Les dernières générations à Ambleteuse, Marquise, Boulogne et Calais

Les enfants du couple Daguebert-Seillier (Table 8) sont les derniers et seuls représentants de la branche aînée des Dagbert d’Outreau avec ce patronyme. On a recensé onze enfants du couple nés sur une période de 25 ans de 1821 à 1846.

L’aîné Alexis François Daguebert, né à Ambleteuse en 1821 (Témoins : François Gresy, 66ans, rentier, oncle de la mère du côté maternel et Jacques Antoine Defosse 34ans, aubergiste, cousin germain également du côté maternel selon l'acte de mariage de 1821)  est cultivateur et débitant à Raventhun, commune d’Ambleteuse, de 1849 à au moins 1896 mais disparaît dans le recensement de 1901. Maire d’Ambleteuse de 1859 à 1864, il y épouse à 40 ans en 1861, Joséphine Augustine Poubel, âgée de 26 ans, native de Troisvaux dans le canton de Saint Pol, fille de feus Pierre Joseph Poubel, cultivateur à Troivaux et Désirée Hainault (Les époux signent ainsi que la mère du contractant et les témoins : Antoine Daguebert, 35 ans, cultivateur à Raventhun, et Louis Marie Daguebert, 73 ans, domicilié à Teihen, commune du Portel, rentier, respectivement frère et oncle du contractant; Lelièvre Dubreuille Jean Marie, 45 ans, directeur d'assurance à Boulogne et Louis Varlet, 39 ans, lieutenant des douanes à Audinghen, amis des contractants). Le couple a au moins deux enfants nés à Ambleteuse en 1862 et 1868 mais seul l’aîné Achille Antoine Joseph Daguebert atteint l’âge adulte. En 1889, il est boucher à Boulogne, quand il épouse à Ambleteuse sa cousine Denyse Marie Émilie Evrard (voir plus bas) également résidente à Boulogne, fille de Louis Hippolyte Evrard, boulanger à Ambleteuse et Marie Madeleine Rosalie Daguebert, boulangère (Témoins : Emile Bigand, 26 ans, employé à Boulogne, ami de l’époux, Albert Coquelin, 28 ans, louager à Boulogne et Louis Delplanque , 68 ans, armateur à Boulogne, amis des époux et O. Ponchel, 40 ans, instituteur à Ambleteuse, ami de l’épouse. cm du 05-08-1889 chez Me Perus à Marquise). Le couple Daguebert-Evrard s’installe à Ambleteuse où Achille st boucher (1891) puis cultivateur (1893) et où naissent deux enfants ces mêmes années. Après 1993, on perd leur trace (recensements de 1896 et 1901) mais on a pu retracer le décés de la mère et des deux enfants dans l’Oise au milieu de 20e siècle.

Après Alexis, le deuxième enfant du couple Daguebert-Seillier serait Marie Louise Elisa Daguebert, née à Bazinghen en 1823 (Témoins : René Leroy. 27ans, et Etienne Potez, 30ans, tous deux cultivateurs à Bazinghen). En 1848, elle épouse à Ambleteuse, Pierre Célestin Colbrant, cultivateur de la place, fils des feus Pierre Célestin Colbrant et Marie Marguerite Antoinette Derat (Marguerite Dubos, aïeule de l’époux signe ainsi que les parents de l’épouse et les témoins : François Seillier, 48 ans, garde des dunes à Wimille, ami de l’époux; Pierre Bouclet, 33 ans, cabaretier à Ambleteuse, cousin issu de germain de l’épouse; Alexis Daguebert, 27 ans, cultivateur à Ambleteuse, frère de l’épouse et François Seillier, 69 ans, cultivateur à Ambleteuse, aïeul de l’épouse du côté maternel). Le couple habite le hameau de Raventhun où Pierre Célestin est cultivateur ou ménager jusqu’à sa mort à 75ans en 1889 et où naissent trois enfants dont deux atteignent l’âge adulte. L’aînée, Philippine Catherine Célestine Colbrant, née en 1889 épouse en 1883 à Ambleteuse François Jérôme Pecqueux, douanier à Calais en 1883, fils de François Pecqueux, charron à Tubersent et feue Josephe Lemort (Le père de l'époux et les parents de l'épouse sont présents et consentants. Témoins : Oswald Ponchel, 34 ans, instituteur à Ambleteuse, ami de l'époux, Célestin Colbrant, 30ans, douanier à Boulogne, frère de l'épouse, Alfred Regnier, 35 ans, cabaretier à Ambleteuse, ami de l'époux et François Pecqueux, 46ans, charron à Widehem, frère de l'époux). Le cadet Célestin Victor Colbrant est douanier mais à Boulogne (en 1883, au mariage de sa sœur).

