La troisième génération: les enfants du couple Dacquebert-Fayeulle (Table 5)

Après un premier fils, François qui ne survit que quelques semaines en 1704 (le parrain est François Dacquebert,  vraisemblablement le frère aîné de Jacque Antoine, et la marraine est Peronne Volant), l’aîné du couple de Jacque Antoine Dacquebert et Marie Anne Fayeulle estt Jean Dacquebert baptisé à Outreau en 1706 (avec pour parrain Jean Volant  et pour marraine Marie Marguerite Lesne). En 1734, il épouse à St Etienne-au-Mont Marie Gonsart, fille  d’Antoine Gonsart et Marie Libert (L'acte de mariage précise l'ascendance des époux qui tous deux signent, jean dagber et marie gonsar. Marque de Jacque Antoine Dagbert, probablement le père du marié. Signatures d'Antoine Gonsart deux fois dont probablement le père de la mariée et son frère, de Louis Gonsart et de Marie Catherine Gonsart , probablement le frère et la sœur de la mariée, de Marie Antoinette Dacber, probablement la sœur du marié, de Marie Anne Fayeulle, probablement la mère du marié, de Claude Coppin et de Pierre Leuliette, probablement les beaux-frères du marié et de Philippe Davault). Le couple Dacquebert-Gonsart a six enfants, tous baptisés à St Etienne-au-Mont où Jean est laboureur jusqu’à sa mort en 1742, à seulement 36 ans, dans cette même paroisse (Pierre Leuliette et Claude Coppin, ses beaux-frères, laboureurs à Outreau, sont témoins). Marie Gonsart est inhumée à Outreau beaucoup plus tard, en 1776 à 70 ans. Les parrains et marraines sont Antoine Gonsart  et Marie Anne Fayeulle, probablement les grands-parents, pour Jacques Antoine en 1735, Louis Gonsart de St Etienne et Marie Antoinette Dacquebert d'Outreau, probablement l’oncle et la tante, pour Marie Antoinette en 1736, Jean Marc Fayeulle  et Marie de la Caurie de St Martin pour Jean Marc en 1738, Jean François Sauvage et Marie Anne Touret de St Etienne pour Jean François en 1739, Jacques Antoine Dagbert, le grand père ou l’oncle, et Jeanne Gonsart, peut être la tante, pour Jacques Antoine en 1740 et finalement Louis François et Jacqueline Destrée pour Jean Louis en 1741. Malheureusement, la plupart de ces enfants meurent en bas âge à l’exception de Jean Louis qui décède, célibataire, à 29 ans à Outreau et le deuxième Jacques Antoine Dagbert qui en 1776 épouse à Outreau Marie Gabrielle Antoinette Sergeant, fille de Jacques Sergeant et Louise Antoinette Marlard (Dispense du 3e degré de consanguinité. L'époux signe mais pas l'épouse. Tous les témoins signent : Louis Level, oncle maternel du contractant, Jacques Antoine Dagbert, Claude Coppin et Léonard Ridoux, ses oncles paternels,  Jacques Léonard et Louis Sergeant, frères de la contractante. Marque de Jacques Sergeant, père de la contractante). Ce couple Dagbert-Sergeant a trois filles, toutes baptisées à Outreau où Jacques Antoine est laboureur. L’aînée Marie Antoinette Dagbert, baptisée en 1777 avec Jacques Antoine Dagbert, le grand oncle paternel comme