Nicolas un frère de Vincent à Tardinghen et Wissant? 

Nicolas Dacquebert apparaît pour la première fois dans les actes paroissiaux de Tardinghen en 1670 quand on baptise son fils Antoine. Son épouse et la mère de l’enfant est Marguerite Fournier. Le parrain est Vincent Dacquebert (qui signe Vincent Dacbert) et la marraine Françoise ? (peut-être La Hode). Les parents se seraient mariés l’année précédente. Geneanet chretienli mentionne un contrat de mariage à Marquise en février 1668 avec le même Vincent Dacquebert parmi les témoins. Malheureusement les actes de mariage de la paroisse de Tardinghen pour 1668 ne sont pas disponibles.  Antérieurement à ce baptême de 1670, on retrouve au bas d’une des deux copies des quatre derniers actes paroissiaux de 1669 la signature probablement du même Nicolas Dacber et celle de Marcq Regnault en plus de celle du curé Morel. Ce dernier est probablement le laboureur d’Inghen-Ausque décrit par geneanet didierhiard, né vers 1640, fils de Jean Regnault et Péronne Pacquentin, lui-même laboureur à Ausque et qui épouse successivement Marie Parenty en 1663, Jeanne de la Hodde en 1667, Marie Flahault vers 1680 et Jacqueline Lonquety en 1685 avec une abondante descendance à Inghen-Tardinghen avant de décéder à Audinghen en 1719 à 78ans. Les quatre actes dont il est question sont des actes de sépultures : le premier, en date du 7 décembre, concerne un autre Marc Regnault, âgé de 64ans et qui ne semble pas directement relié au premier cité (selon geneanet chretienli, il est le fils de Baudechon Regnault et Peronne de Quelque et l’époux de Louise Lefebvre), le second, en date du 11 décembre, devrait toucher notre Nicolas puisqu’il concerne Antoine Dacquebert, âgé de 93ans. Nous en reparlerons plus loin. Le troisième touche également Nicolas ou plutôt sa femme puisqu’il s’agit de l’inhumation de Marie Magdeleine Selingue, 10ans, fille de feu Jean et Marguerite Fournier. On y revient un peu plus loin. Le dernier pour Jean Dupon dit la Presle ne semble pas concerner directement les deux cosignataires

Trois autres enfants du couple Dacquebert-Fournier sont baptisés à Tardinghen dans les années qui suivent (tous avec le patronyme Dagbert) : Pierre en 1672 (Pierre Roberval est le parrain et Marie Baugran, la marraine), un premier Louis en 1674 (avec Louis Oguier que nous retrouverons plus loin, comme parrain et Marie Regnault comme marraine) et un deuxième Louis en 1676 (avec Antoine Lefebure comme parrain et Marie Oguier, que nous retrouverons plus loin, comme marraine). Le premier Louis décède en 1675 à 18 mois et il est inhumé au cimetière d’Inghen (Table 4)

Avant d’épouser Nicolas Dagbert, Marguerite Fournier aurait été l’épouse de Jean Selingue, laboureur à Wissant avec trois enfants nés dans cette paroisse vers 1660 : Marguerite en 1659 (avec Noel Descamps d'Audembert comme parrain et Marguerite Dupont comme marraine), Jean en 1661 (avec François Gruet comme parrain et Antoinette Fournier comme marraine) et Marie Magdeleine à une date encore inconnue. Compte-tenu de l’âge de la décédée soit 10ans, on pense que Marguerite est la Marie Magdeleine qui décède à Inghen en 1669 (voir plus haut). La vraie Marie Madeleine Selingue épouse en 1688 à Sombre, secours de Wissant, Jehan Devin, fils de Laurent Devin et feue Marguerite Fauchois de Leulinghen (Acte de mariage filiatif. Marque de l'époux et signature de l'épouse. Signature de Pierre Rochoy, probablement le beau-frère de l'époux. Marque de Jean Desgardin?. Signature de Louis Branly?) avec descendance Devin à Leulinghen.

On retrouve la famille Dagbert-Fournier en 1686, à Wissant, malheureusement pour l’inhumation de Marguerite Fournier, femme de Nicolas Dagueber, ancien maieur (maire de Wissant). Nicolas aurait donc occupé ce poste dans la décennie entre 1676 (naissance de Louis à Inghen) et 1686 (décès de Marguerite à Wissant).

Nicolas devenu Nicolas Dacbert et toujours qualifié d’ancien maieur de Wissant, se remarie l’année suivante, en 1687, à Wissant, avec Marie Lenne, fille de Jean et Antoinette Desaint de la même paroisse St Nicolas de Wissant (Acte de mariage filiatif. Signature de l’époux et marque de l’épouse. Signature de Vincent Dacbert, maintenant bien connu. Signature d’Antoine Desain, peut-être un oncle maternel de l’épouse. Marque de Louis Hoguier sur lequel nous reviendrons. Marque de Jacques Ducrocq). Un enfant, prénommé Nicolas, naît de cette union en 1688 à Wissant (le parrain est Louis Dacguebert, peut-être le fils de Nicolas et Marguerite Fournier, et la marraine est Marie Magdeleine Selingue de Leulinghen, peut-être la fille de Jean Selaingue et Marguerite Fournier) mais la mère, Marie Lenne, s’éteint peu après, dans la même année 1688, et elle est inhumée dans le cimetière Notre Dame de Sombre.

Nicolas apparaît pour la dernière fois dans les registres de Wissant en 1697 quand il signe comme témoin au mariage de son fils Louis avec Marie Jeanne Marest comme rapporté dans la prochaine section. On n’a pas encore trouvé où et quand il est décédé