Suit Marie Clarisse Philippine Daguebert, née à Bazinghen en 1824 (Philibert Moreau de Vernicourt, 46ans, propriétaire à Outreau et François Seillier, 46ans, cultivateur sont témoins). En 1844, elle épouse à Lacres où ses parents sont aubergistes (voir plus haut) Aimable Honoré Ficheux, charpentier et menuisier à Tingry, fils d'André Ficheux, charpentier à Tingry et feue Suzanne Routier (Le père de l'époux et les parents de l'épouse, Alexis Daguebert et Catherine Seillier, aubergistes à Lacres, sont présents et consentants. Les témoins sont Marc Ficheux, 23 ans, écrivain à Samer, frère du contractant,Pierre Joseph Routier, 29 ans, maçon, beau-frère du contractant, Alexis François Daguebert, 23ans, cultivateur à Ambleteuse, frère de la contractante et  François Magloire Seillier, 65ans, propriétaire cultivateur à Ambleteuse, grand-père de la contractante). Les Ficheux sont des charpentiers depuis plusieurs générations dans la région (Cormont, Hubersent, Parenty et Tingry). Le père André Xavier, le frère André Urbain et le neveu Étienne Ficheux le sont à Tingry. Le couple Ficheux-Daguebert s’installe à Tingry (hameau du Moyen Bois) où on les retrouve jusqu’au recensement de 1896 (Honoré a alors 77ans et Marie Clarisse, 71 ans). On leur recense cinq enfants, nés à Tingry de 1845 à 1859. Quatre de ces enfants atteignent l’âge adulte. L’aînée, Marie Honorine Clarisse Ficheux épouse en 1868 à Tingry Louis Victor Eusèbe Defosse, charron à Tingry, fils de Jacques Marie Defosse, 56 ans, cultivateur à Wierre-au-Bois et Joséphine Mélanie Delahodde, 57 ans (Les parents des deux côtés sont présents et consentants. Les témoins sont André Ficheux, 60 ans, charpentier àTingry, oncle de la contractante et Honoré Ficheux, 21ans, également charpentier à Tingry, son frère, Auguste Defosse, 33 ans, cultivateur à Menneville et Henri Defosse, 28 ans, domicilié à Wierre-au-Bois, frères de l'époux). Suit Honoré Auguste Ficheux, né en 1847, charpentier avec son père jusqu’au recensement de 1881 et dont on perd la trace après cette date. Suit Erne
st Alfred Ficheux, né en 1849 et qu’on retrouve comme agent d’assurance à Boulogne en 1881 et enfin Elise Silvie Antoinette Ficheux, née en 1859, qui épouse en 1881 à Tingry, Henri Jean-Baptiste Joseph Demont, instituteur à Wierre-au-Bois, fils de François  Louis Joseph Demont, marchand de charbon à Tinques, arrondissement de Saint Pol, et feue Joséphine Constance Josephe Béal (Les parents de l'épouse et le père de l'époux sont présents et consentants. Les témoins sont Jean Baptiste Béal, 40ans, instituteur à Foufflin-Ricametz, oncle de l'époux, Antoine Crépin, 36 ans, cultivateur à Wierre-au-Bois, ami de l'époux, Eugène André Daguebert, 35ans, négociant à Boulogne, oncle de la contractante et Alfred Ernest Ficheux, 32ans, agent d'assurance à Boulogne, frère de la contractante).

Suit Antoine Marie Athanase Daguebert, également né à Bazinghen en 1826, avec Jacques Antoine Moreau de Vernicourt, 43ans, propriétaire à Isques, grand-oncle paternel et Louis Marie Daguebert, 36ans, propriétaire à Outreau, oncle paternel, comme témoins. En 1872, il est cultivateur à Ambleteuse quand il épouse à 46 ans Geneviève Euphrosine Briche alors âgée de 35 ans, fille de feu Pierre Briche,  et  feue  Alexandrine Butez (Signatures des époux et de Catherine Seillier, la mère de l'époux. Les témoins sont Eugène Daguebert, 25 ans, négociant-commissionaire, frère de l’époux, Firmin Daguebert, 67 ans, propriétaire à Outreau, son oncle , Louis Joseph Carlier , 42 ans, brigadier des douanes, cousin germain de l’épouse et Edouard Défossé, 58 ans). Le couple est établi à Ambleteuse, au hameau de Raventhun et  sans enfant dans le recensement de 1876 mais n’est plus à Ambleteuse dans celui de 1881.