parrain et Marie Jeanne Gonsart comme marraine, épouse à Outreau en 1805 Jean Pierre Tassart, originaire de Cresmarest, garçon cultivateur, fils de feu Pierre François Oudart Tassart, cultivateur et Marie Marguerite Duhamel, domiciliée à Wirwignes (L'épouse signe mais pas l'époux. Témoins : Jacques Sergeant, couvreur de chaumes à St Etienne, oncle de l'épouse, le dénommé Bonnet, marchand de la basse ville de Boulogne, ami des partis, le dénommé Blin, cabaretier à St Leonard, section du Pont-de-Briques, beau-frère de l’épouse et Louis Marie Degardin, garde champêtre à Outreau. Marie Gabrielle Antoine Sergeant, 58 ans, veuve Dagbert, mère de l'épouse laisse sa marque). Le couple s’établit au hameau de la Verte Voie à Outreau où Jean Pierre est cultivateur jusqu’à sa mort prématurée en 1810 à seulement 28 ans. Le couple a néanmoins trois filles dont la dernière née après le décès du père. Les témoins sont Jean Louis Tassart, probablement le frère de Jean Pierre, et Marie Antoinette Sergeant, probablement la mère de Marie Antoinette pour Marie Antoinette en 1806, Jacques Antoine Marie Moreau (Vernicourt) et Louis Marie Daguebert, mayeurs cultivateurs pour Marie Louise Alexandrine en 1808 et (de nouveau) Louis Marie Daguebert, cultivateur en 1810.  Suit Marie Anne Françoise Florentine Dagbert, baptisée en 1778 avec Antoine Gonsart, grand-oncle paternel comme parrain et Marie Françoise Dagbert, tante, comme marraine et qui épouse à Outreau en 1803 le cultivateur  de St Etienne Antoine François Blin fils de jacques François Blin, cultivateur et marie Claudine Dubu (Tout le monde signe. Les témoins sont Augustin Blin, 21ans, cultivateur à St Etienne , Louis Marie Seillier, 35ans, charron à Marquise, Louis Marie Daguebert, 53ans, cultivateur à Outreau et Isaac Sergeant, 54ans, masson à Outreau). Le couple Blin-Daguebert a jusqu’à treize enfants, d’abord à Outreau en 1799 (hors mariage), puis à St Léonard où  Jacques François est limonadier, cabaretier et maître d’école, de 1805  à 1811 puis à St Etienne où il est instituteur de 1812 à au moins 1837 et où il décède en 1846 à 72ans. Son épouse s’éteint à St Léonard  deux ans plus tard. Six de ces enfants meurent en bas-âge et deux dans la vingtaine. Seuls, Louis Marie Blin et Antoine François Blin, respectivement charron et cordonnier à St Étienne, fondent une famille, le premier avec Marie Françoise Augustine Boutillier d’Isques en 1826 et le second avec Marie Anne Thérèse Dubois en 1833. La troisième et dernière fille du couple Dagbert-Sergeant, Marie Gabrielle Adélaïde, baptisée en 1779 avec son cousin Jacques Antoine Dagbert comme parrain et Marie Françoise Antoinette Dubois comme marraine, ne survit que quelques années. A la mort de Jacques Antoine en 1782 à Outreau,son épouse Marie Gabrielle Antoinette Sergeant se remarie en 1783 à Outreau avec son cousin par alliance Marc Antoine Daguebert, fils de Jacques Antoine et Marie Jeanne Coppin (voir plus bas).

