La troisième génération : les enfants du couple Dacquebert-Carpentier (Table 6)

Comme indiqué plus haut, Guillaume Dacquebert (ca1670-1715) est le frère cadet de Jacques Antoine et il épouse Jeanne Carpentier (1674-1743) d’Audresselles en 1695. Leur premier enfant est Marie Catherine Dacquebert baptisée à Outreau en 1696 avec François Dacquebert (probablement l’oncle) comme parrain et Marie Catherine Deleplanque comme marraine. En 1722 à Outreau elle épouse Pierre Copin dit Bizailler, matelot, fils de feu Pierre Copin, matelot au Portel, et Isabelle Loeuillette  (Signature de l'époux et marque de l'épouse. Marque de François Dagbert, probablement l’oncle de la contractante et signature de Barthelemy Moreau de Vernicourt et de Pierre Coppin, probablement le frère du contractant d’après la similitude de signature avec celle du contractant sur l’acte de mariage de Pierre Coppin, dit Gros Blanc et selon geneanet vlecuyer frère de notre Pierre avec Jeanne Wyant le 27-09-1712 à Outreau). Pierre Copin en est à son troisième mariage après celui avec Marguerite Germe en 1704  et Marie Jeanne  Bourgain en 1718. Selon Vasseur (FG1 Coppin qui donne également l’ascendance de Pierre) et geneanet vlecuyer, le premier mariage aurait donné cinq enfants dont quatre encore vivants en 1722 (dont Pierre Coppin, époux de Jeanne Marguerite Daguebert, la sœur de Marie Catherine, en 1737 – voir plus bas) et le deuxième deux avec un seul vivant en 1722. Ils ont cinq enfants tous baptisés à Outreau entre1723 et 1730 et avec les parrains et marraines suivants :  Pierre Dagber (probablement l’oncle) et Marie Anne Habart  pour Marie Elizabeth en 1723; Jean Dacquebert (ne signe pas donc ce n’est pas le fils aîné de Jacques Antoine et Marie Anne Fayeulle) et Margueritte Germe pour Marc Antoine en 1725, Louis Ridoux et Margueritte Dacquebert  (la fille de Joseph et Marie Denis? Voir plus bas) pour Louis Marie en 1726; Pierre Coppin et Jeanne Soubitez pour Marie Jeanne en 1728 et finalement Jacques François Clément et Marie Antoinette Habarre pour Marie Antoinette Françoise en 1730. En 1751, l’aînée Marie Elizabeth Coppin épouse Jean Bourgain, matelot et maître de bateau pêcheur, fils de Louis Marie Bourgain, matelot au Portel et Jeanne sauvage (Les deux époux signent. Consentement des deux pères Pierre Coppin et Jean Louis Bourgain qui signent comme témoins. Marque de Pierre Coppin, frère de l'épouse. Marque de Claude Bourgain. Signature de Marc Copin ) avec descendance Bourgain au Portel. La même année, son frère cadet Louis Marie Coppin, matelot, épouse Marie Madeleine Cazin, fille des défunts Jacques Cazin, matelot et Marguerite Sauvage (Les époux ne peuvent signer. Témoins : Pierre Copin, père du contractant , Marc Copin, son frère, Antoine Cazin, frère de la contractante, Jean Bourgain, maître de bateau pêcheur, probablement le beau-frère) avec descendance Coppin au Portel. A la mort de cette dernière en 1801, il se remarie avec Geneviève Lobet, fille de Jean Lobet et Marie Françoise Leclercq, soeur de Jean Pierre Lobet qui avait épousé Marie Louise Coppin, sa fille du premier mariage. Le troisième et dernier enfant du couple Coppin-Daguebert à fonder une famille est Marc Antoine Coppin, matelot comme son frère, qui en 1756 épouse à Outreau Marie Elizabeth Gournay, fille de Louis Gournay et Margueritte Le Pretre (L'époux signe mais pas l'épouse. Témoins : Pierre Coppin, père du contractant, Jean Bourgain, son beau-frère, Louis Gournay, père de la contractante, Louis Marie Gournay, son frère et Pierre Coppin, vraisemblablement l'oncle de la contractante) avec descendance Coppin au Portel.

