Vincent Dagbert et ses enfants

FAB mentionne Vincent Dacquebert à plusieurs reprises dans sa généalogie des Habart. Une première fois (p. 516) pour indiquer que Vincent épouse Antoinette Habart, fille de Philippe Habart (1608-1672), laboureur à Tardinghen et Jehenne Tellier en 1676 à Tardinghen et qu’il mourut avant le 16-11-1695 (plutôt 1696), date du cm Delattre à Marquise de sa fille Marie Dagbert avec Marc Brunet. On apprend également (toujours p. 516) que Vincent est témoin comme beau-frère au cm Leclerc entre Philippe Habart, frère d’Antoinette, et Marie Magdeleine De Le Haye le 07-05-1684 et que ce même Philippe Habart est témoin (avec sa deuxième épouse Marie Bracbien) au cm Delattre de 1696. Enfin (toujours p. 516), Vincent aurait également été témoin comme beau-frère au cm Selingue du 11-01-1687 de Nicolas Habart, frère d’Antoinette et Philippe, avec Marguerite Darras. Il est alors laboureur à Ausque (maintenant sur la commune de Tardinghen).
Toujours dans FAB, on retrouve Vincent dans la généalogie Brunet (p. 259) avec des précisions sur le cm Delattre de 1696 : Marie Dacquebert fille de feu Vincent et Antoinette Habart épouse Marc Brunet (1671-1727), tisserand à Audinghen, fils de Pierre Brunet (1628-1674), laboureur à Audinghen et Jacqueline Ferquiere. On apprend que Marie décède à Audinghen à l’âge de 75 ans, le 11-01-1753.

Les registres de Tardinghen nous confirment le mariage de Vincent Dagbert et Antoinette Habart en 1676 mais sans nous donner de détails sur l’ascendance des deux époux et les témoins présents. Tout ce qu’on apprend est que Vincent est d’Inghen et Antoinette de Tardinghen. Les registres d’Inghen donnent également le mariage mais en 1696 entre Marie Dacquebert et Marc Brunet mais là encore sans détails sur l’ascendance des époux et les témoins présents.

On retrouve la signature de Vincent sur plusieurs actes de la paroisse de Tardinghen mais aussi d’autres paroisses de la région. Compte-tenu de la rareté du prénom, son identification ne pose pas de problème. En particulier, il signe comme parrain au baptême (1) d’Antoine Dacquebert, fils de Nicolas et Marguerite Fournier en 1670 à Tardinghen (2) de Madeleine Feutrel, fille de Marc Feutrel et Catherine Habart, la sœur d’Antoinette, en 1677 à Tardinghen (3) d'Antoine Regnaut fils de Marc et Marie Flahaut, baptisé à Tardinghen en 1683. C’est aussi probablement le Vincent Dagbert témoin au mariage en 1688 à Boucres d'Antoine Dagbert d'Escalles avec Jeanne Butel de Boucres, le couple à l’origine des Dagbert de Hames-Boucres.

Ces mêmes registres donnent les baptêmes des enfants de Vincent et Antoinette (Table 1). L’aînée est Marie Dagbert, probablement la future épouse de Marc Brunet, baptisée à Tardinghen en 1677 avec Jean Dagbert, peut-être un frère de Vincent, comme parrain et Péronne Dagbert, probablement la sœur de Vincent comme expliqué plus bas, comme marraine. En 1688, comme Marie Daguebert fille de Vincent d'Inghen et à seulement 11ans, elle est la marraine au baptême d'Antoine Beaugrand, fils d'Antoine, matelot, et Catherine Malfoy, à Wissant. Ce serait également la Marie Dagbert, marraine de Marie Françoise Roberval, fille de Pierre et Marguerite Lavoine, en 1696 à Tardinghen.
 Comme indiqué plus haut, en 1696, à 19ans et après la mort de son père, elle épouse à Inghen Marc Brunet, originaire d’Audinghen, fils des défunts Pierre Brunet, de son vivant laboureur à Audinghen et Jacqueline Ferquiere (Acte de mariage non filiatif sans témoins, signatures ou marques mais avec un cm chez Delattre à Marquise avec, comme témoins pour lui : Pierre Brunet, son frère, et Jacques Coze, son beau-frère à cause de Jacqueline Brunet, sa sœur et pour elle, sa mère, veuve, selon FAB Brunet p.259). Le couple Brunet-Dagbert est d’abord à Inghen (1697) puis à Hydrequent (1699-1702) et finalement à Audinghen à partir de 1704. Marc Brunet serait celui qui décède à Audinghen en 1727, à environ 70ans (en fait 56 ans). Marie Dagbert s’éteint au hameau du Grinet d’Audinghen en 1753, à 75ans, veuve de Marc Brunet, de son vivant manouvrier (l’inhumation au cimetière d’Audinghen a lieu en présence de ses fils Jean et Jacques Brunet, manouvriers à Audinghen, qui laissent leur marque et de son gendre, Jean François Hautefeuille, lui aussi manouvrier à Audinghen, qui signe)

