse à Outreau en 1753 Marie Françoise Deguisne (1722-1793) fille de Nicolas Deguisne, couvreur de paille, et Marie Jacqueline Daguebert de la branche historique des Dagbert d’Outreau (c’est la fille de Jacques Dacquebert et de Jeanne Beaubois qui a épousé Nicolas Deguisne à St Etienne en 1715 – voir plus haut -  Les témoins sont François Daguebert, père du contractant, Louis Marie Daguebert, son frère, Nicolas Deguisne, frère de la contractante et François Blanpain, son beau-frère. Les contractants, leurs pères et frères laissent leur marque. Seul le quatrième témoin signe. Dispense du 4e degré de consanguinité).  Ils ont huit enfants, dont sept filles, de 1753 à 1765 et tous baptisés à Outreau (probablement Equihen) où François est tisserand comme son père puis vers la fin de sa vie, matelot côtier (à Equihen en 1793 au décès de Marie Françoise Deguisne déclaré par sa fille Augustine Dagbert, 39ans, et son frère Louis Marie Dagbert, 64 ans) et ménager (à Equihen en 1799 à son décès déclaré par son beau-fils Louis Marie Fournier, 55ans, marin et son neveu, Jean Louis Dagbert, 35 ans, également marin) .

L'aînée Marie Françoise Dagbert survit à son frère jumeau Louis Marie François, tous deux baptisés en 1753 (les parrains du garçon sont Louis Marie Dagbert, probablement l’oncle et sa marraine est Marie Louise Deguisne, probablement la  tante; ceux de la fille sont Gabriel Copin et Benoite Touret). En 1775, elle épouse à Outreau  Louis Marie Fournier, matelot de 31 ans originaire de Condette, fils de François Fournier et Marie Louise Truvet et veuf de Marie Catherine Magdeleine Dagbert, une fille de Claude et Marie Herbet déjà présentée plus haut ( Dispense du 3e degré de consanguinité - Les témoins sont  François Dagbert et Françoise Deguisne, père et mère de la contractante, Joseph Bourgois, Louis Marie Cousin, Jacques Sergeant. Signature du contractant et des trois derniers témoins plus  Claude Coppin). Le couple Fournier-Dagbert  a neuf enfants baptisés entre 1775 et 1793 à Outreau où Louis Marie est matelot et où il s’éteint en 1811, à 67ans, syndic des gens de mer d’Equihen ( le décès est déclaré par Antoine Honoré Davault de Tihen, 25 ans, et  Louis Marie Daguebert, 22 ans, de la branche principale des Dagbert d’Outreau, tous deux propriétaires cultivateurs à Outreau).  Parmi les parrains et marraines de ses enfants, on retrouve plusieurs Dagbert apparentés :  Marc Baillard et  Rosalie Dagbert (probablement la tante – voir plus bas) pour Marie Françoise Rosalie en 1775, Jean Herbé et Augustine Dagbert (probablement une autre tante – voir plus bas) pour Marie Antoinette Célestine en 1777, Louis Marie Sergeant et Marie Louise Boulet pour Louis Marie en 1778, Louis Marie Sergeant et Magdeleine Daguebert (probablement une autre tante – voir plus bas) pour Marie Louise en 1781, Pierre François Etienne Justin et Marie Jeanne Dagbert (probablement une autre tante – voir plus bas) pour Pierre François Etienne en 1782, Wandrille Delplanque (déjà présenté plus haut) et Marie Anne Masset pour Augustin en 1784, Jean Jacques Sergeant et Marie Magdeleine Malahieu pour Jean Claude en 1788, Eloy Boulet et Rosalie Tourret pour François Marie en 1791 et finalement Eloy François Hénon et Marie LouiseAngélique Justin pour  Eloi Etienne en 1793.
