Autres couples et individus (Table 30)

Selon FAB (Famille Pont - p.117) Nicolle Dacquebert épouse vers 1585  Gilles Pon, né vers1558, marinier au Portel, fils d’Anthoine Pon. On leur connaît trois enfants : (1) Anthoine Pon, né vers 1588, également marinier au Portel, passe accord en 1619 pour une maison lui venant de son père décédé (2) Jacques Pon , né vers 1595 et qui épouse en 1625 Jehenne Houbronne, fille d’Adam et Marguerite Delacroix de Marquise, avec descendance Pon au Portel et à Boulogne où il est inhumé, veuf en 1668. (3) peut-être Jacqueline Pon, née vers 1610 et qui épouse Robert Paillet. Après le décès de Gilles (avant 1619), Nicolle se remarie avec Anthoine Delacroix (les deux sont témoins au mariage de Jacques Pon en 1625). 

Selon FG (Famille Gournay, tome 3), Jeanne Dacquebert épouse au début du 17e siècle François Gournay, marinier au Portel, fils de Jean de Gournay, également marinier au Portel, et Anne Neuville, décédés avant 1597. On leur connaît quatre enfants (1) Jacques Gournay, né vers 1611, également marinier au Portel qui épouse vers 1637 Nicole Deguisne d’Equihen, fille de François et Jeanne Degueuze puis vers 1658, Nicole Baheu, fille de Jacques et de Louise Hardy, avec descendance Gournay au Portel. Ce serait lui qui décède à Outreau en 1692, à 80ans environ. (2) Péronne Gournay, née vers 1615 et qui épouse en 1651 Jean Dugardin, tisserand à Raventhun, veuf de Jeanne Courteville puis en 1659 à Wissant Jacques Sueur, veuf de Marguerite Leclercq. Elle décède à Wissant en 1685, âgée de 70ans (3) Jean Gournay qui épouse Péronne Wyant avec descendance Gournay au Portel (4) Adrienne Gournay, née vers 1626 et qui se marie en 1659 à Audresselles avec Jean Noel. Elle décède à Audresselles en 1681, âgée de 55ans.

En 1668, par contrat de mariage passé devant maitre Neuville curé d’Outreau, Pierre Dagbert, jeune fils à marier et marinier au Portel épouse Françoise Clément , jeune fille à marier du Portel. Il est assisté de son père Pierre Dagbert, de sa mère, Jacqueline Monart et de son frère Jehan Dagbert. Elle est assistée de son père Wallery Clément, de son frère Jehan Clément et de son beau-frère Adrien Batté. Pierre Loeuillet est cité au contrat. Pierre pourrait être le père de Pierre et Josse Dacquebert (voir section 5-1)

En 1685, dans les premiers registres paroissiaux d’Outreau disponibles, on trouve l’acte de mariage de Michel Fournier et Isabelle Dacguebert. Michel Fournier est de la paroisse de St Wandrille (Outreau), il a 25 ans et il est assisté de Jean Fournier son père, de Gabriel(le) Fournier, sa tante, et de Pierre Routtier, son beau-frère. Isabelle Dacguebert a 23ans. Elle est assistée de Jacques De Larre son maître, et de Marie et Claudine Jain ses sœurs. L’acte porte la signature de Michel Fournier et les marques d’Isabelle Dacguebert, Jean Fournier, Pierre le Sueur, Gabriel Fournier, Marie et Claudine Jain et Jacques De Larre. Isabelle a probablement perdu ses parents et Jacques Delart, vraisemblablement le laboureur qui épouse Jacqueline Sauvage vers 1660, est son tuteur. Les « sœurs » Marie et Claudine Gin sont vraisemblablement les filles  d’un deuxiême (ou premier) mariage de la mère d’Isabelle. Claudine est peut-être celle qui épouse Louis Canet en 1693. Aucune de ces indications ne permet de relier Isabelle aux autres Dacquebert d’Outreau. Le couple Fournier-Dacguebert a au moins cinq enfants, les trois premiers baptisés à Outreau entre 1691 et 1698 et les deux derniers à l’église St Nicolas de la basse ville de Boulogne en 1701 et 1702. On ne trouve pas de Dacquebert parmi les parrains et marraines: Jacques Leuliette et Marie Caron pour Jacques en 1691, François Lardé et Françoise Leprêtre ( peut-être la fille de François Leprêtre et Jeanne Dacquebert – voir plus haut) pour Françoise en 1694, Jean Rigault et Elisabeth Neuville pour Elisabeth en 1698, Isaac de la Fontaine et Marie Elisabeth Grilly pour Marie Magdeleine en 1701 et finalement Jean Degrémont et Jeanne Catherine Grilly pour Jean en 1702. Trois de ces enfants prennent époux, s’établissent et décèdent dans la basse ville de Boulogne : (1) Jacques Fournier, maître tisserand à son décés en 1742, serait celui qui épouse Suzanne Huret en 1714 (pas d’ascendance ni de témoins sur l’acte de mariage retranscrit) (2) Elisabeth Fournier épouse Jean (de) Labarre en 1724 (Marques des époux. Signatures d'Antoine Leblan, Marie Isabelle Grilly, Michel Fournier vraisemblablement le père d’Elisabeth, Nicola Roux et Catherine Grilly) avec descendance Labarre à Boulogne. Après le décés prématuré de Jean en 1730, elle se remarie avec François Speneux, maître cordonnier (Signatures de François Speneux, François Deguisne et Nicolas Leroux. Marques d'Isabelle Fournier et Nicolas Delboite, probablement le beau-frère d'Isabelle) avec descendance Speneux à Boulogne. (3) Françoise Fournier  épouse Nicolas Delboite en 1727 (Marques des époux et signature hésitante de Michel Fournier, probablement le père de Françoise) avec descendance Delboite à Boulogne. On n‘a pas retrouvé le décés de Michel Fournier et Isabelle Dacguebert, probablement à Boulogne dans la première moitié du 18e siècle.

