La branche principale

On en donne un aperçu dans la Table 3. C'est celle à laquelle on peut rattacher un bon nombre de Dagbert, Dacbert ou Daguebert contemporains (le patronyme Dacquebert qui était le plus courant au 17e et début du 18e siècle semble être tombé en désuétude vers le milieu du 18e siècle). Vasseur (FG1) la fait débuter au milieu du 17e siècle avec deux frères (Table 4) Marcque et Guillaume Dacquebert. Il émet l'hypothèse que leurs parents seraient Marc et Anne Marlard de la branche historique étudiée par FAB et décrite dans la section précédente. Cette hypothèse est reprise dans la plupart des arbres publiés sur l’internet.

La branche aînée ou les descendants de Marcque

On va retrouver dans cette branche aînée essentiellement des gens de la terre (laboureurs, manouvriers, cultivateurs, fermiers..) résidant dans ce qui est maintenant la commune d'Outreau. C'est également dans cette branche que l'on retrouve sur plusieurs générations les propriétaires de la ferme dite du Renard à Outreau.

Les deux premières générations

L'aîné Marcque Dacquebert, manouvrier à Equihen selon Vasseur, serait né vers 1630 et aurait épousé Jacqueline Clabault  vers 1660. (Table 4). On ne sait rien de Jacqueline. En fait son existence semble n’être attestée que par sa mention comme mère défunte dans l’acte de décès de sa (dernière) fille Péronne, alors âgée de 3 ans, en 1686 à Outreau. Marc est probablement celui qui est inhumé en 1708 à Outreau âgé de 78 ans (d’où la naissance vers 1630). Il pourrait également être le Marcq Daquebert, témoin au mariage de Philippe Loeuilliette d'Outreau et d'Apolline Panier d'Audresselles à Audresselles le 22-02-1672. De cette union naissent six enfants connus de 1663 à 1683 (toutes ces dates sont approximatives puisqu'il n'y a pas d'actes paroissiaux antérieurs à 1685 conservés à Outreau) et cinq de ceux-ci se marient entre 1686 et 1712. Comme pour les Dacquebert de la branche historique décrite précédemment, on peut déceler une certaine affinité avec la région Audinghen-Audresselles puisque deux des enfants du couple (Joachine et Guillaume) se marient avec des natifs d'Audresselles.

L'aîné présumé des enfants de Marcque et Jacqueline Clabault est François Dacquebert qui épouse Louise Ledoux en 1686 à Outreau (c'est un des premiers mariages répertoriés pour cette paroisse. Témoins pour lui  : son père Marcq Dacquebert et son oncle Guillaume Dacquebert. Témoins pour elle :  son père Anthoine Ledoux et ses frères Anthoine et Jacques Ledoux. Personne ne signe). D’après son acte de décès en 1741 à Outreau, Louise serait née vers 1654 au hameau d’Equihen même si l’acte de mariage de 1686 donne plutôt une naissance vers 1660. Ses neveux Antoine Ledoux et Jean Sergeant sont témoins au décès. Geneanet vlecuyer en fait la fille d’Antoine et Peronne Toulmel baptisée à Wimille en 1658. François s’éteint également en 1741 à Outreau. D’après son acte de décès, il serait né vers 1656 mais là encore l’acte de mariage de 1686 donne une naissance vers 1663. Ce couple Dacquebert-Ledoux n'a pas de descendance connue mais on retrouve François  comme  témoin de plusieurs événements familiaux de ses frères et sœurs (Mariages de Joachine en 1691, de Guillaume en 1695, de Marie en 1699, de Jacques-Antoine en 1703. Parrain de Marie Catherine, premier enfant de Guillaume en 1696, et de François, premier enfant de Jacque-Antoine en 1704)

