La descendance du couple Lacroix-Daudruy à Audinghen, Wissant et… Dunkerque

Marie Louise Daudruy épouse de François Lacroix est l’un des rares enfants du couple Daudruy-Dacquebert dont la descendance n’est pas développée dans FAB-Daudruy. Et pourtant cette descendance est intéressante pour ses nombreuses connections avec les Honvault de Wissant mais aussi avec des Daudruy déménagés à Dunkerque  à la fin du 18e siècle. L’aparté qui suit tente de combler cette lacune.

Les quatre premiers enfants du couple Lacroix-Daudruy atteignent l’âge adulte et fondent une famille. La première à le faire est Marie Louise Antoinette Lacroix, baptisée en 1731 (Parrain: Antoine Hamin. Marraine: Marie Antoinette Brunet) qui épouse en 1756 à Audinghen Antoine Honvault (signe Honvaut), 25ans, de la paroisse de Wissant, fils de Nicolas et Marie Antoinette Ducrocq, propriétaires à Wissant (Acte de mariage filiatif. Les témoins cités sont Nicolas Honvault, père du contractant, Nicolas Honvault, son frère, Jean Honvault, son cousin germain, le sieur Jean Hache, mayeur de Wissant, François Lacroix, frère de la contractante, Jean Daudruy, son oncle, Louis Daudruy, son cousin germain et Antoine Hamin, son parrain de cette paroisse. Signature du contractant et marque de la contractante. Signatures de Nicolas Honvault (2 fois), Jean Honvault, Antoine Hamin,  François Lefebure,  François Lacroix, J. Hache, Jacques Hamerel, Jean Louis Daudruy ainsi qu'un certain Delaruelle? et marque de Jean Lacroix) avec descendance Honvault à Wissant où Antoine est chasse-marée ou mareyeur. Après le décès de Marie Louise Antoinette à Wissant, en 1769, à 37ans, Antoine se remarie en 1770 à Wissant avec Marie Louise Gouellin, 26ans, fille de Jean Gouellin, marchand à Wissant, et  Marie Catherine Quehen (Acte de mariage filiatif pour l'épouse. Veuvage de l'époux mentionné. Les témoins cités sont  Pierre François Lefebvre, neveu de l'époux,  Noel Dohen, son ami de Leubringhen et Alexandre Hache, beau-frère de l'épouse. Signature des époux et des témoins ainsi que de J. Gouellin, probablement le père de l'épouse) puis, après  la mort  de cette dernière en 1772, Marie Catherine Coffre ou Le Coffre, 29ans environ, fille majeure de feu Jean Coffre, maçon charpentier et Marie Antoinette Brunet de Wissant (Acte de mariage filiatif. Les témoins cités sont Etienne Le Roi ou Le Roy, meunier, beau-frère de l'époux, Jean Sauvage, clerc laïc, son ami, Jean Coffre, frère de l'épouse et  le sieur Louis Antoine Dupont Duvivier, son parrain. Signature de l'époux et des témoins. Marque de l'épouse), les deux mariages avec descendance Honvault à Wissant. Antoine s’éteint finalement en 1804 à Dunkerque, journalier de 72ans (avec pour témoins, son fils Jean François Honvaux, 38ans, marchand à Dunkerque et son gendre, Jean Pierre Godefroy Quiquet, 33ans, commis de marine dans cette ville).