Vient ensuite François Désiré Daguebert, né à Neufchatel en 1828 (Charles Marie Rolland, 45ans, propriétaire et menuisier et Jean Baptiste Sagnier, 45ans, manouvrier de Neufchatel sont témoins).et sans profession connue (il aurait pu être dans l'armée auparavant) quand il épouse en 1863 à Boulogne Marie Catherine  Sophie Bègue, 43 ans, sans profession et domiciliée à la même adresse (160 rue de Boston à Boulogne), fille des défunts Louis Henri Bègue de  Zutkerque et Marie Joseph Charlotte Delcloye (Signature de l'époux et de sa mère, Catherine Seillier, ainsi que des témoins : Antoine Daguebert, 36 ans, cultivateur à Ambleteuse, frère de l'époux, François Guilbert, 35 ans, commis, ami de l'époux, Joseph Carbonnier, 32 ans, changeur, ami de l'épouse et Charlemagne Ficheux, 35ans, marchand tailleur, ami de l'épouse, les trois derniers de Boulogne). On ne connaît pas la destinée de ce couple ni leur descendance.

Suit Catherine Mathilde Daguebert (1830-1899), également née à Neufchatel (Jean Baptiste Sagnier, 47ans, ménager et Pierre François Gobert, 26ans, tisserand sont témoins) et qui réside avec sa mère à Boulogne, au 101 rue Royale, en 1878, année de son mariage avec Émile Auguste Frédéric Mallet (1832-1899), propriétaire à Boulogne, rue Farinette, fils des défunts Frédéric Mallet et Marie Anne Françoise Séraphine Delhaye ( La mère de l'épouse, Catherine Seillier, qui a 76 ans est consentante par acte notarié Les témoins sont Eugène Gatin, 47ans, négociant à Boulogne, ami de l'époux, : Eugène Daguebert, 32 ans, négociant à Boulogne et frère de l'épouse ; Alfred Ficheux, commis négociant, 29 ans, neveu maternel de l'épouse et Joseph Coulombel, 50 ans, marchand de nouveautés, cousin germain paternel par alliance de l'épouse). On ne leur connaît pas de descendance. Ils décédent à Outreau en 1899 à quelques mois d’intervalle.  On peut encore voir leur tombe au cimetière d'Outreau.