Le troisième enfant du couple Dacquebert-Fayeulle est Marie Jeanne Dacquebert, baptisée à Outreau en 1710 avec Claude Delar pour parrain et Marie Jeanne Dacquebert comme marraine. En 1728, elle épouse à Outreau Pierre Loeuillette, fils de Pierre Loeuillette, maître de bateau au Portel et  Isabelle Lobet (Signature de l'époux et marque de l'épouse devenue Marie Anne Dacquebert. Marque de Jacque Antoine Dagbert, père présumé. Signature de Jean Dacbert, proablement le frère aîné de l’épouse. Signature de François Pauchet et Pierre Lobet, probablement l’oncle de l'époux, également maître de bateau au Portel). Le couple Loeuillette-Dacquebert a quatre enfants, tous baptisés à Outreau où Pierre est laboureur et tonnelier et tous ces enfants se marient. L’aîné Pierre Loeuillette, baptisé en 1729 avec Jean Dagbert qui signe comme parrain (probablement, encore une fois, le frère aîné de Marie Jeanne) et Marie Loeuillette comme marraine, est laboureur comme son père et il épouse en 1763 à Outreau Marie Magdeleine Loeuillette, fille de Pierre Loeuillette, également laboureur à Outreau et de feue Marie Marguerite Le Hocq (Dispense de consanguinité au troisième degré. L’époux signe mais pas l’épouse. Tous les témoins signent : Louis Marie et Jean François Loeuillette, frères du contractant, Pierre et Pierre Félix  Loeuilliette respectivement père et frère de la contractante). Suit Marie Anne Loeuillette, baptisée en 1731 avec Adrien Soubitez comme parrain  et Marie Antoinette Dagbert  comme marraine (elle signe dacber. Serait-ce la soeur de Marie Jeanne qui n’a que 13 ans?). En 1762, elle épouse à Outreau Pierre Flouret, originaire de Tingry, berger mais aussi journalier, fils de François Flouret  et Marie Jeanne Labarre (Les mariés ne peuvent signer. Tous les témoins signent : Pierre Loeuillette et Claude Cozette, respectivement frère et ami de la contractante, François Wattel et Leonard Ridoux, amis du contractant). Vient ensuite Louis Marie Loeuillette, baptisé en 1732 avec Louis Marie Level qui signe comme parrain et Marie Jeanne Lobet comme marraine. En 1762, il épouse à Outreau Marie Jeanne Loeuillete, fille des défunts Jean François Loeuillette, laboureur à Baincthun et Louise Benoite Pérard (Dispense de consanguinité au troisième degré. Les époux ne peuvent signer de même que tous les témoins sauf le premier: Pierre, Antoine et François Loeuillette, frères du mari et François Loeuillette, frère de l'épouse). Journalier à son mariage, il finira laboureur propriétaire au Portel. Le dernier enfant du couple Loeuillette-Dacquebert serait Jacques Antoine Loeuillette, baptisé en 1734 avec Jacques Antoine Dagbert qui laisse sa marque comme parrain (c’est probablement le grand père) et Jeanne Bourgain qui signe comme marraine. En 1786, à 50ans et meunier à l’hôpital de Boulogne, il y épouse Marie Jeanne Brouillier couturière à Boulogne de 47 ans, fille de feus François Brouillier et Péronne Defeutrel (Les époux ne signent pas. Tous les témoins signent : Claude Coppin et Jacques Antoine Dagbert, tous deux oncles et laboureurs à Outreau, Philippe Tardieu, cordonnier, beau-frère de l'épouse et Jean Baptiste Bonnet, massier, tous deux de la paroisse St Nicolas de Boulogne). Après le décès prématuré de la mère, devenue Marie Anne Dagbert, à 25 ans en 1735, Pierre Loeuillette se remarie en 1736 à Boulogne St Nicolas avec Marie Anne Lhoste fille de Jean Lhoste, propriétaire à Comont, et feue Jeanne Minet qui lui donnera trois autres enfants dont Jean François Loeuillette (1738-1780), cordonnier à Outreau et témoin au mariage de ses deux demi-frères.