La venue d’Antoine à Dunkerque coïncide probablement avec le mariage, en 1782 dans cette ville, de son fils aîné Antoine Honvaux avec Geneviève Quiquet, fille de Jean François Quiquet, cabaretier à Dunkerque mais originaire de Campagne-les-Boulonnais et Marie Laurency. Antoine fils est alors domestique de 25ans à Dunkerque. Nicolas Honvaux, son oncle de Wissant dont nous reparlons plus loin, est le seul représentant de la famille qui témoigne au mariage. En 1788, un deuxième fils issu du premier mariage d’Antoine, Jean François Honvaux, 23ans, épouse à Dunkerque où il est cocher Marie Angélique Florimonde Holtier ou Gaultier, 18ans. Cette fois, Antoine père qui demeure toujours à Wissant, est témoin ainsi qu’Antoine fils devenu aubergiste à Dunkerque. Par la suite, en 1796, Antoine père est loueur de voitures à Dunkerque quand il y marie sa fille Marie Madeleine Antoinette Honvaux, 20ans, issue de son troisième mariage avec Marie Catherine Coffre, avec Jean Pierre Godefroy Quiquet, charpentier de 25ans à Dunkerque, natif de Campagne-les-Boulonnais, fils de Pierre Quiquet, garde général des forêts du canton de Calais et Marie Françoise Hamy et cousin de sa belle-sœur Geneviève. En 1798, il est toujours à Dunkerque et ne participe pas au mariage à Wissant d’une autre fille de son troisième mariage, Marie Louise Catherine Antoinette Honvault avec Jacques Altazin.  Enfin, en 1805, après la mort d’Antoine, un troisième enfant de son troisième mariage, Louis Marie Honvault, 31ans, épouse à Dunkerque où il est cordonnier, Thérèse Warryn, 30ans, veuve de Louis Patrice Duhautois, charpentier, fille de feu Philippe Antoine Warryn, de son vivant musicien.  Jean François son demi-frère aîné, alors  marchand à Dunkerque, est témoin. Il s’éteint en 1822, à 57ans, ancien marchand, à son domicile du 4 Place Royale à Dunkerque.

Jean Lacroix, surnommé Debove ou De Boves, et baptisé à Audinghen en 1733 (Parrain: Léonard Brunet. Marraine: Adrienne Hamin) est le deuxième enfant du couple Lacroix-Daudruy à se marier, à 24ans, en 1757, à Audresselles, avec Marie Marguerite Antoinette Acary, ou Acarie, plus généralement Accary, jeune fille de 23ans, fille de défunt Louis Accary et Jacqueline Robervalle, chasse-marée de cette paroisse (Acte de mariage filiatif. Les témoins cités sont Antoine Onveaux (Honvault), beau-frère du contractant, Marie Louise Daudrui, sa mère, Louis, Jean Baptiste et Jean Marie Acary ou Acarie, frères de la contractante. Marques des contractants, de la mère du contractant, des frères de la contractante. Signature d'Antoine Honvaux) avec une importante descendance (18 enfants de 1757 à 1777 selon geneanet vlecuyer) à Audresselles où Jean est tisserand (1757-1760) comme son père puis à Audinghen où on le retrouve manouvrier (1762, 1765) mais surtout tisserand (1764, 1766-71), voire maître tisserand (1773-77), particulièrement au hameau du Cran-aux-œufs (1766-69). Il décède à Audinghen en 1808, toujours tisserand et âgé de 76ans (avec ses fils Jean, 48ans, et François, 39ans, tisserands à Audinghen, comme témoins). Son épouse Marguerite s’éteint elle-aussi à Audinghen en 1816, à 83ans.