La cadette Joachine (ou Joassine) Dacquebert épouse successivement deux enfants d'Audresselles  : en 1691, Jean Harduin (avec descendance à Audresselles) et, à près de 50 ans, en 1712, Jean Pourre. Curieusement le mariage de 1691 à Outreau n’apparaît pas dans les registres mis en ligne. Néanmoins ce mariage est repris par plusieurs auteurs dont le père Césaire et geneanet pmerlin qui donne une transcription de l’acte : « Jean Harduin de la paroisse d'Audresselle assisté de Louis Harduin son frère et de Pierre Harduin son cousin germain d'une part et Joassine Dacquebert de cette paroisse assistée de Marque Dacquebert son père, de François Dacquebert son frère et de Jacques Antoine Dacquebert son frère. Signatures : Jean Dacquebert met sa marque : I.H., L. Harduin, P. Harduin, marques de Joassine, François, Jacques et Antoine Dacquebert ». On ne connait pas l’ascendance de Jean Harduin qui est matelot et porte le surnom de Mabile en 1696. Le couple Harduin-Dacquebert aurait eu cinq enfants, tous baptisés à Audresselles entre 1693 et 1705. Les parrains et marraines sont : Jean Harduin et Marie Dagbert (probablement la sœur de Joachine) pour Jean en 1693, Robert Harduin et Apoline Malfoy pour Pierre en 1696, Louis Harduin (frère de Jean?) et Noelle Harduin pour Marie Louise en 1698, Jacques Remy et  Marie Françoise Dufay pour Marie Françoise en 1701 et finalement Léonard Delattre, fils de François et Marie Anne Dulos pour Léonard en 1705. Ce Léonard Harduin, matelot comme son père, serait le seul enfant ayant pris épouse, Antoinette Pourre en 1737 à Audresselles. Après le décès (non retrouvé) de Jean Harduin, Joachine se remarie en 1712 à Audresselles avec Jean Pourre, fils de Jean Pourre et Elisabeth Bouclet (l’acte porte la marque des époux, de Louis Pourre et Eustache Noel). Elle décède en 1736 à Audresselles à environ 60 ans, ce qui placerait sa naissance en 1676, une date difficilement compatible avec un premier mariage en 1691.

Le troisième enfant, Jacques Antoine Dacquebert serait né vers 1667 d’après son âge d’environ 75 ans à son décès en 1742 à Outreau. Il est laboureur à Outreau et considéré comme premier Dacquebert propriétaire de la ferme de la Tour du Renard (voir Rodière - "Les vieux manoirs du Boulonnais"). En 1692 ce serait lui qui épouse à St Etienne-au-Mont Françoise Neuville (l’acte est pratiquement illisible; on distingue les marques des époux et celle d’un Guillaume Dacquebert, vraisemblablement le frère de Jacques Antoine et d’une Marguerite dont le nom est effacé). D’après son acte de décès à Outreau en 1702 à l’âge de 45 ans, Françoise serait née vers 1657, donc une dizaine d’années avant Jacques Antoine. Son ascendance reste inconnue (geneanet vlecuyer en fait la fille de Jacques Neuville et Barbe Prevost). Le couple a deux enfants baptisés à St Etienne : Jacques Antoine en 1695 avec Jacques Fayeulle comme parrain et Marguerite Habart  comme marraine qui ne survit que quelques jours et Jean Jacques en 1696 avec Jean Boulanger comme parrain et Françoise Hubin comme marraine qui décède à Outreau à 23 ans en 1719 (même si l’acte de décès est pour Jacques Antoine). En 1703, Jacques Antoine se remarie à Condette avec Marie Anne Fayeulle ou Fayolle (La mariante signe l’acte ainsi que Marc Fayeulle, peut être le frère de la mariante, et Pierre Malfoy. Le mariant laisse sa marque ainsi que François et Guillaume Dacguebert, probablement les deux frères de Jacques Antoine; ce mariage aurait fait l’objet d’un contrat chez Cannet). L’acte de mariage ne précise pas l’ascendance de Marie Anne mais plusieurs sources (Vasseur, Césaire, geneanet memoiredopale et vlecuyer…) font de Marie Anne la fille de François, laboureur à Isques, et Nicole Lefebvre, baptisée à Isques en 1679. Le couple a au moins sept enfants qui sont décrits dans une section suivante. Marie Anne s’éteint à Outreau en 1740 à l’âge de 64 ans (ce qui donnerait une naissance en 1676 au lieu de 1679; les témoins qui signent l’acte de décès sont le  beau-fils Pierre Leuliette, laboureur à Outreau et le neveu Jean Marc Faieulle, laboureur à St Martin; ce dernier est probablement le fils de Marc Fayeulle, témoin au mariage de 1703 et Jacqueline Cailleret, baptisé à St Martin en 1698) et Jacques Antoine suit au même endroit en 1742, à l’âge d’environ 75 ans (les témoins sont ses deux fils, Jean Dagbert, qui signe et Jacques Antoine Daguebert qui laisse sa marque).