Suit Jacques Antoine Dacquebert, baptisé à Outreau en 1712 avec Jean Jacques Dacquebert (peut-être le fils de Jacques Antoine de son premier mariage avec Françoise Neuville mais il n’est âgé que de seize ans) qui laisse sa marque comme parrain et Marie Faieulle (une sœur de Marie Anne?) qui signe comme marraine. C’est lui qui va prendre la succession de son père à la ferme du Renard quand celui-ci meurt en 1742 puisque son frère aîné Jean disparaît la même année. C’est aussi en 1742 que Jacques Antoine prend épouse en la personne de Marie Jeanne Coppin, fille de Claude Coppin, laboureur à Outreau et Anne Clément (Pas d'ascendance des époux. Jacque Antoine Daguebert est laboureur. Signature des époux, celle de Jacques A. Daguebert très hésitante. Témoins : Marc et Jean Daguebert, frères du contractant , Jean Marc Fayeulle, son cousin germain, laboureur à St Martin,  Jacques François Clément, oncle de la mariée, marchand à la haute ville de Boulogne, Claude  et Jean Coppin ses frères. Aussi signatures de P. Loeuillette, probablement beau-frère, Pierre François Clément et Pierre Grandsire. Le mariage a lieu le même jour que celui de Claude Coppin, frère de Marie Jeanne, avec Anne Françoise Daguebert, soeur de Jacque Antoine). Le couple a neuf enfants, tous baptisés à Outreau entre 1742 et 1754, dont nous reparlerons un peu plus loin. Marie Jeanne Coppin s’éteint en 1766  à 56ans avec pour témoins son mari (mais c'est son fils Jacques Antoine Noel qui signe) et Claude Coppin, son frère. Quant à Jacques Antoine, il est inhumé presque trente ans plus tard , en 1793, à 81 ans et ce sont le domestique de 24ans, Jean Lenne, et Jean Pierre Rozier, 46ans, propriétaire et tailleur d'habits à Outreau, issu de germain du côté maternel (sa mère Marie Antoinette Clément était la cousine de Marie Jeanne Coppin) qui sont les témoins.

La sœur cadette de Jacques Antoine, Marie Anne Françoise Dacquebert, est baptisée à Outreau en 1715 avec Marc Faieulle (vraisemblablement le cousin de St Martin) comme parrain et Anne Watel comme marraine. Comme indiqué plus haut elle épouse en 1742 à Outreau, le même jour que son frère Jacques Antoine, Claude Coppin, laboureur à Outreau du même âge (26ans) et frère de Marie Jeanne, l’épouse de son frère (Les deux époux signent. Consentement de la mère du marié, Anne Clément, veuve Coppin. Les témoins sont pratiquement les mêmes que ceux du mariage de Jacques Antoine et Marie Jeanne Coppin soient Marc  et Jacque Antoine Daguebert , frères de la contractante, Jean Coppin, frère du contractant  et François Clément, son oncle et marchand à la haute ville de Boulogne . Signatures de Jean Dagbert, vraisemblablement le frère aîné de la contractante, P.Loeuillette, vraisemblablement son beau-frère, Jean Marc Fayeulle, Pierre François Clément et Pierre Grandsire). Le couple Coppin-Daguebert réside à Outreau où Claude est laboureur et où on retrouve sa signature sur plusieurs actes concernant les Dagbert. Claude s’éteint à 82 ans en 1795 (ses deux fils, Gabriel, laboureur à Pitefault et  fermier à la ferme de Sevre Moulin et Pierre, laboureur au hameau de La Salle signent comme témoins) et Anne Françoise à 89ans en 1804 (Jacque Antoine Daguebert, son neveu, laboureur à Outreau et son fils, Pierre Coppin, laboureur propriétaire signent comme témoins). Ils ont neuf enfants, tous baptisés à Outreau entre 1742 et 1758. On retrouve plusieurs Dagbert parmi les parrains et marraines : Maistre Gabriel Dusart, curé de la paroisse d'Outreau et Marie Anne Coppin, tante, pour Gabriel en 1742; Ansel, vicaire de la paroisse et Marie Antoinette Dagbert, tante,  pour Constantin Anselme en 1744; Jacques Antoine Daguebert, oncle et Marie Marguerite Troussel, cousine issue de germain pour Claude en 1746; Jean Coppin (oncle?)  