Des 18 enfants du couple Lacroix-Accary, 12 meurent en bas-âge. L’aîné, Jean Louis Lacroix, baptisé à Audresselles en 1757 (Parrain : Louis Accary d'Audresselles. Marraine : Marie Catherine Lacroix d'Audinghen) est tisserand à Audinghen comme son père jusqu’à son décès, célibataire, à 75ans en 1832. Son frère cadet François Julien Lacroix, baptisé à Audinghen en 1773 (Parrain : Jean Baptiste Caron, domestique chez Pierre Delattre. Marraine : Marie Louise Level, servante chez Jacques Hamerel) est  tisseur de toile de 25ans à Audinghen en 1798 quand il y épouse Marie Catherine Charlotte Pourre, fille de Jacques Pourre, guetteur au guet du Grinet et Marie Charlotte Ursule Lacroix (Acte de mariage filiatif. Les témoins cités sont  Jean Louis Lacroix, 42ans, tisseur de toile à Audinghen, frère du contractant,  Joachim Cugny, 25ans, son ami, Etienne Pourre, 25ans, guetteur, frère de la contractante et  Louis Lagaise, 37ans. cordonnier, son cousin germain, tous d'Audinghen. Signatures des contractants et des témoins sauf Jean Louis Lacroix). Après la mort de cette première épouse en 1805 à 36ans, François Julien, devenu gardien du poste des guets, se remarie en 1809 à Audinghen avec Marie Antoinette Philippine Pourre,  fille de feu Antoine Pourre, décédé en Amerique au service de l'état il y a environ 30ans et feue Marie Antoinette Habart (Acte de mariage filiatif. Les témoins cités sont Monsieur Pierre Marion, 49ans, lieutenant commandant la 5e compagnie de canonniers garde-côtes à Audinghen, Jean Lacroix, 49ans, tisserand à Audinghen, frère du contractant, Jean Baptiste Pourre, 28ans, à Wissant, frère de la contractante et  Pierre Pourre, 38ans, tisserand à Audinghen, aussi son frère. Signature du contractant et marque de la contractante. Marques des témoin excepté le témoin Marion qui signe) avec descendance Lacroix à Audinghen pour ces deux mariages. François Julien s’éteint en 1856, ménager de 83ans au hameau du Cran-aux-œufs et Marie Antoinette  le suit en 1859, à 84ans, en la maison de son gendre, Antoine Poulain, au Grisnez.

Du côté féminin de la descendance Lacroix-Accary, quatre sœurs de Jean Louis et François Julien atteignent l’âge adulte et trois prennent époux. Celle restée célibataire est Marie Marguerite Antoinette Lacroix, baptisée à Audinghen en 1765 (Parrain: Louis Marie Daudruy, son cousin. Marraine : Marie Antoinette Hamerelle) et décédée en 1818 à 54ans. Sa sœur aînée, Marie Anne Françoise Lacroix, baptisée à Audinghen en 1762 (Parrain: François Lacroix. Marraine: Marie Antoinette Malfoy) épouse en 1787 à Audinghen Jean François Darré, manouvrier à Audinghen, fils de feu François Darré et Marie Françoise Lavoine (Acte de mariage filiatif. Les témoins cités sont Antoine Routier et Louis Lagaize, amis du contractant, Jean Lacroix, père de la contractante, François Lacroix, son frère et Jean Goduin. Marques des contractants et signatures des témoins sauf Jean Lacroix) avec descendance Darré à Audinghen où ils décèdent, lui en 1805, à 50ans (avec pour témoins, Jean Lacroix, 47ans, manouvrier et François Lacroix, 31sans, gardien à la batterie de guets) et elle en 1833, à 71ans.

La sœur de Marie Marguerite et Marie Anne, Marie Catherine Lacroix, baptisée à Audinghen en 1764 (Parrain : Jean Marie Accarie, son oncle, d'Audinghen. Marraine : Marie Anne Malfoy, d'Audresselles) épouse en 1799 à Audinghen Jean Jacques Hembert, berger de 35ans à Audinghen, fils de Jean Hembert et Marie Madeleine Obeissart (Acte de mariage filiatif. Les témoins sont  Pierre Marie Briche d'Ambleteuse, probablement le beau-frère de l'époux à cause de Marie Madeleine Victoire Hembert et Marc Obeissart d'Audinghen, probablement son oncle maternel, Jean Lacroix d'Audinghen, le père de l'épouse et Etienne Pourre, 27ans, d'Audinghen, son ami. Marque des époux et de Jean Lacroix. Signatures des trois autres témoins) avec descendance Hembert à Audinghen où ils s’éteignent, elle en 1826, à 62ans (avec pour témoins, Antoine Darré, 34ans, menuisier, son voisin, et Jean Louis Lacroix, 68ans, tisserand, son frère)  et lui en 1828, berger de 66ans.
 