Le troisième fils connu du couple, Guillaume Dacquebert serait né vers 1670 d’après son âge d’environ 45 ans à son décès en 1715 à Outreau. Ce serait lui qui épouse en 1695 à Audresselles Jeanne Carpentier de cette paroisse (les époux laissent leur marques; on retrouve également les marques de Marc, François et Guillaume Dagbert, probablement le père, le frère et l’oncle de Guillaume, de Michel Duchesne et la signature de Pierre Delattre; selon Vasseur, le mariage fait l’objet d’un contrat chez le notaire Guillot avec François, Jacques Antoine et Joassine Dacquebert, frères et sœurs de Guillaume, témoins pour lui). Selon Vasseur, Jeanne serait la fille de Jean Carpentier, meunier à Audresselles et de Françoise Delattre. Le couple a au moins huit enfants qui sont décrits dans une section suivante. Guillaume décède prématurément à Outreau en 1715. Jeanne l’y suit en 1743 à 75 ans environ avec son fils Jacques Antoine qui laisse sa marque comme témoin.

La deuxième fille du couple, Marie Dagbert serait née vers 1670 d’après son âge d’environ 66 ans à son décès en 1736 à Outreau. Ce serait elle qui épouse François Sergeant, tisserand, en 1699 à Outreau (l’acte de mariage porte la marque de Marie Dagbert et celle de François Dagbert, son frère ainsi que la signature de François Sergeant et la marque de Claude Sergeant, son frère). Selon geneanet vlecuyer, François serait le fils d’Antoine et Marie Deguisne, né vers 1675 à Outreau selon son acte de décès à Outreau à l’âge d’environ 52 ans en 1727 (ce François a effectivement un frère aîné Claude décédé en 1712). Le couple Sergeant-Dagbert aurait eu cinq enfants, tous baptisés à Outreau entre 1701 et 1711 et avec les parrains et marraines suivants : François Desgardins  et Marie Moulliere  pour François en 1701, Claude Herbez  et Marie Massuette pour Marie Françoise en 1703, Louys Monnart? et Marie Anne Lemoine? Pour Louis en 1705, Antoine Hogeaire? et Marguerite Volant pour Antoine en 1706 et finalement  François Doquois  et Françoise Deguisnes pour Pierre en 1711. Les deux derniers enfants meurent en bas-âge et les trois premiers se marient. L’aîné, François Sergeant, tisserand comme son père, épouse successivement : (1) Marie Marguerite Prevost, originaire de Questinghen, fille de Sébastien et Marguerite Caudron, à Questinghen en 1726 (l’acte porte les marques des époux, de Marie Dagbert, vraisemblablement la mère de François, de Louis Sergeant, fort probablement son frère et la signature de Jean Tintillier) (2) Marie Jeanne Antoinette Baudon, originaire de Samer, fille des défunts Jean et Jeanne Lagaize, en 1736 à Saint Etienne-au-Mont (Les époux laissent leur marque. Signatures de Marie Habart, François Seman, J. Deguine et Marie Benoite Weddel?). (3) Marie Joseph Lamirand, originaire d’Hesdigneul-les-Boulogne (geneanet vlecuyer), fille des défunts Pierre et Marie Vuignier, à Outreau en 1752 (Les témoins sont Louis Sergeant , tisserand, frère du mariant, Jacques Delhaye, son beau-frère, manœuvrier,  Jacques Antoine Daguebert maitre de la femme et oncle du mariant et Pierre Lenglet. Seuls les trois derniers témoins signent). Ces trois mariages ont donné une descendance (voir geneanet vlecuyer) en particulier Marie Louise Augustine Sergeant, fille de Marie Joseph Lamirand, baptisée à Outreau en 1761 et qui épouse Jean Louis Dagbert de la branche cadette des Dagbert d’Outreau en 1788 (section xx).La cadette Marie Françoise Sergeant épouse en 1736 à Outreau, Jacques Delhaye, manouvrier. Selon geneanet vlecuyer, il serait originaire de Wimille et le fils de Jacques et de défunte Marguerite Sagnier (L’acte de mariage porte la signature de l'époux, celle de Marie Antoinette Dacquebert qui pourrait être la fille de Jacques Antoine et Marie Anne Fayeulle et celle de Claude Coppin, peut-être l’époux de Marie Anne Françoise Dacquebert, également fille de Jacques Antoine et Marie Anne Fayeulle. Il porte également les marques de l'épouse, de Marie Antoine Delhaye, Jacque Wadoux et François Sergeant, vraisemblablement le frère aîné de l’épouse). Ce mariage a également une descendance Delhaye à Outreau. Enfin, le troisième enfant du couple Sergeant-Dagbert, Louis Sergeant, tisserand comme son père et son frère, épouse en 1734 à St Martin Marie Jeanne Charlotte Fourcroy qui selon Geneanet vlecuyer serait originaire de Samer et la fille de François Fourcroy et Anne Bontemps (Les époux laissent leur marque ainsi de François et Marie Françoise Sergeant, vraisemblablement le frère et la sœur du mariant, Madeleine et Marie Françoise Fourcroy) avec descendance Sergeant à Outreau.