Le septième enfant, Louis François Daguebert, né en 1832 toujours à Neufchatel (Jean François Porion, 31ans, cultivateur et adjoint au maire et  Jean Louis Ficheux, 44ans, garde-champêtre sont témoins) semble être celui avec la descendance la plus étendue. Cultivateur au hameau de Raventhun de la commune d’Ambleteuse comme ses frères, il épouse en 1865 à Ambleteuse Marie Augustine Benoite Honorine Duquenne (1841-1902), couturière native de la place, fille de feu Pierre Marie Frédéric Duquenne, cultivateur à Raventhun et Marie Augustine Royer (Les mères des époux sont présentes et consentantes. Les témoins sont : Antoine Daguebert, 39 ans, frère de l'époux à Raventhun, Célestin Colbrant, 51 ans, cultivateur, à Raventhun, beau-frère de l'époux, Louis Marie Royer, 66 ans et Jean Marie Royer, 60 ans, tous deux retraités des douanes à Ambleteuse et oncles de l'épouse. Tout le monde signe sauf la mère de l'épouse). Le couple réside à Raventhun et Ambleteuse où François est cultivateur, voiturier, débitant ou cabaretier au moins jusqu’en 1877 puis on le retrouve domestique, manouvrier et finalement sans profession de 1880 à 1892 à Marquise où meurt Marie Augustine en 1902 puis à Boulogne jusqu'à sa mort en 1914. Le couple Daguebert-Duquenne a au moins dix enfants entre 1866 et 1882 dont au moins sept qui fondent une famille. L’aînée, Marie Mathilde Fortunée Daguebert épouse à Marquise en 1887 Adolphe Charles Louis Bramme, garçon boucher a Boulogne, fils de Louis Joseph Privas Bramme, 56a, journalier à Beauvais et feue Marie Hyacinthe Zelia Boutoille (Les parents de l'épouse signent. Le père de l'époux consent par acte notarié. Les témoins, sont Paul Fatou, 47 ans, et Théodore Fatou, 22 ans, tous deux tailleurs d'habits à Boulogne et amis de l'époux, Louis Evrard, 46ans, commerçant à Ambleteuse, oncle de l'épouse et Auguste Bernard, 31ans, cordonnier, ami de l'épouse). Le couple a deux enfants avant la mort prématurée à Boulogne du père à 45ans en 1905. L’aîné Adolphe Louis François Bramme est boucher à Boulogne comme son père. La cadette Joséphine Fortunée Bramme a 21 ans quand elle épouse en 1911 à Boulogne Joseph Henri Magloire Gobert, 26ans,instituteur à Boulogne, fils de feu Henry Gobert et Hortense Bailly, 64ans, rentière à Condette (Les mères des épouses signent. Témoins : Eugène Grignon, 29ans, instituteur à Boulogne, beau-frère de l'époux,  Marie Gobert, 40ans, institutrice à Condette, soeur de l'époux, Adolphe Bramme, 24ans, garçon boucher à Boulogne, frère de l'épouse et François Daguebert, 43ans, garçon boulanger à St Martin, oncle de l'épouse). L'aîné des garçons du couple Daguebert-Duquenne, Alfred François Alexis Daguebert est menuisier à Marquise en 1892, quand il y épouse Catherine Sophie Mélanie Fournier, couturière native de Marquise, fille de Jean Antoine Alexis Fournier, 60 ans, burineur et Marie Catherine Augustine Lambert, 60ans, ménagère (Signatures des parents des époux et des témoins : Louis Boutoille, 34 ans, Emmanuel Anquez, 21 ans, tous deux charrons à Marquise et amis de l'époux, Parfait Caugniat, 32 ans, mécanicien à Marquise, et Joseph Stévenard, 60 ans, cordonnier à Marquise, tous deux amis de l'épouse). Le second garçon François Alexis Théophile Daguebert est garçon boulanger à Boulogne en 1892, date de son mariage avec Hortense Zoé Elisa Ladislas, domestique originaire de Wimille,fille des défunts Louis Joseph Augustin Ladislas et Julie Paindavoine (Signatures des parents de l'époux et des témoins : Louis Barot, 76 ans, propriétaire, Emille Marguerite, 34 ans, comptable,  Henri Wattebled, 41 ans, facteur des postes et Louis Warembourg, 27 ans, boulanger , tous de Boulogne et amis des époux).  