Après Nicolas baptisé en 1698 (Parrain : Nicolas Deguisne et marraine : Marie Jeanne Volan) dont on perd la trace, le prochain enfant du couple Dacquebert-Carpentier est Marie Jeanne Dacgbert, baptisée en1700 avec  Antoine Desgardins comme parrain et Adrienne Coppin comme marraine. Comme proposé par le père Césaire (couple Leprestre-Dagbert mais pas couple Dagbert-Carpentier) et repris par geneanet vlecuyer,  c’est probablement elle qui en 1724 à Outreau épouse Pierre Leprestre, matelot, vraisemblablement le fils de Jacques Leprestre et Jeanne Héduin (Pas d'ascendance des époux. Signature de l'époux et marque de l'épouse. Signatures de Louis Habart , Etienne Pau(chet?) et Jean Tintillier. Pas de témoins Dagbert). La présence de Jeanne Carpentier, probablement la mère de Marie Jeanne, à la naissance en 1735 de Marie Catherine, une fille du couple Leprestre-Daguebert, est un autre argument en faveur de cette hypothèse. Le couple aurait eu neuf enfants, tous baptisés à Outreau entre 1725 et 1739 avec quelques Dagbert parmi les parrains et marraines : François Coppin et Marie Antoinette Machon pour François en 1725, Jean Dacquebert ( probablement le fils aîné de Jacques Antoine et M.A. Fayeulle d'après la signature) et Marie Jeanne Libert pour Marie Jeanne en 1726, Guillaume Masson et Marie Marguerite Sueur pour Pierre Guillaume en 1728, Pierre Coppin et Margueritte Dagbert (vraisemblablement la tante et son époux) pour Pierre François en 1730,  Antoine Libert  et Marie Cornu pour Marie Antoinette en 1732, François Copin et Antoinette Fournier pour une deuxième Marie Antoinette en 1733, Jean Jacque Dagbert probablement l'oncle) et Appolline Coppin pour Marie Catherine en 1735, Claude Coppin (beau-fils de J. A. Dacquebert et M.A. Fayeulle par sa signature) et Marie Antoinette Daguebert (signature facilement reconnaissable de la fille de Jacque Antoine et M.A. Fayeulle) pour Marie Cécile Rosalie en 1738 et finalement  François Goudin et Marie Germe pour Marie Françoise en 1739. Seulement trois de ces enfants prennent époux. L’aînée Marie Jeanne Leprestre épouse en 1750 à Outreau Louis Jacque Fortin, tisserand, fils de Louis Fortin, tisserand, et Marie Marguerite Sauvage (Les époux laisse leur marque. Consentement des pères des époux soit Louis Fortin, tisserand et Pierre Lepretre, matelot. Les autres témoins sont Pierre Oudart Fortin, tisserand, frère du contractant et  Jacques Bourgain, cousin de la contractante) avec descendance Fortin à Outreau puis elle se remarie en 1760, toujours à Outreau, avec Pierre Delattre, natif de Boulogne, fils de Pierre Delattre et Suzanne Sauvage et veuf de Jacqueline Pompry ( L'époux signe mais pas l'épouse. Les témoins sont Antoine Palette, neveu de l'époux, Joseph Bourgois, Pierre Leprestre, père de l'épouse et Louis Petit). Le second Pierre Guillaume Lepretre, matelot, épouse en 1752 à Outreau Marie Jeanne Lamirand, fille illégitime de Jean Lamirand, matelot, et Marie Lepretre (Les époux laissent leur marque. Consentement de Pierre Lepretre, le père de l'époux. Marques de Jacques Fortin, tisserand, beau-frère de l'époux et d'André Gournay. Signature de Jacques Coppin, cousin de l'épouse. Tous du hameau du Portel) avec descendance Leprestre à Outreau. Finalement la deuxième Marie Antoinette Lepretre épouse en 1763 à Outreau Antoine François Marie Pain, charretier, fils de défunt Antoine Pain et Marie Catherine Pincedé (Signature de l'époux et marque de l'épouse. Témoins : Catherine Pincedé, mère du contractant, Jean Pain, son frère, Louis Sauvage, son cousin germain, Pierre Lepretre, père de la contractante et François Février, ami. Signature de Pierre Pain) avec descendance Pain dans la marine à Boulogne (les témoins d’Antoine à son décès à 87ans en 1819 sont deux capitaines de navire de Boulogne dont son beau petit fils).  Après le décès de Marie Jeanne à Outreau en 1743 (supposément à 50 ans, en réalité seulement 43 ans, avec Jean François Noulart  et Pierre Descamps  comme témoins) , son mari Pierre Leprestre semble s’être établi à Boulogne où il décède, toujours matelot, en 1767, à 74ans (Jean Baptiste Leprestre et Gabriel Coppin signent comme témoins).