Le couple Brunet-Dagbert aurait eu jusqu’à huit enfants. L’aîné, Marc Brunet, baptisé à Inghen en 1697 (le parrain est Marc Hamin et la marraine, Antoinette Dagbert, peut-être la tante maternelle) décède a Audinghen en 1744, vraisemblablement célibataire, à 46ans environ (avec son frère Jean Brunet et Jean François Hautefeuille, son beau-frère à cause de Marie Françoise Brunet son épouse, comme témoins).
Suit Marie Jeanne Brunet, baptisée à Hydrequent en 1699 (avec Jacques Caux comme parrain et Jehenne Jacqueline Wallery comme marraine) et qui épouse en 1725 à Audinghen, Léonard Ducloy ou Ducloi, Ducloye (Acte de mariage non filiatif. Marques des époux. Marque de Marcq Ducloy, probablement le frère de Léonard. Signatures de Léonard Famechont, probablement le cousin de Léonard Ducloy et J. Fasquel) avec descendance Ducloy à Audinghen. Ce Léonard est relié aux Dagbert d’Audinghen par sa mère, Marie Dacquebert, fille de Jehan Dacquebert et Marie de Habart (FAB Dacquebert p.308) qui épouse Marc Ducloy à Audinghen en 1681. Jenne Dacquebert, sa sœur, est l’épouse de Nicolas Famechon et la mère de Léonard Famechon. Léonard Ducloy décède, tisserand à Audinghen, en 1746 à 44ans (en fait 58ans! avec pour témoins : Marc Ducloy, son frère et Jean Ducloy, son cousin). Marie Jeanne Brunet, son épouse, s’éteint à 79ans, en 1779, au hameau du Grinet à Audinghen, veuve de Leonard Ducloy, côtier (avec Antoine Brunet, maçon, et Jacques Brunet, tisserand, ses neveux, comme témoins)
Suit Jean Brunet, dit Dechambre, baptisé à Hydrequent en 1702 (Le parrain est Jean Crochet et la marraine, Françoise Habart), lui aussi tisserand à Audinghen qui épouse en 1736 à Wissant Marie Louise Bouclet, elle-même native d’Audinghen, fille de Pierre Bouclet et Antoinette Routtier (voir FAB, Bouclet, p. 219) (Acte de mariage non filiatif. Jean Brunet est d’Audinghen et Louise Marie Bouclet de Sombres en Wissant. Marques des époux. Signatures de François Brunet, peut-être le cousin de l'époux, fils de Pierre Brunet, le frère de Marc, voir FAB Brunet, p.259, Louis Delattre, peut-être le beau-frère de l'épouse, Jean Bouclet, peut-être le frère de l'épouse et un certain Framery non identifié) avec descendance Brunet à Audinghen. Marie Louise décède en 1779, à environ 81ans (en fait 78ans), à Tardinghen après être tombée malade chez son gendre Antoine Dufay (avec ce même Antoine Dufay et Louis Routier, son cousin à Audinghen, comme témoins). Jean, son mari, s’éteint quelques années plus tard, en 1782, à Audinghen, à environ 81ans (avec Pierre Dupont et Antoine Lavoine, laboureurs à Audinghen, comme témoins).
Suit Pierre Brunet, baptisé à Audinghen en 1704 (le parrain est Pierre Brunet, peut-être l’oncle paternel frère de Marc, et la marraine, Éléonore Couvreur). Comme son frère Jean, il est tisserand à Audinghen quand il épouse en 1734 a Wimille Marie Antoinette Françoise Lorge de Wimille (Acte de mariage non filiatif. Marque de Pierre Brunet et signature de Marie Antoinette Lorge, les époux. Marque de Jean Brunet, probablement le frère de l’époux. Signature de Jean Lelievre et d'Alexandre Ducrocq, peut-être un cousin maternel. Marques de Marie Dacbert, probablement la mère de l'époux, et de Marie Françoise Brunet, peut-être sa sœur. Signature de Louis Marie Lelievre?) avec