L’aînée des enfants Fournier-Dagbert, Marie Françoise Rosalie Fournier, épouse en 1802 à Outreau, Jean Pierre Guedré, journalier, fils de François Guedré,manouvrier, et Marguerite Catto de St Etienne (Les témoins sont Louis Marie Guedré, 21ans, garçon meunier à Outreau, Jean Baptiste Augustin Deguisne, 21ans, journalier à Outreau, Antoine Marie Sergent, 23ans, cordonnier à Outreau et  Jean Louis Tintillier, 47ans, journalier à Outreau. Personne ne signe)  sans descendance connue. Suit Louis Marie Fournier, marin à Outreau en 1799 quand il y épouse Marie Anne Labarre, fille de Pierre Antoine Labarre, marin, et Marie Anne Françoise Sotty (Le contractant est accompagné de Louis Marie Sellier, 34ans, guetteur et Noel Antoine Sellier, 3x?ans, gardien du fort, ses voisins. La contractante est accompagnée de Antoine Sellier, 34ans, employé au fort et François Sellier, 67ans, guetteur, ses amis. Les témoins signent mais pas les contractants) avec une importante descendance de marins à Outreau. En 1825, on retrouve Louis Marie capitaine d’un petit cabotage puis de nouveau marin en 1837 et 1839. Il s’éteint à 67ans en 1843, « maître au cabotage » dans sa maison d’Equihen (décés déclaré par son fils Louis Marie François Fournier , 44ans, et Jean François Gabriel Sauvage, 59ans, un voisin, tous deux marins). Marie Anne, son épouse, l’y suit quatre ans plus tard, à 69ans (décés déclaré par le même fils, Louis Marie François Fournier , 48ans, et François Joseph Gin, 41ans, un voisin).Un troisième enfant du couple Fournier-Dagbert, Augustin Fournier, est lui aussi marin à Equihen en 1805 quand il épouse à Outreau Marie Françoise Rosalie Labarre, couturière, fille de Pierre Antoine Labarre et Marie Anne Françoise Sotty  et donc soeur de Marie Anne qui a épousé Louis Marie, frère d'Augustin, en 1799 ( Les témoins sont Pierre Guedré, 27ans, marin, probablement le beau-frère  de l’époux, Louis Marie Hubert Degardin, 26ans, garde champêtre, Jacques Breford, 35ans, cabaretier et Pierre Sauvage, 25ans, marin. Seul Degardin signe)  avec descendance Fournier à Outreau. Après le décés de Marie Françoise Rosalie en 1817, Augustin se remarie en 1820 à Outreau avec Marie Louise Antoinette Merlin, fille de feu Jean Alexis Merlin, journalier, et Marie Françoise Gabrielle Droit (Les mères des époux sont présentes et consentantes. Les témoins sont François Felix Desgardin, 24ans, ami de l'époux, Frédéric Ducrocq, 25ans, son cousin germain, Jean Marie Merlin, 25ans, frère germain de l'épouse et Pierre Augustin Obligitte, 25ans, issu germain de l'épouse. Personne ne signe) avec également une descendance Fournier à Outreau. Augustin est toujours  marin quand il décède en 1833 a 49 ans chez Gérard Perod, cabaretier au Portel (le décés est  déclaré par son frère Jean Claude Fournier, 45ans, et son beau-frère Jean Marie Merlin, 37ans, tous deux marins). Marie Louise Antoinette, sa deuxième épouse, s’éteint beaucoup plus tard, en 1870 à 77ans, matelote, à son domicile d'Equihen (le décés est déclaré par ses deux gendres Jean Baptiste Herbes, 43ans, et  Pierre Merlin, 42ans ). Suit Jean Claude Fournier, marin comme ses deux frères quand il épouse en 1812 à Outreau, Marie Antoinette Josephine Desjardin, matelote de 21ans, fille de Louis Marie Desgardins, journalier, et Marie Marguerite Daguebert, elle-même fille de Claude et Marie Herbet et déjà présentée plus haut ( Les témoins sont Augustin Fournier, 28ans, matelot, frère germain de l'époux, Louis Marie Daguebert, 23ans, cultivateur, ami de l'époux, un Jacques non identifié, 27ans, journalier et Alexis Daguebert, 22 ans, cultivateur, amis de l'épouse. Les contractants, le premier et troisième témoins ne signent pas. Le deuxième et quatrième témoin sont les fils du maire Louis Marie Daguebert de la branche principale et déjà présentés plus haut). On ne connaît pas de descendance à ce couple. Le cinquième et dernier enfant du couple Fournier-Dagbert à se marier est Eloi Etienne Fournier, marin comme ses frères quand il épouse en 1815 à Outreau, Marie Angélique Justin, épicière, fille naturelle de Marie Antoinette Justin, propriétaire et cultivatrice à Outreau (Les témoins sont Jean Claude Fournier, 26ans, marin, frère germain de l'époux, Eloi Hénon, 42ans, pensionnaire de l'état, ami de l'époux, Honoré Justin, 41ans, propriétaire cultivateur, oncle de l'épouse et  Louis Denis Justin, 25ans, ménager, son cousin germain. L'épouse, sa mère et leur premier témoin, tous des Justin, signent) avec descendance Fournier à Outreau. Eloi Etienne périt dans le naufrage du Don de Dieu en 1823, où Jean Baptiste Daguebert, petit-fils de Claude et Marie Herbet, trouve également la mort (voir plus haut).