Après Marie Jeanne, le prochain enfant du couple Dacquebert-Carpentier est Pierre Dacquebert, baptisé à Outreau en 1702 avec Antoine Sergeant  comme parrain et  Marie Anne Ledoux comme marraine. Même s’il décède à seulement 33 ans, ce Pierre se marie à trois reprises. La première fois, c’est à St Martin en 1726 quand il épouse Marie Cordier qui serait la  fille de Thomas Cordier et Elisabeth Pouilly de St Martin (L'époux est d'Outreau et l'épouse de St Martin. Marques des deux époux et de Jeanne Carpentier, probablement la mère de l'époux. Signatures de Jacques et Anthoine Cordier, de Marie Anne Fayeulle, probablement la tante de l'époux, et Pierre Copin, vraisemblablement le beau-frère .Contrat de mariage chez Gaignart). Le couple n’aurait eu qu’un seul enfant, Marie Catherine, baptisée en 1728 à St Martin avec  Jean Dacquebert de la paroisse d'Outreau comme parrain et Catherine Duflos de St Martin comme marraine mais qui ne survit que quelques mois. Cette naissance est fatale à Marie Cordier qui décède quelques jours après. Pierre se remarie la même année 1728 à Outreau avec  Marie Jeanne Deguisne, fille de Claude Deguisne, maître maçon à Outreau, et Marguerite Herbet (Marque des époux. Signatures de Jean Dagbert, probablement le cousin, fils aîné de Jacques Antoine, d’après la signature, deux fois Claude Deguisne  et Jacques Tintiller?. Contrat de mariage du Sommerard avec témoins Jacques Antoine Dacquebert, oncle et Marie Anne Fayeulle, probablement la tante). Le couple Dacquebert-Deguisne a trois enfants baptisés à St Martin entre 1729 et 1732 avec les parrains et marraines suivantes : Antoine Le Hocq et  Marie Françoise Bazin, tous deux de St Martin, pour Marie Anne Françoise en 1729, Adrien Bocquillon , sieur du plouy, ancien échevin de Boulogne  et damoiselle Marie Barbe Henriette  Durozel, tous deux de la haute ville de Boulogne, pour Marie Barbe Adrienne en 1730 et finalement, Jean Jacques Toussent et  Madeleine Debove, tous deux de St-Martin pour Pierre en 1732. Seule Marie Barbe Adrienne Dacquebert ne meurt pas en bas-âge. En 1753, elle épouse à Condette François Guiot, manouvrier de Condette, fils de François Guiot, journalier, et feue Marie Anne Beauvois (Marque des époux. Témoins : François Guiot, père du contractant, Philippe Guiot, son oncle paternel  et Antoine Penet, son oncle maternel, Pierre et Antoine Deguisnes, oncles maternels de la mariante et Jean Deguisne, son cousin germain maternel). Le couple Guiot-Dacquebert a neuf enfants, tous baptisés à Condette entre 1754 et 1769 mais on perd leur trace à l’exception de l’aînée Marie Jeanne Antoinette Guiot (1754-1796) qui épouse en 1794 à Condette Louis Marie Anquier, fils de Gabriel Antoine Anquier, manouvrier, et Marie Jeanne Hénon, de Jean Baptiste Guiot (1764-1806) qu’on retrouve sous-lieutenant des douanes d’Ambleteuse à son décès à Wimille et le dernier Jean Marie Guiot, ménager, qui épouse Catherine Sousse avec une fille de deux ans morte à Condette en 1801. Deux mois après le décès de Marie Jeanne Deguisne en 1733, Pierre Dacquebert se remarie à Outreau avec Jeanne Libert, fille de Jean Thomas, rompeur de pierres et de Péronne Sagnier (L'époux est de St Martin et l'épouse d'Outreau. Les époux laissent leur marque. Marque de Jacques Antoine Daguebert, probablement l’oncle. Signatures de Jacques Coppin, Nicolas  Germe, Jean Libert, Jacqueline Libert et Antoine Blanpain). Cette dernière union donnera un fils posthume, Pierre Jacques, baptisé en 1734 à Outreau avec Jean Jacque Dagbert, probablement son oncle, comme parrain et Jacqueline Libert comme marraine et qui ne survit que quatre ans.