et Marie Catherine Daguebert (la fille de Guillaume et Marie Carpentier?) pour Marie Catherine en 1748; Pierre Loeuillette et Marie Elizabeth Clément  pour Pierre en 1750; Pierre François Grandsire et Marie Catherine Loeuillette  pour Pierre François en 1752; Barthélémy Level et Marie Anne Elizabeth Moreau pour Marie Anne Françoise en 1754; Eloy Darré et Marie Louise Antoinette Berthoud? pour Éloi en 1756 et finalement Jean Louis Dagbert et Marie Madeleine Brognart pour Marie Madeleine en 1758. Trois de ces enfants meurent en bas-âge (les trois en 1751), deux dans la vingtaine (les deux en 1779) et les quatre autres se marient. L’aîné Gabriel Coppin qu’on retrouve plus tard laboureur à Pitefault épouse en 1775 à Echinghen Marie Madeleine Adrienne Fayeulle, fille majeure de Pierre laboureur et Marie Madeleine Seillier d'Echinghen (Dispense du quatrième degré de consanguinité. Les époux signent ainsi que les témoins : le père et la mère du contractant, le père de la contractante, Claude Fayeulle, oncle de l'épouse, messire Benoit Claude Levaillant, abbé du Chatelet, chanoine de la cathédrale de Boulogne, prieur d'Embry et de Rainboval, bachelier en théologie de la faculté de Paris et messire Gabriel de Patras de Campagno, chevalier de l'ordre militaire de St Louis, lieutenant-colonel d'infanterie, seigneur de Baincthun et autres lieux)Marie Catherine Coppin épouse en 1782 à Outreau Jean Pierre Lefebvre, fils majeur des défunts Antoine et Marie Antoinette Delfaux de la paroisse de Frethun (Les époux signent ainsi que les témoins : Pierre et Augustin Lefebvre, frères du contractant, Claude et Pierre Coppin, père et frère de la contractante. Aussi signature de Gabriel Coppin, vraisemblablement l’autre frère de la contractante). Pierre François Coppin épouse en 1783 à Outreau Marie Jeanne Level, fille  de feu Louis Marie Level et Marie Jeanne Gonsart (Les époux signent ainsi que tous les témoins: Claude Coppin, laboureur, père du contractant et Gabriel Coppin, son frère, Barthélémy Level, oncle de la contractante, Antoine Gonsart, son cousin germain et Pierre Level, son frère). En 1819, toujours à Outreau, il se remarie avec Marie Barbe Célestine Legrand, rentière de 67ans et veuve d'Antoine Gonsart, fille de feu Jacques Legrand et  d’encore vivante et consentante  Marie Barbe Baillard (Les époux signent ainsi que les témoins : Claude Marie Coppin, 36ans, cultivateur à Outreau, neveu du contractant, Felix Herbez, 33ans, propriétaire, son ami, tous deux d'Outreau, Jean Louis Vidor, 33 ans, frère consanguin de l'épouse, adjoint de la commune d'Outreau et Jean Philippe Coustillier, 22ans, maçon ami de la contractante). Finalement la plus jeune, Marie Madeleine Coppin épouse en 1785 à Outreau, Jacques Delarre (ou Delart), fermier, fils des défunts Jacques Delarre et Marie Catherine Gonsart de St Etienne (Les époux signent ainsi que les témoins : Pierre Level et Antoine Gonsart, cousins germains du contractant, M. Libert, négociant à la haute ville de Boulogne, son parent, Claude Coppin, père de la contractante, Gabriel et Pierre Coppin, ses frères, Barthélémy Level et Jacques Antoine Daguebert, ses oncles). Elle se remarie en 1789 à Isques avec François Joseph Hippollitte Boutillier, laboureur, fils de Pierre Boutillier et Marie Anne Françoise Froideval et veuf de Marie Joseph de Neuville (Les époux signent ainsi que les témoins : Claude et Louis Marie Boutillier, laboureurs, frères du contractant, tous deux de St Etienne, Jean François Fayeulle, son beau-frère, laboureur propriétaire à St Etienne et Jean Louis Bonvoisin, maître d'école, ami de la contractante). Selon geneanet vlecuyer, ce François Joseph Boutillier a un frère Antoine qui est le père de Marie Françoise qui épouse en 1826 à St Etienne Louis Marie Blin, fils de Marie Anne Françoise Florentine Dagbert, elle-même petite fille du couple Dacquebert-Gonsart (voir plus haut).