Suivent Marie Louise Daguebert baptisée en 1755 (Le parrain est Louis Marie Sergeant et la marraine, Marie Catherine Daguebert, probablement  la fille de Pierre, l'oncle de son père François) qui décède célibataire à 21 ans et Marie Antoinette Augustine Dagbert, baptisée en 1757 (avec Nicolas Deguisne, vraisemblablement un oncle, pour parrain et Marie Antoinette Sauvage comme marraine). Cette dernière épouse en 1789 à Outreau Michel Ducroq, journalier de 40ans originaire du Courset, veuf de Marie Catherine Couvelard  et fils de Michel Ducrocq et feue Marie Françoise Mariette (Dispense d'affinité du trois au troisième degré. Outre celle du contractant, l'acte porte les signatures de deux Coppin, un Ducrocq, un Herbez et un Cousin. Les témoins cités sont François Dagbert, père de la contractante, Jacques Ducroq, frère du contractant, Claude Coppin, Jacques Antoine Freel et Antoine Cousin). Le couple Ducrocq-Dagbert réside à Outreau, au hameau de Capécure en 1793 et 1795, où Michel est journalier jusqu’à sa mort en 1807, trois semaines après celle de son épouse (dans les deux cas, le décés est déclaré par Jacques Antoine Marie Moreau de Vernicourt  et Jacques Antoine Daguebert, de la branche principale des Dagbert d’Outreau, cultivateurs à Outreau et voisins des défunts). Le couple Ducrocq-Dagbert a sept enfants (dont des jumeaux) déclarés à Outreau entre 1789 et 1803. Trois de ces enfants se marient : l’aîné Jean Louis Michel Ducrocq, militaire licencié des armées napoléoniennes en 1815 est domestique à Outreau quand il y épouse Marie Sophie Lavoine, journalière native de Cresmarest, fille des défunts Pierre Lavoine, charron à Cresmarest, et Marie Jeanne Caffin (Les témoin sont François Rivenez, 23ans, maréchal-ferrant, François Telle, 30ans, garde-champêtre, tous deux amis de l'époux, Louis Parfait Hodencq, 38ans, cabaretier et François Routier, 22ans, amis de l'épouse. Les quatre témoins signent mais pas les contractants qui sont tous deux orphelins de père et mère) avec descendance Ducrocq à Outreau.
Son cadet Joseph Frédéric Ducrocq est marin quand à 25 ans il épouse à Outreau en 1820, Marie Catherine Antoinette Magnier, 17ans,  fille naturelle de Marie Antoinette Magnier (Les témoins sont Louis Marie François Condette, 63ans, bel oncle de l'époux, Augustin Fournier, 36ans, cousin germain de l'époux, Pierre Louis Marie Allinguer?, 35ans, ménager, bel oncle de l'épouse et Jean Théodore Baudry, 5xans, propriétaire cultivateur, ami de l'épouse. Les contractants, la mère de la contractante,ainsi que le second et troisième témoins ne signent pas). Après le décés prématuré de cette première épouse en 1823, toujours marin, il se remarie en 1828 avec Marie Antoinette Gertrude Boulet, couturière de 27ans, fille de feu Eloi Boulet et  Marie Catherine Justine Specq ( Les témoins sont Jean Michel Ducrocq, 39ans, journalier, frère du contractant, Louis Théodore? Condette, 23ans, journalier, son beau-frère, Eloi Sauvage, 57ans, marin, ami de l'épouse  et Jean Marie Eloi Boulet, 23ans, marin, frère de l'épouse. L'époux et ses deux témoins signent. L'épouse et ses deux témoins ne signent pas) mais celle-ci s’éteint dans sa maison d’Equihen seulement un mois après le mariage. Alors, Joseph Frederic se remarie une troisième fois en 1835 à Outreau, cette fois avec une manouvrière de 27 ans, Marie Euphroisine Neuville, fille de Nicolas Marie