descendance Brunet à Audinghen. Ce mariage est évoqué dans FAB Lorge (p. 708) qui donne l’ascendance de Marie Antoinette Françoise : elle est la fille des défunts Pierre Lorge, de son vivant laboureur à Wimille, et Françoise Vigneron de Beuvrequen. Le mariage de 1734 aurait donné lieu à un cm Martin où l’oncle Jacques Vigneron, la cousine Marie Vigneron veuve d’Alexandre Durcocq et Jean-François Selingue, laboureur à Pernes, cousin germain à cause de Marie Dewisme sa femme sont les témoins pour elle. Pierre Brunet décède à Audinghen dès 1744, à 39ans (Jean Brunet, son frère et François Brunet, son cousin germain, probablement le fils de Pierre, frère de Marc Brunet père, sont les témoins). Marie Antoinette, son épouse, s’éteint en 1755 au hameau de Framezelle à Audinghen (avec Jean Goduin et Jacques Deliaux, habitants de la paroisse, comme témoins).
Le cinquième enfant du couple Brunet-Dagbert est Jean Jacques Brunet, baptisé à Audinghen en 1708 (Le parrain est Jean Jacques Brunet et la marraine, Marie Antoinette Habart). A la différence de ses frères Jean et Pierre, il n’est pas tisserand mais plutôt charpentier. En 1750, à plus de 40ans, il épouse Marie Anne Pecriau ou Pecriaux, 24ans, domiciliée à Landrethun depuis quelques mois, fille de Laurent Pecriau, manouvrier à Leulinghen-Bernes et feue Marie Ringot, originaire de Ferques (geneanet vlecuyer) où son père était tailleur de pierres (Acte de mariage filiatif. Les témoins cités sont Jean Brunet, frère de l'époux, d'Audinghen, François Labarre, son beau-frère, Louis Baclet, frère de l'épouse, Pierre Pecriau, son cousin germain. Marques de Jean Jacques Brunet et Marie Anne Pecriaux, les époux. Marques de Jean Brunet, François Labarre, Louis Baclet et Pierre Pecriau. Marque de Laurent Pecriaux, probablement le père de l'épouse) avec descendance Brunet à Audinghen bien que Jean Jacques décède dès 1756, à 48ans, manouvrier au hameau du Grinet (avec pour témoins son frère Jean Brunet, son beau-frère Jean François Hautefeuille, et Hugues Habart). Marie Anne, son épouse, s’éteint à Audinghen en 1779, à 52ans (avec comme témoins Jean Nicolas Pourre d'Audresselles et Jean Pierre Meuriche d'Audinghen).
Suit Marie Françoise Brunet, baptisée à Audinghen en 1711 (avec François Brunet, probablement son cousin déjà présenté plus haut, comme parrain et Marie Magdeleine Habart, comme marraine). C’est elle qui épouse en 1739 à Audinghen Jean François Hautefeuille, fils de Jean Hautefeuille et de feue Marguerite Boulanger, lui aussi déjà présenté plus haut (Mariage partiellement filiatif. L'époux qui a environ 24ans est d'Audinghen et est le fils de Jean Hautefeuille qui réside alors à Wimille. L'ascendance de Marie Françoise Brunet, elle aussi d'Audinghen et âgée d'environ 28ans, n'est pas précisée. Les témoins cités sont Jean Hautefeuille, père de l'époux, Pierre Boulanger, Jean Delattre, Pierre Brunet, Jean Brunet et Michel Dubois. Marque de l'épouse. Deux signatures de Jean Hautefeuille, probablement l'époux et son père. Signatures de Jean Delattre, Pierre Boulanger, Pierre Brunet et Michel Dubois. Marque de Jean Brunet, probablement le frère aîné de l’épouse) avec descendance Hautefeuille à Audinghen. A l’instar de son beau-frère Jean Jacques Brunet, Jean François Hautefeuille