Après Antoinette baptisée en 1705 (Parrain : Jacques Deguisnes et marraine : Péronne Bigot) dont on perd la trace et Marie Françoise baptisée en 1709 (Parrain : Léonard Bigot et marraine : Antoinette Boidart) qui meurt en bas-âge, le prochain enfant du couple Dacquebert-Carpentier est Jeanne Magdeleine Dacquebert (aussi Jeanne Marguerite à son mariage) baptisée à Outreau en 1710 avec Jean Sergeant  comme parrain et Marguerite Sauvage comme marraine. En 1737, elle épouse à Outreau le matelot Pierre Coppin dit Siguet, fils d’un premier mariage de son beau-frère Pierre Coppin (il a épousé sa sœur aînée Marie Catherine en 1722 – voir plus haut) avec Marguerite Germe (Les époux laissent leur marque. Les témoins sont Pierre Coppin, père du contractant, François Coppin, son frère, Nicolas Germe, son cousin germain, Jean Jacque Daguebert, frère de la contractante et Jacques Antoine Daguebert, son oncle. Aussi signature d'Antoine Libert). Le couple qui réside au hameau du Portel a neuf enfants, tous baptisés à Outreau entre 1738 et 1756 avec les parrains et marraines suivants :  Jean Coppin, oncle et Marie Françoise Dagbert, cousine pour Jean en 1738, Marc Coppin, oncle et Marie Gabrielle Nacry pour Pierre en 1740, Jacque Coppin, oncle et Louise Herbes pour Marc en 1742, Pierre Germe et Marie Jeanne Coppin pour Jeanne Marguerite en 1744, Marc Daguebert, cousin et Marie Elizabeth Coppin, tante pour Bernard en 1745, Jacques Antoine Daguebert, cousin et Marguerite Bourgain pour Marie Catherine en 1747, Louis Marie Loeuillette et Marie Antoinette Leprestre pour Jean Baptiste en 1749, Jean Baptiste Copin et Marguerite Lasalle pour Jeanne Françoise en 1751 et finalement Louis Marie Bourgain et Marie Antoinette Gournay  pour Jean Marc en 1756. Trois de ces enfants prennent époux. La première est Jeanne Marguerite Coppin qui en 1769 à Outreau épouse le matelot Jean Marie Gournay, fils de feu Jean Gournay, matelot et Marie Jeanne Lefort (Signature du contractant et marque de la contractante. Consentement de la mère du contractant et des parents de la contractante. Témoins : Claude Coppin et Jacques Antoine Daguebert  qui signe Jacque Antoine Noel Daguebert, cousins de la contractante. Marques de la mère du contractant, du père de la contractante  et de la mère de la contractante. Signatures de Jean Butel et Louis Marie Cousin) avec descendance Gournay au Portel. Suit Bernard Coppin, marin au Portel comme son père, qui épouse Marie Jeanne Battet (ou Battel, Batté) fille de Jean Battet et feue Margueritte Germe (Dispense du 3e degré. de consanguinité. Les époux laissent leur marque. Témoins : Pierre Coppin et Jean Battet, pères des contractants, Jean Baptiste Coppin, frère du contractant ,Jacques Antoine Dagbert, Joseph Bourgois et Louis Marie Cousin) avec descendance Coppin au Portel. Finalement  Marie Catherine Coppin épouse en 1680, toujours à Outreau, le marin Jean Baptiste Bourgain fils de Jean Baptiste Bourgain et Marie Margueritte Bourgain (L'époux signe mais pas l'épouse. Témoins : Jean Baptiste, Joseph et Jacques Bourgain, père et frères du contractant , Claude Coppin et Joseph Bourgois amis. Signature de Jacque Antoine Bourgain) avec descendance Bourgain au Portel.