La deuxième sœur cadette de Jacques Antoine, Marie Antoinette  Dacquebert, est baptisée à Outreau en 1718 avec Marque Volant  qui signe comme parrain et Marie Fermin (peut-être la femme de Pierre Volant, frère de Jean) comme marraine. Marie Antoinette a une signature très caractéristique qu’on retrouve sur plusieurs actes des registres de l’époque : marraine (à 13 ans!) de sa nièce Marie Anne Loeuillette le 09-02-1731; marraine (à 18 ans) de Louis Antoine Cumont, fils de Nicolas et Marie Antoinette Evrard, baptisé le 7-8-1736; témoin au mariage de sa cousine Marie Françoise Sergeant avec Jacques Delhaye le 09-07-1736. En 1743, elle épouse à Outreau, Léonard Ridoux, laboureur à Outreau, fils de Louis Ridoux et Péronne Bigot (Les époux signent. Les témoins sont  Louis Ridoux, père du contractant, Pierre Ridoux, son cousin germain, Jacques Antoine Daguebert, frère de la contractante et Marc Daguebert, son autre frère, tous laboureurs à Outreau . Le mariage a lieu le même jour que celui de Jean Coppin, frère de Claude, lui-même beau-frère de la contractante avec Marie Magdeleine Ridoux, sœur du contractant). Le couple a onze enfants, tous baptisés à Outreau entre 1746 et 1759. Après la mort de Marie Antoinette à 41 ans en 1759, Léonard, alors fermier à St Martin, se remarie en 1760 à Echinghen avec Marie Anne Lebon, fermière de 41 ans à Echinghen, fille de Jean et Marie Jeanne Marette (L'époux signe mais pas l'épouse. Les témoins sont Jean Bonningue, cousin germain de l'époux  et Jean Duflos, clerc, tous deux de la paroisse d'Echinghen, Jean Lebon et Jean Jacques Lebon, respectivement le père et le frère de l'épouse et Margueritte Robert sa bonne amie). Il s’éteint finalement à Outreau en 1798, à 88ans, avec ses fils Joseph, 41ans, journalier et Jean Marie, 37ans, cultivateur (du second mariage) comme témoins. Comme pour le couple Coppin-Dacquebert, on retrouve plusieurs Dagbert dans les parrains et marraines des enfants : le grand-père Louis Ridoux et Benoite Dusart pour Louis Marie en 1745, l’oncle Marc Daguebert et la cousine Marie Madeleine Level pour Marie Madeleine Antoinette en 1746, le cousin Jean Pierre Ridoux et Marie Marguerite Descamps  pour Marie Margueritte en 1748, Jacques Antoine Daguebert (probablement l’oncle) et sa tante Marie Madeleine Ridoux, femme de Jean Ridoux (en fait Coppin) pour Marie Péronne Antoinette en 1750,  le cousin Jacques Bigot et Marie Anne Leuillette pour Marie Anne Antoinette en 1751, le cousin Louis Marie Level et Marie Jacqueline Destrée pour Marie Louise en 1752, Maître Pierre Perdifeaux, curé de la paroisse  et la tante Marie Anne Françoise Dagbert pour Pierre François en 1753, Pierre François Davault de Thien et Marie Jeanne Coppin  pour Jean François en 1754, Joseph Bourgois et Marie Françoise Jacques pour Joseph Marie en 1756, Gabriel René Fourcroy et Marie Louise Sergeant pour Etienne Gabriel en 1757 et finalement Jacque Antoine Daguebert (le cousin plutôt que l’oncle d’après l’élégante signature) et Benoite Coppin pour Benoite en 1759. Cinq de ces enfants meurent en bas-âge et les six autres prennent époux. Marie Madeleine Ridoux est la première à le faire quand elle épouse en 1774 à Outreau Pierre François Loeuillette, berger de 36ans, fils de feu Jean François Loeuillette et de feue Benoite Perare (L'épouse signe