La benjamine de la descendance Lacroix-Accarie, Marie Thérèse Victoire Lacroix, baptisée à Audinghen en 1777 (Parrain: Marc Honveau ou Honvault de Wissant. Marraine: Marie Antoinette Brunet d'Audinghen) épouse en 1803 à Audinghen Louis Marie Daudruy, menuisier de 30ans à Audinghen, fils d'Hugues Daudruy et feue Madeleine Beuret (Acte de mariage filiatif. Les témoins cités sont Charles Daudruy, 28ans, menuisier à Audinghen, probablement le frère du contractant, Jacques Desurne, 31ans, tisserand à Audinghen, Jean Lacroix, 45ans, tisserand à Audinghen et François Lacroix, 31ans, tisserand à Audinghen, probablement les frères de la contractante. Signature du contractant et marque de la contractante. Signatures des témoins sauf Jean Lacroix. Selon FAB-Daudruy, p.361, Hugues Daudruy, le père de Louis Marie, est le fils de Jean Daudruy, époux de Marie Louise Lefebvre, et donc le frère de Marie Louise Daudruy, épouse de François Lacroix et aïeule de Marie Thérèse Victoire. Les époux sont donc cousins au 2e degré dans la mesure où leurs parents, Hugues Daudruy et Jean Lacroix sont cousins germains) avec descendance Daudruy à Audinghen où Marie Thérèse s’éteint à 82ans, veuve, chez sa fille, la veuve Sanier au Cran-aux-Œufs. Louis Marie, son époux, décède avant 1831.

Le troisième enfants du couple Lacroix-Daudruy à se marier est l’aîné François Lacroix, baptisé à Audinghen en 1728 (Parrain: François Lacroix qui ne peut pas être l’aïeul paternel parce qu’il vient de mourir. Marraine : Marie Louise Boningue). En 1760, à 31ans, il épouse à Wissant Marie Duchemin, 26ans, fille de Pierre Duchemin et de défunte Margueritte Honvaut (Acte de mariage filiatif. Les témoins cités sont Antoine Honvaut, beau-frère du contractant, à cause de Marie Louise Antoinette Lacroix,  Jean Goduin, son bon ami, Nicolas Honvaut, oncle de la contractante et Pierre Honvaut, son ami. Signature du contractant comme f. lacroix et marque de la contractante. Signatures de J. Goduin, Antoine Honvaux, N. Honvault et Pierre Honvaut. A noter que le témoin Nicolas Honvault est le frère de Marguerite Honvault, la mère de la contractante, mais aussi, comme conjoint de Marie Antoinette Ducrocq, le père d'Antoine Honvault épouse de Marie Louise Antoinette Lacroix, la sœur du contractant  et de Nicolas Honvault fils qui épousera dans quelques mois Marie Catherine Lacroix, l'autre sœur du contractant. Antoine Honvault est donc beau-frère du contractant mais aussi cousin de la contractante). Le couple Lacroix-Duchemin réside d’abord à Audinghen où naissent trois enfants (1760-64) et où François est tisserand (1760) comme son père et son frère Jean et manouvrier (1764) puis à Wissant à partir de 1765 où naissent cinq autres enfants et où il est tailleur (1767-68)  mais surtout chasse-marée (1765, 1769-70) comme ses deux beaux-frères Antoine et Nicolas Honvault. Il y décède de la petite vérole en 1770, à 42ans (avec N., probablement Nicolas, et Antoine Honvault, probablement ses beaux-frères, comme témoins). A ce jour, on ignore la destinée de sa veuve, Marie Duchemin ,et de six de leurs neuf enfants. Deux autres enfants nés à Wissant y décèdent en bas-âge.