Le couple qui semble avoir résidé à Boulogne, au Portel et à Saint Martin aura au moins trois garçons avec descendance à St Martin et Boulogne. Le troisième garçon, Étienne François Daguebert, chauffeur aux Chemins de Fer, épouse à Boulogne en 1898 Marie Hortense Lagaise, sans profession à Boulogne, native d’Amiens, fille naturelle reconnue de Hortense Emilie Lagaise, 51 ans de Calais (Les parents de l'époux, alors cultivateurs à Marquise sont consentants par acte notarié. La mère de l'épouse signe ainsi que les témoins :  Alfred Genot, 33ans, mécanicien, Léon Hennuyer, 44ans, cafetier, Claude Lagaise, 54ans, épicier et  Jules Delcroix, 42ans, cimentier, tous de Boulogne et amis des époux). On leur connaît cinq filles nées à Boulogne de 1899 à 1905  et un garçon né à Étaples en 1913. Viennent ensuite Marie Honorine, née à Ambleteuse en 1872 et qu’on retrouve corsetière à Calais en 1898, Firmin Florent Louis, mort en bas-âge en 1874 à Ambleteuse, Marie Thérèse Hortense Félicie, née à Ambleteuse en 1875 et dont on ne sait rien et finalement Élise Louise Marine Daguebert, née à Ambleteuse en 1877 et qu’on retrouve (avec sa sœur aînée Marie Honorine) couturière à Calais en 1898 quand elle donne naissance à une fille naturelle qui ne survivra que quelques semaines. Suivront trois autres enfants naturels, le premier, un garçon, en 1900 à Calais où elle est domestique, puis un autre garçon en 1901 à Boulogne où elle est de nouveau couturière et enfin une autre fille en 1907, toujours à Boulogne où elle est de nouveau domestique. En 1914, elle est cuisinière à Boulogne quand elle épouse Alexandre Pierre Loiseau, chef de cuisine de 38 ans originaire de Poitiers, veuf de Rose Emilie Marie Tutrice, fils de Théodore Loiseau, menuisier et Marie Céline Giraud, domiciliés à Paris. Les deux derniers enfants du couple Daguebert-Duquenne sont des garçons nés à Marquise en 1880 et 1882. Eugène Léon François Daguebert, est contrôleur aux travaux à Boulogne en 1909 quand il y épouse Marthe Marie Lefebvre, femme de chambre à Boulogne, originaire du Quesnoy-sur-Deule, fille de Louis Léon Joseph Lefebvre, tisserand et Fidéline Marie Truffaux du Quesnoy (Le père de l'époux âgé de 77ans et qui vit avec son fils est consentant mais pas présent de même que les parents de l'épouse. Les témoins sont Pascal Condette, 24ans, employé de chemin de fer, Agathe Blanchi, veuve Condette, 60ans, ménagère, Albert Desreumaux, 42 ans, sans profession et Blanche Lefebvre, 25 ans, cuisinière, les trois premiers amis des époux et la quatrième, soeur de l'épouse et tous de Boulogne). Alfred Emile Dagbert est employé au chemin de fer comme son frère aîné Etienne François quand il épouse lui aussi à Boulogne, en 1908, Hélène Adèle Jeanmonod, d’origine suisse, fille de Samuel Jeanmonod, 55 ans, et Sophie Louise Frête, 50 ans, agriculteurs à Provence en Suisse (Le père de l'époux, François Daguebert, 75 ans, donne son consentement mais n'est pas présent. Comme l'épouse est majeure, elle n'a pas besoin du consentement de ses parents en Suisse. Les témoins sont Alexis Daguebert, 39ans, boulanger à St Martin, frère de l'époux, Jules Delannoy, 27 ans, zingueur,Charles Mazeret, 23 ans, facteur et Georges Petit, 21 ans, télégraphiste, ces trois derniers amis des époux à Boulogne).