François Neuville, journalier et Gabrielle Legrand ( Les témoins sont Jean Louis Michel Ducrocq, 45ans, manouvrier, frère germain du contractant, Louis Thomas Condette, 28ans, marin, beau-frère du contractant, Felix Célestin Branchart, 21ans, marin, beau-frère de la contractante et Pierre Marie Alexis Delhelle, 51ans, cultivateur, ami de la contractante. Tout le monde signe sauf la contractante, sa mère et le troisième témoin) avec une descendance Ducrocq à Outreau. Leur sœur cadette Amable Bergitte (Brigitte) Ducrocq a 22ans quand elle épouse à Outreau en 1825 Louis Thomas Condette, marin de 19ans, fils de Louis Marie François Condette et Marie Jeanne Françoise Dagbert, sœur de Marie Antoinette Augustine (voir plus bas – Les témoins sont  Louis Hubert Condette, 5xans, marin, cousin germain de l'époux, EtienneThéodore? Baudry, 3xans, propriétaire cultivateur, ami de l'époux, Joseph Frédéric Ducrocq, 3xans, marin, frère germain de l'épouse et Jean Claude Fournier,37ans, marin, cousin germain de l'épouse. Signatures de Louis Condette, Ducrocq et Baudry). Un quatrième enfant du couple Ducrocq-Dagbert, Louis Marie Ducrocq, meurt en 1815 à 23 ans, mendiant et célibataire au lieu « vulgairement » nommé Les Hayettes.

Après Rosalie Dagbert, baptisée en 1758 (Le parrain est Felix Touret et la marraine : Marie Antoinette François Darré) et décédée célibataire à 25ans puis Marie Jeanne Daguebert, baptisée en 1760 (avec Louis Dacquebert  comme parrain et Marie Jeanne Herbez comme marraine,  probablement l'oncle et son épouse), le prochain enfant du couple Dagbert-Deguisne à se marier est Marie Madeleine Dagbert. Baptisée en 1763 (Le parrain est Jean Charles Herbez,  probablement le frère de Marie Jeanne, épouse de Louis Marie, le frère de François, et la marraine, Magdeleine Deguine), elle épouse, elle aussi en 1789 mais à Condette, François Marie Anquer (Anquiez), manouvrier à Condette, fils de feu Pierre Nicolas Anquer et Marie Louise Bourdon (Les témoins sont Jean Buret et François Claude Lachère, amis de l'époux, Jacques Sergeant père et Jean Jacques Sergeant fils, amis de l'épouse. Marques des époux et signatures des témoins). Le couple est établi à Condette où naît en 1796 leur seul enfant connu, Marie Françoise Rosalie Anquiez, déjà présentée plus haut car c’est elle qui a un enfant naturel mais reconnu de son maître Jean François Daguebert, fils de Claude et Marie Herbet.

Le dernier enfant du couple Dagbert-Deguisne est Marie Jeanne Françoise Dagbert, baptisée en 1765 (avec Jean Louis Coppin comme parrain et Marie Jeanne Françoise Daguebert, peut-être la fille née du deuxième mariage de Pierre,l’oncle de François, comme marraine) qui épouse en 1799 à Outreau le marin de 40ans, Louis Marie François Condette, veuf de Marie Jeanne Labarre et fils de Jean François Condette et Marie Jeanne Herbez (L'époux est assisté de Pierre François Régnier, 38ans, cultivateur à Condette, son ami et François Neuville, 32 ans, marin à Outreau, son neveu. L'épouse est assistée de Louis Marie Blanpain, 30ans, marin à Outreau, son ami et François Anquiez, 32 ans, manouvrier à Condette, son beau-frère. Tout le monde signe sauf la contractante et le dernier témoin). Le couple qui réside à Equihen où Louis Marie François est marin n’aurait eu qu’un seul enfant, Louis Thomas Condette, né en 1806 et qui épouse Amable Bergitte Ducrocq en 1825 (voir plus haut).