Le seul enfant du couple Lacroix-Duchemin qui atteint l’âge adulte et se marie serait François Lacroix, baptisé à Audinghen en 1762 (Parrain: Louis Routier, laboureur. Marraine: Marie Marguerite Lacroix) et qu’on retrouve (geneanet vlecuyer) lui aussi à Dunkerque en 1783 quand, journalier de 21 ans, il y épouse Marie Louise Laurin ou Lorain, 27ans, originaire de la basse-ville de Boulogne, fille de Pierre François Lorain, perruquier à Boulogne, et feue Marie Jeanne Legros. Ce couple Lacroix-Lorain a au moins cinq enfants à Dunkerque entre 1787  et 1794 (A noter les parrain et marraine de Louis Fançois baptisé en 1789 sont Louis François Daudruy et Geneviève Quiquet, femme Honvaux et les témoins de la naissance de  Marie Jeanne en 1794 sont Jean François Honvaux, marchand, cousin issu de germain paternel du nouveau-né et  Marie Magdeleine Geveart épouse de François Daudruy. Il y aurait donc une relation particulière entre François Lacroix et son cousin Antoine Honvault lui aussi émigré à Dunkerque peu après 1780 comme indiqué plus haut.  Il y a également une relation particulière entre François et Louis François Daudruy, son cousin de deuxième génération, fils de Hugues Daudruy et Marie Antoinette Verne, et petit-fils de Julien Daudruy et Marie Anne Pacque. Comme expliqué dans FAB-Daudruy, p. 355 et 358, ce Louis François Daudruy s’établit à Dunkerque vers 1780 avec son frère aîné Louis Marie Daudruy. D’abord brasseur, il est nommé en 1789 maître de la poste aux chevaux de Dunkerque).
 
Marie Louise Laurin s’éteint à Dunkerque en 1802 à 46ans. François Lacroix, son mari,  décède à Coudekerque-Branche en 1806, manouvrier de 43ans (Les témoins sont ses cousins Pierre Caron, 25ans, cultivateur è Coudekerque et  Louis Marie Daudruy, 55ans, fabricant de chandelles à Dunkerque. Comme expliqué dans FAB-Daudruy p.355 et 358, Jean-Baptiste ou Pierre Caron  épouse Marie Jeanne Daudruy, la sœur cadette de Louis François présenté plus haut. En plus de ses activités de maître de poste de Dunkerque, Louis François développe à partir de 1791 une importante exploitation agricole à Coudekerque-Branche où le rejoignent  le couple Caron-Daudruy et probablement François Lacroix. Louis Marie Daudruy, le frère aîné de Louis François s’est établit à Dunkerque comme fabricant d’amidon et de chandelles). Des cinq enfants connus du couple Lacroix-Lorain, le seul qui aurait atteint l’âge adulte et se serait marié (Deux autres meurent en bas-âge et on ignore la destinée des deux restants) est Georges Louis Lacroix, baptisé à Dunkerque en 1789 et cordonnier de 25ans à Pittefaux en 1814 quand il épouse à  Beuvrequen Marie Antoinette Willaume, domestique de 26ans dans cette commune, fille des défunts Alexis Willaume et Marie Lannoy. Après le décès prématuré de cette dernière en 1815, il se remarie à Beuvrequen la même année avec Sophie Fournier, 18ans, de Pittefaux, fille de feu Pierre François Fournier et Marie Barbe Guerlin avec une abondante descendance Lacroix à Pittefaux (8 enfants nés entre 1817 et  1837) où George est cordonnier (1817-1830), puis manouvrier/journalier (1833,1837). Ils y décèdent  tous les deux, lui en 1858, ménager de 69ans et elle en 1866, à 69ans.