Le dernier enfant du couple Dacquebert-Capentier est Jean Jacques Dacquebert, baptisé à Outreau en 1713 avec Edmond Dusart comme parrain et Marie Suche? comme marraine . Valet de charrue, il épouse en 1737 à Outreau Jacqueline Legrand, fille de Thomas Legrand et Nicole Deguisne (Marques des époux. Témoins : Jeanne Carpentier, veuve Daguebert, mère du contractant, Jacques Antoine Daguebert, laboureur, son cousin germain, Claude  et Jean  Deguisne , maçons, oncles de la contractante, Jean Deguisne, son cousin germain, aussi maçon. Marque de Pierre Daguebert, qui n’est pas son frère aîné car celui-ci est mort en 1734. Signatures de Pierre Coppin, vraisemblablement le beau-frère, Pierre Loeullette, Marie Péronne et Marie Françoise Legrand ainsi que Marie Françoise Deguisne). Le couple réside d’abord à Outreau où sont baptisés les deux premiers enfants puis entre 1740 et 1743, il s’établit à St Martin où Jean Jacques est fermier et où sont baptisés les cinq autres enfants. Pas de Dagbert  chez les parrains et marraines: Jacque Antoine Marmin et Madeleine Dusart pour Madeleine Alexandrine en 1739, Claude Coppin et Benoite Dusart  pour Jean Jacques Gabriel en 1740, Michel Léonard Sueur  et Marie Madeleine Sagnier  pour Marie Françoise en 1743, Antoine Le Hocq et Marie Isabelle Coppin  pour Jacques Antoine Guillaume  en 1745, Antoine Le Hocq et Marie Isabelle Coppin pour Pierre Alexis en 1747, Pierre La Marre et Marie Anne Dufay  pour Marie Catherine en 1748 et Antoine Nicolas Bonnet (le curé de St Martin) Marie Antoinette Catherine Vincent pour Antoine Marie en 1750. Cette dernière naissance a lieu un mois après le décès du père à seulement 37 ans  avec pour témoins Claude Coppin  et Pierre Loeuillette , ses cousins germains. Son épouse Jacqueline Legrand s’éteint à St Martin vingt ans plus tard à 50ans avec son fils Jacques (Jean Jacques Gabriel) comme témoin. Quatre des enfants se marient. L’aînée Madeleine Alexandrine Daguebert épouse en 1775 à St Martin Jean Marie Rigaux, manouvrier et maçon de St Martin, fils de défunt Nicolas et de Marie Louise Tintillier (L'époux signe mais pas l'épouse. Marque de Marie Louise Tintillier, mère de l'époux et signature de Léonard Rigaux, son cousin germain. Signature de Jean Baptiste Coppin et marque de Bénoni Marlart, cousins germains de l'épouse). On leur connait un enfant, Jean Marie Thomas Rigaux, baptisé en 1777 à St Martin (Parrain : Jean Marie Thomas Coppin et marraine : Geneviève Pacque) et qui sera maçon comme son père. En 1809, il épouse à Outreau Pauline Gabrielle Deguisne  fille de Jean Pierre Antoine Deguisne, maçon, et Marie Elizabeth Bourgain avec descendance Rigaux (Rigault) à Outreau. Après le décès de Madeleine Alexandrine à 46ans en 1785 à St Martin, Jean Marie Rigaux se remarie la même année et toujours à St Martin avec Marie Madeleine Roche. Suit Jean Jacques Gabriel Dagbert qui lui s’établit comme manouvrier à Condette où il se marie en 1772 avec Marie Louise Garin, fille de feu Claude Garin et Marie Jeanne Duquesnois (Signature de l'époux et marque de l'épouse. Signatures des témoins : Jacques Antoine Dagbert, issu de germain de l'époux, Claude Coppin, issu de germain de l'épouse, tous deux de la paroisse d'Outreau, Pierre Bodart et Antoine Deguisne, de la paroisse de Condette, amis de l'épouse). Les quatre enfants du couple sont baptisés à Condette avec les parrains et marraines suivants : Louis Marie Vincent de la paroisse d'Isques et Madeleine Alexandrine Dagbert, tante, de la paroisse de St Martin  pour Marie Louise Alexandrine en 1772, Jean François Baptiste, cousin, et Marie Catherine Dagbert, tante, tous deux de St Martin pour Jacques Marie François en 1774, Pierre Rénier fils de la paroisse de Condette et Marie Françoise Dagbert de la basse ville de Boulogne (peut être la tante née en 1743) pour Marie Louise Françoise en 1776 et finalement François Marie Mathorez  et Marie Jeanne Antoinette Bodart de Condette pour Marie Jeanne Antoinette en 1778. Le seul enfant qui se serait marié est Marie Louise Françoise Dagbert une première fois en 1804 à Condette avec Jean Louis Montigny, manouvrier originaire de Desurenne (= Desvres), fils de Louis Montigny et Marie Magdeleine Cocquerel  (Les quatre témoins qui signent