Après Louis François, on a recensé quatre autres enfants du couple Daguebert-Seillier. On a d’abord Amélie Celina Daguebert, née en 1833 à Neufchatel (Firmin Daguebert, 29ans, rentier à Outreau et Jean Louis Ficheux, 45ans, garde-champêtre à Neufchatel sont témoins) est repasseuse à Neufchatel où résident ses parents quand, à 18 ans, elle donne naissance chez Emilie Bonvoisin, une sage femme de Boulogne, à un fils naturel prénommé Jules, qui décède quatre ans plus tard chez sa nourrice Rosalie Lecat au hameau de Pont-de-Briques, commune d’Isques. A ce moment là Celina résidait à Ambleteuse, probablement chez sa mère (son père vient de mourir). Elle décède à Outreau en 1903, célibataire.

Suit Marie Madeleine Rosalie Daguebert, née à Neufchatel en 1837 (Charles Marie Rolland, 54ans, menuisier et  Jean Nicolas Maxime Dufour, 33ans, domestique sont témoins). En 1862, alors âgée de 25 ans et domestique chez Charles Butez, propriétaire, elle donne naissance dans la maison de sa mère, Catherine Seillier veuve, à une fille prénommée Marie Julie (en 1870 son nom sera officiellement changé de Dagbert à Daguebert). En 1868, alors marchande épicière  de 30 ans  au hameau de Raventhun d’Ambleteuse, elle donne naissance à un second enfant naturel prénommé Denyse Marie Émilie. Ces deux enfants (ainsi qu’un troisième Louis Martin François, né quelques semaines auparavant) sont reconnus et légitimés à son mariage en 1871 à Ambleteuse avec Louis Hippolyte Evrard, maçon à Ambleteuse fils de Louis Martin, 59 ans, cultivateur à Beuvreuquen et feue Marie Josephe Françoise Catherine Hennuyer (Signatures des époux, du père de l'époux et de la mère de l'épouse ainsi que les témoins :  Célestin Charles, 35 ans, maréchal-ferrant à Leubringhen, beau-frère de l'époux, Frédéric Evrard, 57 ans, maréchal-ferrant à Bazinghen, oncle de l'époux, François Daguebert, 39 ans, cultivateur à Raventhun, frère de l'épouse, Pierre Augustin Bréfort, 45 ans, débitant à Ambleteuse, ami de l’épouse). Le couple s’installe à Raventhun où Hippolyte est ménager (1875), débitant (recensement de 1876 et de 1891), épicier (recensement de 1881) ou boulanger (1884 et recensement de 1886) et où naissent deux autres enfants : Auguste Joseph Eugène (1875) et Louise Émilie(1877). Louis s’éteint en 1892, à 51 ans, boulanger à Raventhun, et Marie en 1909 à 71 ans avec son fils Louis Evrard, 37 ans, peintre, comme témoin. Leur fille aînée, Marie Julie Dagbert puis Daguebert et finalement Evrard, alors institutrice en congé, donne naissance en 1884 dans la maison de ses parents à Raventhun à un enfant naturel prénommé Louis Jules Joseph. Trois ans plus tard, elle épouse à Ambleteuse François Albert Labit, 30ans, sous-brigadier des douanes à Audresselles, fils de François Marc Timothée Labit, retraité des douanes et Marie Anne Désirée Juilien, de Neufchatel (Les parents des deux côtés sont présents et consentants. Les témoins sont, Pierre Alfred Ansel, 28ans, chauffeur au chemin de fer du Nord à Outreau, beau-frère de l'époux, Pierre François Juilien, 47 ans, rentier à Neufchatel, cousin de l'époux, François Daguebert, 54 ans, domestique à Marquise, oncle de l’épouse et François Hennuyer, 47 ans, facteur des postes à la retraite à Boulogne, cousin de l'épouse). Le couple s’installe à Audresselles avec descendance.  La deuxiême fille Denyse Marie Emilie Daguebert puis  Evrard épouse son cousin Achille Daguebert en 1889 (voir plus haut). Le fils aîné Louis Martin François Evrard est boulanger avec sa mère à Raventhun en 1896 quand il y épouse Marie Louise Joséphine Bréfort, sans profession à Ambleteuse, fille de feu Pierre Augustin Bréfort, et  Marie Clarisse Chaussay, 51 ans, cabaretiers (Les mères des époux sont présentes et consentantes. Les témoins sont Alexis Daguebert,75ans, cultivateur à Ambleteuse, oncle de l'épouse, Edmond Touret, 27ans, cultivateur à Offrethun, cousin de l'époux, Alfred Bréfort, 30ans, instituteur et Henri Bréfort, 27ans, à Ambleteuse, frères de l'époux) avec descendance Evrard à Ambleteuse. Quelques jours plus tard, son frère cadet Auguste Joseph Eugène Evrard, également boulanger avec sa mère à Raventhun, épouse toujours à Ambleteuse  Eugénie Louise Mélanie Sauvage, 19ans, sans profession, demeurant à Raventhun, fille de Pierre Louis Sauvage, 56ans,et Marie Florentine Delnieppe, 53 ans, cultivateurs à Raventhun (La mère de l'époux et les parents de l'épouse sont présents et consentants.Témoins : Joseph Touret, 38ans, cultivateur à Offrethun, cousin de l'époux, Alexis Daguebert, 75ans, cultivateur à Ambleteuse, oncle maternel de l'époux,Pierre Sauvage, 25ans, cultivateur à Ambleteuse, frère de l'épouse et Charles Sergent, 26 ans, domestique à Ambleteuse, cousin de l'épouse) avec descendance Evrard à Ambleteuse. Enfin, quelques semaines plus tard, la fille cadette Louise Émilie Evrard, 19ans, sans profession à Ambleteuse, épouse Louis Joseph Théophile Yvart, 24ans, préposé des douanes à Boulogne, fils de Louis Yvart, 58ans, cultivateur à Ambleteuse et feue Aimée Joséphine Julia Paque (Le père de l'époux et la mère de l'épouse sont présents et consentants. Les témoins sont  Alfred Vincent, 28ans, menuisier à Marquise, cousin de l'époux, Louis Noel, 69ans, cultivateur à Wimille, ami de l'époux, Louis Evrard, 25ans, boulanger à Ambleteuse, frère de l'épouse et Alexis Daguebert, 75ans, cultivateur à Ambleteuse, oncle maternel de l'épouse).

Les deux derniers enfants connus du couple sont  Marie Clémence Daguebert, née en 1840 toujours à Neufchatel (Charles Marie Rolland, 57ans, menuisier et Jean Baptiste Sagnier, 57ans, ménager de Neufchatel sont témoins) et qui épouse son oncle Firmin Daguebert, maire d'Outreau, en 1875 (voir plus haut) et finalement André Eugène Daguebert, né en 1846 à Samer (Marc Ficheux, clerc de notaire, 24 ans et Jean Henry Dezoteux, 32 ans, boulanger sont témoins), négociant à Boulogne dans les années 1870+ et qui serait resté célibataire  jusqu’à sa mort en 1907 à Outreau.

 

Retour