n’est pas tisserand mais maître maçon et charpentier. Son ascendance et sa descendance sont décrites dans Vasseur-Hautefeuille-(p.1065-66). Marie Françoise, son épouse, décède à environ 46ans au Hamel, hameau de la paroisse d’Audinghen (les témoins sont son époux et Jean Delattre, un voisin laboureur). Jean François, qui a alors 44ans, se remarie en 1761 à Audinghen avec une autre Brunet mais pas de la même branche que Marie Françoise, Marie Catherine Brunet, 25ans, à Tardinghen mais originaire d’Audinghen, fille de Marc Brunet et de feue Marie Catherine Pacquentin (Acte de mariage filiatif. Les témoins cités sont, pour lui, Joseph Briche, jeune homme de la paroisse d'Audinghen et Maître Jean Goduin, également d'Audinghen, et pour elle, Marc Brunet, son père, et Jean Marie Brunet son frère. Signature de l'époux, du témoin Goduin et du témoin Marc Brunet. Marque de l'épouse, du témoin Briche et du témoin Jean Marie Brunet) avec également descendance Hautefeuille à Audinghen. Même si tous les sites geneanet qui se sont intéressés à lui donnent un décès en 1791 comme suggéré par Vasseur, Jean François Hautefeuille serait plutôt décédé entre 1777, année de naissance de son dernier enfant, Jean François Laurent, et 1782, année de décès de ce même enfant, mais pas à Audinghen. Sa deuxième épouse, Marie Catherine, s’éteint à 67ans environ, en 1799, au hameau du Cran-aux-Œufs (les témoins sont son beau-fils Pierre Bernard, 37ans, chasse-marée et Claude Sauvage, 46ans, journalier).
Suivent Joseph Brunet, baptisé à Audinghen en 1714 (avec Jean Jacques Radenne comme parrain et Antoinette Brunet, comme marraine) mais qui ne survit que 16.5mois et un deuxième Pierre Brunet, baptisé à Audinghen en 1716 (avec Pierre Habart comme parrain et Marie Anne Hamin comme marraine) et qui serait décédé célibataire a 25ans, en 1741, mais pas à Audinghen.
L’avant dernier enfant du couple Brunet-Dagbert est Marie Barbe Brunet, baptisée en 1721 à Audinghen (avec Pierre Routtier comme parrain et Marie Magdeleine Coze comme marraine) et qui épouse à Audinghen, en 1751, Jean François Labare, manouvrier d’environ 28ans de Questinghen, secours de Baincthun, fils de Jean Labare, manouvrier à Questinghen, et feue Marguerite Leroy (Acte de mariage filiatif. Les témoins sont Jean Labart, père du contractant à Questinghen, Antoine Labare, son frère cadet, Jean François Hautefeuille, beau-frère de la contractante, Jean Jacques Brunet, frère de la contractante à Audinghen et Jacques Hamerel. Marques des époux, du père et du frère du contractant et du frère de la contractante. Signature de Jean Hautefeuille, Jacques Hamerelle et d'un Goduin, vraisemblablement Maître Jean Goduin d'Audinghen) avec descendance Labare à Audinghen. François Labarre décède à Audinghen en 1781, à 68ans, manouvrier, (avec Marie Charles Deliaux et Antoine Latignant comme témoins). Marie Barbe, son épouse, décède l’année suivante, à environ 60ans, (avec Jean François Hauttefeuille et Antoine Brunet, ses neveux, pour témoins)
Marie Marguerite est la dernière-née du couple Brunet-Dagbert, en 1724, à Audinghen (Léonard Ducloi, probablement celui qui épouse sa sœur aînée Marie Jeanne l’année suivante, est le parrain et Marie Marguerite Delplanque, la marraine) mais elle ne survit qu’une journée.