Le quatrième enfant du couple Lacroix-Daudruy qui se marie est Marie Catherine Lacroix, baptisée à Audinghen en 1734 (Parrain: Jacques Deleglise. Marraine: Marie Antoinette Condette). Elle aussi se marie en 1760, à Audinghen, avec son beau-frère Nicolas Honvault, 29ans, chasse-marée à Wissant, fils de Nicolas et Marie Antoinette Ducrocq de Wissant et veuf  depuis seulement quelques mois de Marie Marguerite Duchemin, la cousine de Marie Duchemin que vient d’épouser son frère François ((Acte de mariage filiatif. Les témoins cités sont Nicolas Honvault, père du contractant, Antoine Honvault, son frère, François Lacroix, frère de la contractante, et Louis Daudruy, son cousin germain. Signature du contractant et marque de la contractante. Signatures de N. Honvault, Antoine Honvault,  Fr. Lacroix, Louis Daudruy et Joseph Deleglise) avec descendance Honvault à Wissant où Nicolas est chasse-marée et où ils décèdent, lui en 1816, ancien mareyeur de 86ans, et elle en 1817, à 83ans.

On leur connait sept enfants, tous baptisés à Wissant entre 1762 et 1775. Seulement deux de ces enfants meurent en bas-âge alors que les cinq autres fondent une famille. L’aîné Marc Honvault, baptisé en 1762 (Parrain: Marc Desurne de Wissant. Marraine: Marie Catherine Deleglise) est comme son père chasse-marée à Wissant en 1794 quand il y épouse Marie Catherine Honvault, fille de feu Jean Honvault, de son vivant lui aussi chasse-marée à Wissant, et défunte Marie Catherine Grenu (Acte de mariage filiatif. Les témoins cités sont Antoine Noyelle, 33ans environ, tisserand, beau-frère de l'époux, Jean Marie Honvault, 24ans, alors au service de la République, son frère, Jacques Dupont, 60ans environ, ancien chasse-marée, oncle de l'épouse, et Jean Honvault, 34ans, chasse-marée, son frère. Signature de l'époux et des témoins. Marque de l'épouse. A noter que l’époux est cousin de Jean Honvault, le père de l’épouse) avec descendance Honvault à Wissant. Suite au décès de Marie Catherine à Wissant en 1801, Marc, toujours chasse-marée et alors âgé de 40ans se remarie la même année avec Marie Barbe Ticquet, 29ans, d’ Inghen, fille des défunts Louis Ticquet et Marie Jeanne Lorgnier (Acte de mariage filiatif. Veuvage de l'époux non mentionné. Les témoins cités sont  Jean Marie Honvault, 31ans, canonnier marin à Wissant, probablement le frère de l'époux, Pierre Sauvage, 34ans, cabaretier à Wissant, probablement son beau-frère, Jean Durand, 42ans, chasse-marée et Jean Jacques Honvault, 50ans, aussi chasse-marée à Wissant. Signatures des époux et des témoins sauf Durand) sans descendance connue. Ils décèdent tous les deux à Wissant, lui en 1832, mareyeur de 71ans et elle en 1851, à 79ans.

Après Louise Catherine, baptisée en 1764 (Parrain: Louis Noel Honvault. Marraine: Catherine Geniaux) mais qui ne survit que quelques mois, le troisième enfant du couple Honvault-Lacroix est Marie Catherine Honvault, baptisée en 1766 (Parrain: Jean Jacques Honvault. Marraine: Marie Jeanne Delattre) qui, elle aussi en 1794, à 27ans, épouse à Wissant Pierre Louis Alexis Sauvage, officier public de 26ans à Wissant, originaire d’Escalles, fils de Pierre Sauvage, instituteur, et Marie Josephe Dacquin d’ Escalles (Acte de mariage filiatif. Les témoins cités sont Jean Durand, 36ans, chasse-marée, cousin de l'époux, Jean François  Lefebvre , aubergiste de 33ans, son ami, Antoine Noyelle, tisserand de 32ans, beau-frère de l'épouse et Jean Pierre Honvault, dit Leblanc, chasse-marée de 40ans. Signatures des époux et des témoins Lefebvre et Noyelle. Les témoins Durand et Honvault ne signent pas. Signatures des pères des époux) sans descendance connue. Eux aussi décèdent à Wissant, lui en 1836, propriétaire de 69ans et elle, en 1841 à 75ans.