Le frère cadet de François, Louis Marie Daguebert, baptisé à Outreau en 1728 (Le parrain est Louis Marie Sergeant et la marraine, Marie Magdeleine Tintiller) est journalier à Outreau en 1765 quand il y épouse Marie Jeanne Herbes, fille de Jean Herbes et Marie Jeanne Labarre (Les témoins sont François Dagbert et un autre François du même nom, père et frère du  contractant, Jean Herbé et Marie Jeanne Labarre, père et mère de la contractante, Claude Cozette, Louis Marie Cousin, Joseph Bourgois, Pierre Coppin et Alexandre Davault. Seuls Jean Herbez, Claude Cozette, Louis Marie Cousin et Joseph Bourgois signent). Le couple est établi à Outreau (vraisemblablement Equihen) où Louis Marie est journalier ou manouvrier jusqu’à sa mort en 1799 (à 75ans dans sa maison d'Equihen déclaré par ses fils Jean Louis Dagbert, 36ans , et Pierre Antoine Isaac Dagbert , 22 ans , tous deux marins) et où sont baptisés huit enfants entre 1765 et 1779. Parmi les parrains et marraines, on retrouve quelques parents des père et mère : Jean Charles Herbé ( probablement le frère de Marie Jeanne, la mère, même s’il n’a que 18ans) et  Benoite Tourret  pour Jean Louis en 1765, Alexandre Ledoux et Marie Anne Antoinette Herbé (probablement la soeur cadette de Marie Jeanne, la mère) pour Jean Jacques en 1767, Louis Marie Herbé et Marie Françoise Dagbert (peut-être la cousine, fille de François, le frère de Louis Marie, même si elle n'a que 15 ans) pour Marie Louise en 1768, Louis Hurtel et Marie Anne Françoise Dagbert (peut être la fille de Pierre , oncle de Louis Marie, de son mariage avec  Marie Courbet) pour Marie Jeanne Benoite en 1771, Pierre Augustin Coppin et Marie Catherine Françoise Elizabeth Wadoux pour Pierre François en 1773, Jean Louis Tisserand et Françoise Labarre pour Marie Françoise Bernardine en 1774, Pierre Labarre et  Marie Anne Antoinette Sauty (vraisemblablement son épouse) pour Pierre Antoine Isaac en 1776 et finalement Felix Herbé et Rosalie Dagbert ( probablement sa cousine, la fille de François) pour Marie Antoinette Euphrosine en 1779.

L’aîné des enfants du couple Daguebert-Herbes, Jean Louis Dagbert est le seul à fonder une famille. En 1788, alors manouvrier de 23ans, il épouse à Outreau Marie Louise Augustine Sergeant, 27ans, fille de feu François Sergeant, tisserand, et de feue Marie Josèphe Lamirand (Les témoins sont Louis Dagbert, père du contractant,  Claude Coppin, Jacques Antoine Fréelle, Antoine et Barthélémy Cousin.Les contractants signent (Jean Louis Dagbert et Augustine Sergent) ainsi que les témoins, sauf le père du contractant). Le couple réside à Equihen où Jean Louis est matelot (1794 et 1802), marin (1799), sous-syndic des marins d’Equihen (1815 -16), et finalement syndic (1827-27). Il s’éteint dans sa maison d’Equihen à 87ans en 1853. Son épouse Marie Louise Augustine était morte depuis 40ans. Ils ont eu huit enfants qui se sont tous mariés et dont nous décrivons la descendance dans la section suivante. Les autres enfants du couple Daguebert-Herbes n’atteignent pas l’âge adulte ou restent célibataires. Jean Jacques décède à 16ans en 1783 et sa sœur Marie Louise à 11ans en 1779. Marie Jeanne Benoite s’éteint à Wimille à 80ans, célibataire. Pierre François meurt à 9ans en 1782 et Marie Antoinette Euphroisine à 1 an en 1780. Pierre Antoine Isaac Dagbert est un marin de 22ans quand il témoigne au décés de son père Louis Marie avec son frère aîné Jean Louis en 1799. Par la suite on perd sa trace. On ne sait pas ce qu’est devenue Marie Françoise Bernardine, née en 1774.

Les deux derniers enfants du couple Dacquebert-Sergeant ont eux aussi une existence assez courte : Jean Jacques, baptisé en 1730 ( le parrain est Jean Jacques Dacgbert, peut-être le fils de Jean et Marguerite Pouilly né en 1708, et la marraine Marie Marguerite Monard) meurt à 21ans en 1751 et  Claude baptisé en 1732 (le parrain est Claude Herbet , probablement le fils de Claude Herbet et Anne Sergeant et donc le cousin de Claude, et la marraine, Marie Jeanne Boulet) disparaît à 16ans en 1749.

Retour