A ces cinq enfants confirmés on pourrait rajouter Antoinette Dacquebert qui, d’après son décès à Outreau en 1711  à 37 ans serait née vers 1674. On pense que c’est elle qui épouse Jean Desgardin d’ascendance inconnue en 1701 à Outreau. En fait ce qui fait penser qu’elle est liée aux membres de la branche principale des Dagbert d’Outreau, c’est la présence de François Dacquebert et Guillaume Dacquebert comme témoins qui laissent leur marque à ce mariage. Ce seraient les frères aînés d’Antoinette. L’autre possibilité serait de faire de ces mêmes Guillaume et François Dacquebert le père et le fils de la branche cadette mais comme ce dernier François est né en 1696, ce n’est pas possible (Geneanet vlecuyer fait d’Antoinette l’aînée de la deuxième génération de cette branche cadette). Les autres témoins du mariage sont François et Nicolas Desgardin. Claude Desgardin serait celui qui décède à Outreau en 1721 à 50ans environ. Le couple Desgardin-Dacquebert aurait eu cinq enfants, tous baptisés à Outreau entre 1702 et 1709. Les parrains et marraines sont François Desgardin et Marie Deguisne pour Marie en 1702, Nicolas Baquet et (de nouveau?) Marie Deguisne pour Marie Antoinette en 1704, Claude Herbez et Jossine Desgardins pour Claude en 1706, Antoine Loeulliette et Jeanne Sergeant  pour Jean en 1707 et finalement Michel Fourcroy et Jacqueline Dacquebert (peut-être la fille de Guillaume et Marie Ledoux même si elle n’a que 17 ans) pour Pierre en 1709. Trois de ces enfants meurent en bas-âge et le seul qui se serait marié serait Claude Desgardins qui, selon geneanet vlecuyer, est le laboureur qui épouse Marie Anne Menneville en 1735 à St Martin (Marque des époux, de Louis Menneville et de Marie Louise Menneville. Signatures de Philippe Barbault, Pierre Vidor et E. Sauvage). Geneanet vlecuyer fait de Marie Anne la fille de Bertrand Menneville de Condette et  Elisabeth Bigot, baptisée à Condette en 1701. Louis et Marie-Louise qui témoignent au mariage de 1735 serait les enfants d’un deuxième mariage de Bertrand Menneville avec Louise Gourdin.

On pourrait peut-être également ajouter aux cinq enfants confirmés de Marcq Dacquebert et Jacqueline Clabault, Jean Dacquebert époux de Marguerite Pouilly en 1705 (voir discussion sur ce sujet  plus bas). Traditionnellement (Vasseur, Césaire et geneanet), ce Jean est l’aîné de la deuxième génération de la branche cadette, fils de Guillaume et Marie Ledoux mais sa date de naissance présumée (autour de 1675) en fait plus logiquement un autre enfant de Marcq et Jacqueline Clabault.

Retour