Suit Marie Catherine Antoinette Honvault, baptisée en 1767 (Parrain: Marc Hamin d'Audinghen. Marraine: Marie Antoinette Dupont de Wissant) qui à 24ans, en 1792, épouse à Wissant  Antoine Isaac Noyelle, tisserand de 30ans, fils de défunt Antoine Etienne et Marie Anne Catherine Lenne de Wissant (Acte de mariage filiatif. Les témoins cités sont Marcq Noyelle, frère de l'époux, Pierre Sauvage, son ami, Nicolas Honvaut, père de l'épouse et Marcq Honvaut, son frère. Signatures des époux et des témoins) avec descendance Noyelle à Wissant où ils décèdent, elle en 1830 à 63ans et lui, toujours tisserand, en 1838, à 76ans.

Après Marie Geneviève Noel baptisée en 1768 (Parrain: Pierre Honvault. Marraine: Marie Louise Antoinette Lacroix) mais qui décède moins de trois ans plus tard, le sixième enfant du couple Honvault-Lacroix est Jean Marie Honvault, baptisé en 1770 (Parrain: Nicolas Honvault de Wissant. Marraine: Catherine Malfoi d'Audinghen). En 1797, il est canonnier marin à la batterie du fort de Wissant quand il y épouse Marie Marguerite Warnier, 23ans, fille de Pierre Warnier, tonnelier, et feue Marie Catherine Malfoy (Acte de mariage filiatif. Les témoins cités sont Jean Jacques Ticquet, 35ans, cultivateur et agent municipal, Jean Antoine François Thomas, 32ans, Alexis Duterte, 24ans et Pierre François Neuville, 24ans, tous trois canonniers marins à la batterie du fort de Wissant. Signature de l'époux et des témoins. Marque de l'épouse) avec descendance Honvault à Wissant où Jean Marie est devenu mareyeur (1813) comme son père et son frère et où ils décèdent, elle à 40ans en 1813 et lui, ménager de 65ans en 1835.

Marie Marguerite Geneviève Honvault est le dernier enfant du couple Honvault-Lacroix, baptisée en 1775 (Parrain: Pierre Honvault. Marraine: Marie Marguerite Delplace de la paroisse ND de Calais). En 1802, elle épouse à Wissant Nicolas Ledet, bourrelier de 21 ans à La Chaussée (Coquelles), fils d'Antoine Ledet de Wissant et Marie Françoise Ledet (Acte de mariage filiatif. Les témoins sont Nicolas Honvault, 70ans, chasse-marée à Wissant,  probablement le père de l'épouse, Pierre Sauvage, 34ans, cabaretier à Wissant, probablement son beau-frère, Antoine Ledet, 67ans, marin à Wissant, probablement le père de l'époux, et Joseph Alexandre, 16ans, écrivain à Wissant. Signatures des époux et des témoins sauf le témoin Ledet) avec descendance Ledet à Coquelles où ils s’éteignent, elle en 1810, à 35ans, et lui en 1847, cultivateur de 66ans à la Petite Rouge Cambre (avec ses fils François Nicolas Ledet, 44ans, et  Louis Marie Ledet, 43ans, cultivateurs à Coquelles, comme témoins).

A noter que le couple Daudruy-Lacroix a un cinquième et dernier enfant, une fille prénommée Marie Barbe, baptisée en 1737 à Audinghen (Parrain: Jean Leroy. Marraine: Marie Barbe Hamerelle)  et qui y décède à environ 2 ans, en 1739 (avec François Lacroix, son père, et Jean Daudruy, son oncle, comme témoins)

Retour