En 1689 on célèbre le mariage de Simon Surgeon et Martine Dacquebert. Pas d’ascendance ni d’âge ou d’occupation des époux qui sont tous deux de la paroisse d’Outreau. La seule signature en plus des marques des époux est celle de Bertrand Vuillecot. Ce dernier est ecuyer  et époux de Jeanne Flahaut  qui a abjuré sa religion réformée en 1685 à Outreau et son mariage a été réhabilité à Outreau en 1687 (Tiré de   "La révocation de l'Édit de Nantes dans le Boulonnais, le Calaisis, les pays conquis et reconquis" de V.J. Vaillant , 1885). Compte-tenu de la rareté du prénom, on pense que c’est la même Martine qui décède à Outreau en 1712, âgée d’environ 60 ans, ce qui placerait sa naissance vers 1650 soit contemporaine de celle de Guillaume Dacquebert, l’ancêtre de la branche cadette des Dagbert d’Outreau.

Jean Lefebvre et Marguerite Daguebert qui se sont mariés à Wimille en 1690 (voir les Dagbert de Wimille) baptisent une fille, Jeanne Marguerite, en 1712 à Outreau. Le parrain est Jean Libert et la marraine Jeanne Germe. L’enfant meurt quelques semaines plus tard. Par après, Marguerite ou son mari ne réapparaissent plus dans les registres d’Outreau

En 1656,  Sébastien Dacquebert, meunier à Outreau, passe un accord avec Guillaume de Rieu d’Outreau devant Maître Neuville, curé d’Outreau.

En 1688, on baptise à Outreau Nicolle, fille naturelle de Françoise Dacguebert qui aurait dit à la sage-femme que le père serait Antoine Lardé. Le parrain est Nicolas Baquet et la marraine, Nicolle Deguisne.

En 1689, le corps de Jean Dacquebert âgé d’environ 40ans est inhumé dans le cimetière d’Outreau.

En 1707, on inhume à Boulogne St Nicolas Louise Dacquebert, âgée de 24ans de la paroisse d’Outreau.

En 1716, c’est un autre Jean Dacguebert âgé d’environ 36 ans qui est inhumé à Outreau

En 1713, on inhume à Outreau Marcque Dagbert âgé d’environ 70ans. On notera la contemporanéité avec Marcque Dacquebert (ca1630-1708) époux de Jacqueline Clabault et ancêtre les branches principale et cadette des Dagbert d’Outreau.

En 1738, on inhume à Outreau Marie Louise Dagbert, âgée de 40ans environ et native de la paroisse de St Etienne. Les témoins qui tous deux signent sont Philippe Davault et Louis Marie Desgardin, tous deux cousins de la défunte. Elle pourrait être une fille du couple de Jacque Antoine Dacquebert  et Françoise Neuville dont les deux fils connus sont nés à St Etienne-au-Mont en 1695-1696. Le problème, c’est qu’on ne retrouve pas de baptême d’une Marie Louise Dagbert à St Etienne à la fin du 17e siècle. Philippe Davault est vraisemblablement le fils de Louis Marie Davault, seigneur du Tihen, et Marie Anne Masson, décédé célibataire à 32ans en 1739 mais on ne lui connaît pas d’oncle ou de tante Dacquebert.

Retour