Le deuxième enfant de Vincent Dagbert et Antoinette Habart est encore une fille baptisée à Tardinghen en 1680 mais l’acte de naissance omet de mentionner son prénom. On pense néanmoins qu’il s’agit d’Antoinette Dagbert (avec Philippe Habart, probablement le frère d'Antoinette Habart présenté plus haut, comme parrain et Marie Darras qui pourrait être l'épouse de Pierre Dagbert, neveu présumé de Vincent présenté plus bas, comme marraine). Sa descendance est détaillée dans la section suivante.

Après Marie et Antoinette, le troisième enfant du couple de Vincent Dagbert et Antoinette Habart est un garçon, Louis Dagbert, baptisé à Tardinghen en 1682. Son parrain est Louis Hoguier, vraisemblablement un oncle par alliance comme indiqué plus bas, et sa marraine, Marie Flahaut, vraisemblablement la mère d'Antoine Regnaut dont le parrain sera Vincent, le père de Louis, en 1683 à Tardinghen. Sa descendance est présentée dans une section plus bas.

Suit Gabriel Dagbert, baptisé à Tardinghen en 1685 avec Gabriel Baugrand qui signe comme parrain et Marie Regnault comme marraine. C’est fort probablement le Gabriel Dacquebert qui assiste comme parrain au baptême de sa nièce présumée Marie Jeanne Létendart en 1707 à Elinghen (Voir plus bas). Compte-tenu de la rareté du prénom, c’est aussi fort probablement le jeune homme de 22ans inhumé à Ferques en 1710.

Suit Jean Jacques Dagbert, baptisé à Tardinghen en 1689 avec Jacque Beaugrand qui signe comme parrain et Marie Magdeleine de Habart? comme marraine. C’est probablement le Jean jacques Dagbert qui laisse sa marque comme témoin au mariage de son frère Louis en 1715 à Leubringhen ainsi que le jeune homme à marier de la paroisse, parrain au baptême de sa nièce Marie Louise Dagbert, fille du même Louis en 1720 à Leubringhen. C’est aussi probablement le J. Jacques qui laisse sa marque comme témoin au mariage de son frère présumé Pierre en 1721 à Ferques ainsi que le Jean Jacques Dacquebert de Leubringhen qui laisse sa marque comme parrain au baptême de Marie Françoise Louise, l’aînée du même Pierre en 1722 à Ferques. Il s’éteint à Hydrequent en 1738, jeune homme de 49ans, fils de Vincent Dagbert et Antoinette Habart avec comme témoins, ses frères, Pierre Dacbert et Louis Dacquebert ainsi que Louis Marmin et un autre Dagbert non identifié.

Le dernier enfant de Vincent et Antoinette serait Pierre Dagbert, baptisé à Tardinghen en 1692 avec Pierre Bracbien qui signe comme parrain et Marguerite Pacquentin comme marraine. Sa descendance est présentée dans une section plus bas.

Vincent est inhumé à Inghen en 1695 à l’âge de 48 ans. Il serait donc né vers 1647. Par la suite la famille Dagbert-Habart, privée de Vincent, le père, part de Tardinghen pour s’installer dans la région des carrières de marbres autour de Rinxent et Ferques et leurs secours d’Elinghen et Hydrequent. On a déjà vu plus haut la naissance du deuxième et troisième enfant de Marie Dagbert, l’aînée de la famille, à Hydrequent en 1699 et 1702. La mère, Antoinette Habart, apparaît pour la dernière fois dans les registres paroissiaux à Elinghen en 1704 comme témoin au mariage de sa fille Antoinette  (voir la section suivante). On ignore cependant où et quand elle est décédée.


Retour