sont Pierre Louis Montigny, 30ans, marchand à Questre, Louis Marchand, 25ans, et Pierre Darras, 26ans, préposés aux douanes à Condette  et Pierre Regniez, 43ans, cultivateur à Condette). Le couple Montigny-Dagbert a trois enfants avant la mort de Jean Louis à 34 ans en 1811 (il est alors préposé des douanes impériales; il a aussi été garde-champêtre à Condette en 1806). La fille aînée, Marie Louise Françoise Claudine Montigny, épouse en 1829 à Condette le tisserand Antoine Marie Lesueur, originaire de Neufchatel, fils de feu Antoine Marie Lesueur, militaire mort à Breslau en Silésie et de feue Marie Louise Maillard (Témoins: Louis François Félix Seillier, 61 ans, marin à Outreau, et François Joseph Dulot, 55 ans, garde champêtre à Condette, amis de l’époux; Louis Crussard, 58 ans, retraité des douanes à Condette, beau-père de l’épouse; Pierre François Montigny, 22 ans, garçon meunier à Outreau, frère de l’épouse) avec descendance Lesueur à Condette. Le fils cadet Pierre François Montigny est garçon meunier au Portel quand il y épouse en 1831 Marie Jeanne Françoise Victoire Rogier, originaire de St Pierre-les-Calais et fils de François Joseph Rogier, journalier, et Madeleine Selingue (Témoins : Louis Nicolas Montigny, 22ans, journalier, frère germain de l'époux, Simon Crussard, 63ans, beau-père de l'époux, Augustin? Rogier, 25 ans, journalier et Jean Baptiste Rogier, 22 ans, cordier, frères de l'épouse) avec descendance Montigny au Portel. En 1820, Marie Louise Françoise se remarie avec Simon Crussard, 51ans, sous-lieutenant des douanes, originaire de Haute-Saône, fils de François Crussard, manouvrier et vigneron en Haute-Saône et Jeanne Ormancey et veuf de Madeleine Toreille puis de Marie Antoinette Miaux (Les époux signent. Les témoins sont François Aimable Warluzel. 49ans, lieutenant des douanes , Jean Louis Lecaille,47ans, préposé des dites douanes, amis de l'époux, Jean Marie Dubois, 22 ans, neveu de l'épouse   et François Benoit Joseph Lefebvre, 35 ans, préposé des douane, ami de l'épouse) avec un enfant né en 1821. Marie Louise Françoise s’éteint à Condette en 1858 à l’âge de 82 ans, 20 ans après son deuxième époux (le Louis Montigny, garde-champêtre de 50 ans qui signe comme témoin est probablement son fils). Le troisième enfant du couple Dacquebert-Legrand qui prend époux est Marie Catherine Dagbert : en 1780, elle épouse à St Martin Louis Marie Guerlain, journalier à St Martin, fils de Jean Jacques Guerlain  et de feue Marie Jeanne  Delattre (Les époux laissent leur marque. Les témoins qui tous signent sont François Guerlain, oncle de l'époux, Jean Marie Gonsart, ami de l'époux, Jacque Antoine Dagbert, père, et Marc Dagbert, fils, cousins de l'épouse. Signature de Jean Marie Rigaux, probablement le beau-frère de l’épouse). Ce mariage ne semble pas donner de descendance. Marie Catherine s’éteint à 34ans en 1783 à St Martin avec Jean Marie Rigaux, son beau-frère comme témoin. Louis Marie se remarie en 1785 à Wimille avec Marie Louise Flahaut. Le quatrième et dernier enfant du couple Dacquebert-Legrand qui prend époux serait Marie Françoise. On l’a déjà rencontré plus haut comme probablement la Marie Françoise Dagbert de la basse ville de Boulogne marraine en 1776 de Marie Louise Françoise, fille de son frère présumé Jean Jacques Gabriel et Marie Louise Garin. On pense que c’est la Marie Catherine Françoise Dagbert, 36 ans (en fait 43 ans selon notre hypothèse), fille des défunts Jean Jacques et Marie Jacqueline Legrand qui en 1786, dans l’église St Nicolas de Boulogne, épouse Jean Nicolas Garin, garçon tonnelier dans cette paroisse, fils de feu Jean Claude Garin, voiturier et Jeanne Lebrun de la paroisse ND de Calais (L'époux signe mais pas l'épouse. Témoins : François Fournier, Charles Garin, frère de l'époux, tonnelier, Jean Marie Rigault, beau-frère de l'épouse, Jean Baptiste Damiens, ami des époux, maître tonnelier et  Jacques Antoine Daguebert, fermier, issu germain de l'épouse, de la paroisse d'Outreau). Ce Garin de Calais ne semble pas être relié à Marie Louise Garin de Condette vue plus haut. On ne sait pas si ce couple a de la descendance.
On a retrouvé le décés de Marie Catherine Françoise, devenue Françoise Dalbert à l’hospice de Boulogne en 1819.

Retour