mais pas l'époux .Témoins : Claude Coppin et Jacques Antoine Dagbert oncles maternels de l'épouse, ainsi que Gabriel Coppin cousin germain maternel de l'épouse. Signature de Léonard Ridoux, père de la contractante. Également signature d'Antoine Leuliette et Louis Marie Ridoux). Trois ans plus tard, toujours à Outreau, sa sœur Marie Marguerite Ridoux s’unit à Jean Baptiste Desgardins de la paroisse St Nicolas de la basse ville de Boulogne, fils de feu Louis Desgardins et feue Marie Jeanne Duflos (Les époux signent. Témoins : Léonard Ridoux, père de la contractante, Claude Coppin et Jacques Antoine Daguebert, ses oncles maternels, et Barthelemy Moreau de Vernicourt, cousin du contractant). Le couple reste à Outreau où Jean Baptiste est propriétaire. Une troisième sœur, Marie Anne Ridoux, épouse en 1782 à Outreau Pierre Volant, berger de Maninghen, veuf   de Marie Jeanne Deguisne (Les époux ne signent pas. Témoins : Léonard Ridoux, père de la contractante et Jean Louis Ridoux, son frère, Jean Baptiste Desgardins, son beau-frère. Signatures Vollant et Duval). Le couple reste à Maninghen jusqu’à leur mort (en 1799 pour Marie Anne et 1808 pour Pierre). Jean François Ridoux est le premier des garçons à se marier, en 1785 à Outreau avec Marguerite Blampain, 25ans, fille de feu François Blampain et de Marie Françoise Dubois (L'époux signe mais pas l'épouse. Témoins : Léonard Ridoux, père du contractant, Louis Marie Ridoux, son frère, François Blampain, frère de la contractante et Antoine Blampain, son cousin germain). Le couple reste au hameau du Portel où Jean François est successivement journalier, extracteur ou rompeur de pierres et charpentier de navires jusqu’à son décès en 1844 à plus de 90 ans (son gendre Louis Marie Clément, 41ans, maçon et son neveu maternel Jacques Antoine Degardin, 65ans, ménager sont témoins). Son frère cadet, Joseph Marie Ridoux est également journalier quand il épouse en 1786 à Outreau Marie Pétronille Françoise Regnault, âgée de seulement 17ans, native de Condette, fille des défunts Nicolas Regnault, manouvrier,  et Marie Anne Siret (Les époux ne signent pas. Témoins : Léonard Ridoux, père du contractant, Louis Marie, François et Jean Louis Ridoux, ses frères, Jean Marie Sellier, beau-frère de la contractante de la paroisse St Nicolas de Boulogne). Le couple s’installe à Outreau où les deux décèdent presque simultanément en 1805. L’aîné des enfants Ridoux, Louis Marie Ridoux, propriétaire cultivateur à Outreau, est le dernier à se marier, en 1787 à Wirwignes avec Marie Gertrude Grandsire, fille des défunts Pierre Grandsire et Marie Françoise Coppin, veuve d’Etienne Podevin (Les époux signent. Témoins : Léonard Ridoux, père du contractant, François Ridoux, son frère, Pierre François Grandsire, frère de l'épouse et François Moulin, allié de l'épouse).
Le dernier enfant du couple Dacquebert-Fayeulle est Marque baptisé à Outreau en 1720 avec Pierre Dacquebert (peut-être le cousin, fils de Guillaume) comme parrain et Marie Marguerite Monard comme marraine. On retrouve sa marque sur plusieurs actes avec celle de son grand frère Jacques Antoine (mariage de ses sœurs Marie Anne Françoise en 1742 et Marie Antoinette en 1743…). Il décède célibataire à 27 ans en 1748 (ses deux beaux-frères, Claude Coppin et Léonard Ridoux sont témoins).

 Retour